Humoristes ou victimes : peut-on rire de tout?

Publié le - Mis à jour le

Opinions

PIERRE KROLL, Dessinateur

Peut-on rire de tout?

Caramba, encore raté. Je m'étais juré d'un jour consacrer le temps qu'il faut pour avoir une réponse intelligente, toute prête, à cette question idiote. Un truc qui sentirait le réfléchi, avec des tournures comme «le désespoir de la politesse», des mots comme «exorciser» et «catharsis», deux ou trois exemples d'humour juif et des citations d'Henri Bergson et de Pierre Desproges, même s'il y en a un des deux dont je n'ai pas tout lu. Et puis, voilà... Revoilà la question qui tue et je suis encore sans rien.

Peut-être parce que je m'en fiche un peu, à vrai dire!

Allez-y. Etablissez avec précision et autorité ce dont on ne peut pas rire et qu'est-ce que vous croyez qu'on fera, vous, moi ou un voisin? S'empresser d'en rire. Sous cape s'il le faut. L'humour est désobéissant, c'est sans doute la seule chose que j'en sais.

CLAUDE LELIÈVRE, Délégué général aux droits de l'enfant

Une anecdote frappante: au plus fort de l'affaire Dutroux, pas mal d'enfants plaisantaient avec cela dans les cours de récréation, jouant même à «Dutroux». Comme si l'humour permettait d'évacuer une certaine anxiété. Je pense qu'on peut rire de tout. Ça dépend qui le pratique. Si ce sont des artistes comme Desproges ou Bedos, on peut aller très loin. Ils ont leur propre code de bonne conduite. In fine, il s'agit d'une question de morale, d'éthique. L'humour de Jean-Marie Le Pen, par exemple, j'aime moins...

MARC HARDY, Dessinateur de la série «Pierre Tombal»

On peut et on doit rire de tout. Tout dépend en réalité de la manière. C'est là que peuvent se trouver les limites. Délivré sans méchanceté, l'humour est sain, parce qu'il fonctionne comme une soupape de décompression. En réalité, parmi les réactions que j'ai pu recevoir, l'une m'a particulièrement touché. C'était il y a quelques années au festival de bandes dessinées de Sierre en Suisse. Une dame est venue faire dédicacer un exemplaire. Elle m'a expliqué que sa fille était morte de la leucémie. Juste avant, elle a découvert «Pierre Tombal» et a acheté toute la série... C'est le genre d'événement marquant, très triste, mais qui me fait dire que peut-être j'ai été un peu utile.

PÈRE CHARLES DELHEZ, Rédacteur en chef de «Dimanche»

On peut en effet aborder tout avec humour. L'humour est une prise de distance qui permet de porter un autre regard. Mais tout est dans la manière et dans le but, et c'est un art. «La vie est belle» (de Roberto Begnini) ne riait pas de l'Holocauste, mais réussissait à faire rire en en parlant. Par contre, une publicité récente utilisant le Christ en croix mettait la souffrance et le sacré au service du marketing. Voilà le dérapage. Mon souhait: que la publicité et les médias soient davantage respectueux des valeurs universellement humaines, dont la religion et la souffrance, respect qui peut aller de pair avec l'humour.

SAM TOUZANI, Comédien

Mieux vaux rire de tout plutôt que d'en pleurer! Car si le rire est le propre de l'homme, de la femme, du chimpanzé, de la mouette et des 30 millions d'amis, je crains qu'ici-bas on ne l'abandonne. La France a l'Esprit, l'Angleterre l'Humour et la Belgique le compromis des deux, c'est-à-dire l'Humeur, un état plus qu'une caractéristique qui met tout le monde d'accord pour dire que «L'union fait la farce». C'est souvent à la capacité que quelqu'un à ha ha rire de soi et des autres que l'on mesure sa grandeur. Et à son manque d'humour que l'on mesure sa raideur d'esprit. L'humour c'est l'oxygène de la vie. J'ai besoin de rire pour respirer, comme d'autres de croire en dieu pour jouer les prolongations d'une vie meilleure.

