Opinions

Mgr Bonny a exprimé le désir d’une révision de la morale sexuelle de l’Eglise catholique. Le synode vient de se terminer. Il s’agit d’oser s’avancer. La direction est indiquée. Une opinion de José Davin, père jésuite.


Récemment, Mgr Bonny a exprimé le désir d’une révision de la morale sexuelle de l’Eglise catholique. Souhait formulé dans le cadre du synode sur la famille dont beaucoup de chrétiens attendaient des ouvertures, entre autres, en faveur des personnes homosexuelles.

Après la première étape de cette rencontre, une réelle déception s’est installée. L’attente sera d’autant plus vive pour la suite.

Le questionnaire romain préparatoire au synode interrogeait les fidèles de tout pays "sur les unions de personnes du même sexe" et sur la réaction des Eglises face aux décisions des Etats. Venait ensuite cette interrogation importante : "Quelle attention pastorale est-il possible d’avoir envers des personnes qui ont choisi de vivre selon ce type d’union ?" La plus haute autorité de l’Eglise prenait donc (enfin) acte de la vraie vie des personnes homosexuelles qui comme les hétéros, ressentent des attraits amoureux et vivent des unions. Un pas décisif que plus aucun responsable ecclésial ne peut négliger !

Fréquentant avec joie, depuis des dizaines d’années, des gays et des lesbiennes, j’ai tenu à rédiger, dans un ouvrage paru récemment (1), une large réflexion autour du questionnaire pontifical. De quoi faciliter une meilleure connaissance des personnes homosexuelles, tout en m’adressant à ces frères et sœurs. Car cette particularité pose de multiples questions : ses causes, la prise de conscience, les réactions personnelles, celles de l’entourage familial et de la société. Ou encore, la place des homos dans l’Eglise (ainsi que la prière lors de leur union), leur cheminement spirituel et la parentalité. Ce dernier thème rejoint, en partie, le 6e point du questionnaire romain : "En cas d’unions entre personnes du même sexe qui ont adopté des enfants, quel comportement pastoral tenir en vue de la transmission de la foi ?"

Pour donner un caractère d’authenticité ecclésiale à cet ouvrage, l’éditeur a demandé à un autre de nos évêques, Mgr Delville, d’en écrire la préface. Ce qu’il a volontiers accepté après avoir lu attentivement le manuscrit. Une préface bien documentée, pertinente, qui constitue un nouveau pas pour plus de respect et d’amitié envers les personnes de tendance homosexuelle.

Ainsi ce bref extrait de son intervention. " La formation de couples homosexuels interpelle et dérange, parce qu’ils peuvent donner l’impression d’être des concurrents déloyaux du mariage; mais s’il ne s’agit pas de couples de même type que le mariage, il s’agit néanmoins d’unions qui engagent à la fidélité et à la responsabilité, et elles libèrent le concept homosexuel des connotations de libertinage qu’il comporte souvent. Si ces couples ne supposent pas a priori l’enfantement, ils peuvent aussi être féconds autrement. En raison du caractère encore mystérieux de la relation homosexuelle, l’Eglise émet un jugement prudentiel, en l’attente d’éléments nouveaux. C’est pourquoi le pape François a prononcé à ce sujet, dans l’avion qui le ramenait des Journées mondiales de la Jeunesse de Rio le 30 juillet 2013, la phrase : Qui suis-je pour juger ? Le travail de la conscience personnelle doit donc être conjugué avec le travail éthique global ."

Cet appel à la "conscience" rejoint un des points les plus délicats de mon livre : la procréation médicalement assistée utilisée par des couples lesbiens. Sans quitter les orientations ecclésiales, il s’agit cependant d’accompagner ces réalités complexes et de se situer dans une sérieuse réflexion éthique. Démarche à réaliser, selon les propos de Mgr Bonny " sans se retirer sur une île rassurante de discussions doctrinales ou de normes générales ".

Un bout du chemin a déjà été parcouru. Il s’agit d’oser s’avancer. La direction est indiquée. Avec l’aide de l’Esprit et sous la houlette du pape François, l’Eglise se doit de progresser encore.


(1) "Les personnes homosexuelles, Un arc-en-ciel près des nuages ", Namur, Fidélité, 2014.