Rions à gorge déployée, de TOUT. A quand un Festival du rire en Afghanistan, une Gay Pride au Vatican, une histoire d'amour au Proche-Orient? Rions jusqu'à la tyrannie, jusqu'à ce que mort s'en suive, car le rire est jouissif et salvateur, ne fait de mal à personne et procure océan de bonheur pour celui qui le reçoit. Du plus petit rictus à un rire aux éclats, c'est la face du monde entier qu'il faut contaminer et enfin, un jour peut-être, les bombes cesseront de tomber.

CAROLE GRANDJEAN, Directrice du Mrax (Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie)

Oui, on peut rire de tout, mais cela dépend du contexte. «Pas avec n'importe qui», dit d'ailleurs Desproges. La limite se retrouve souvent dans l'intention qui peut être méchante. Quand M. Berlusconi apostrophe un député européen allemand en le traitant de «kapo», ce n'est pas de l'humour. Les tracts du Vlaams Blok ou du Front National sont souvent remplis de petits dessins soi disant «comiques», mais ils ne sont pas drôles du tout, parce qu'il y a, en dessous, un dénigrement, un projet douteux.

Par contre, un humour qui se fait dans la confiance, le respect, permet de prendre de la distance, de faire sauter des préjugés, et ainsi de rapprocher les gens. Ici, au Mrax, entre Turcs et Grecs, ou entre Uruguayiens et Chiliens, les vannes ne volent parfois pas très haut, mais cela se passe toujours bien. Il y a un respect et une affection réciproques. Le but n'est jamais de faire mal.

RABBIN DAVID MEYER, Brighton and Hove New Synagogue

Dans la tradition biblique, le rire est assez central. Si l’on fait référence aux Patriarches par exemple, Isaac veut dire à l’origine “celui qui a ri”. La naissance même d’Isaac est sujette à rire. “Quiconque l’apprendra rira à mon sujet”, s’écrie sa mère Sarah, qui tombe enceinte alors qu’elle est déjà âgée de 90 ans. L’humour juif est lié en partie à cette tradition. On peut ainsi rire de Dieu évidemment. Cela dit, poussé à son extrême, l’humour peut avoir des limites, comme avec la question de la Shoah. Il est possible de rire de la souffrance s’il s’agit de la sienne. Je peux comprendre que l’humour soit utilisé par certains pour rendre la douleur plus facile à supporter. Par contre rire de celle des autres est plus déplacé. Y compris à l’intérieur de la communauté, il me semble qu’on atteint la limite. Etre juif ne me fait pas victime directe. Je ne pourrais pas rire au sujet de l’Holocauste.

BRUNO COPPENS, comédien

Peut-on rire de tout? Oui, bien sûr! Le tout est de savoir… pourquoi on veut rire de tout! Provoquer pour provoquer? Comme Berlusconi au Parlement européen? Oser parler des “nègres” ou des “handicapés” en public juste pour qu’on vous classe parmi les plus “audacieux” ? Là, ce n’est plus de l’humour ou de l’ironie, on tombe dans le cynisme qui est une forme de haine, de rejet de l’autre. Le rire se situe à l’antipode du cynisme. Lorsque Muriel Robin lance en spectacle: “Il est noir mais… noir noir?”, sa provocation n’est pas gratuite et le rire salutaire (car dénonçant les attitudes racistes) qui en découle touche tout son public. Alors que le cynique lui reste seul avec sa “saillie comique”. Rire de tout? Oui bien sûr… mais pour donner, au travers de la provocation, un point de vue, dénoncer les travers du quotidien ou les abus de pouvoir. Daniel Ducarme est une de mes têtes de turc actuellement car sa prise de pouvoir au ministère des Arts et Lettres m’a fait penser aux bonnes vieilles pratiques “staliniennes”. Le rire est un contre-pouvoir nécessaire. A consommer sans modération. Tout abus ne peut nuire à votre santé.

CHARLIE DEGOTTE, Metteur en scène

A cause de Desproges et de son adage définitif, je dois bien avouer que je n’ai jamais vraiment réfléchi à la question. Il me semble difficile de dire mieux. Quand j’ai travaillé avec des trisomiques du Creahm, je pouvais en effet m’amuser avec eux à mimétiser. Mais je n’aurais pas pu le faire ailleurs. A partir de là, on peut et il faut rire de tout, comme on a tenté de le faire avec les “Journaux-théâtre”. Y compris de Marc Dutroux. Même si en pensant à la cave de Sars-la-Buissière, je n’ai absolument rien de comique qui pointe dans le cerveau. Je ne me souviens en tout cas pas de m’être bridé sur quoi que ce soit. Sauf peut-être lors de la “Revue arabique”, où mes comédiens maroxellois m’ont déconseillé de faire apparaître Mahomet sur scène. J’ai fait machine arrière. Et je l’ai remplacé par Stéphane Steeman!

JOSÉ CAMARENA, Président d’Handiplus, association et portail d’information dirigé vers les personnes handicapées. www.handiplus.be

De la même manière qu’on peut tout dire mais pas n’importe comment sous peine de dire n’importe quoi; de la même manière qu’il n’y a pas de mots mais des gorges et des esprits vulgaires, c’est aussi dans le n’importe comment et non dans le n’importe quoi que je placerai la frontière à ne pas franchir ici. Pour Freud, le trait d’esprit et l’humour sont exposants du fonctionnement inconscient, notamment de la pulsion agressive sublimée, à savoir rendue socialement acceptable par la symbolisation, celle qui éloigne du passage à l’acte. N’est-il pas préférable de dire, en symbolisant ses pulsions, “elle est à croquer” plutôt que de dévorer la personne dans le Réel? Si le rire semble bien être le propre de l’Homme, comme dans le cauchemar, lorsque l’inacceptable apparaît de manière trop parlante, quelque chose dysfonctionne et l’humoriste qui se croyait tel, se réveille en vulgaire faiseur de plaisantristes. A l’opposé, celui qui rit des uns n’accepte pas toujours que l’on rie de lui-même. Problème d’image, problème social impliquant l’être-ensemble.

© La Libre Belgique 2003

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Opinion
    Habitant à Ninove, je ne me sens pas un francophone haï au milieu des Flamands

    "Arrêtez de vous en faire pour moi. Vous vous demandez quel genre de trou à rats peut bien être devenu cette bonne ville de Ninove pour avoir enfanté "un tel monstre". Pourquoi quatre ninovites sur dix ont-ils voté pour une liste apparentée au ...

  2. 2
    "Maintenir une supériorité démographique juive entraîne l'État d'Israël vers une situation d'apartheid"

    Né en 1967 à Paris, David Meyer est un rabbin libéral qui tente depuis des années de penser la paix au Proche-Orient par la voie religieuse. De nationalité française et israélienne, il est l’un des premiers signataires du JCall, un réseau associatif ...

  3. 3
    Opinion
    Appel à témoignage : pour ou contre la légalisation du cannabis en Belgique ?

    Le Canada vient de légaliser la consommation et la culture du cannabis. Une décision qui ravit les consommateurs et les marchés boursiers... mais inquiète certains professionnels de la santé. Une telle légalisation est-elle souhaitable en ...

  4. 4
    Opinion
    Les visites domiciliaires sont-elles permises depuis le 31 août 2018 ?

    Cet été, subrepticement, la loi "modifiant des dispositions diverses relatives aux services de police et relatives aux institutions romaines" a donné aux policiers un super-pouvoir : entrer et fouiller votre maison, sans votre accord et sans ...

  5. 5
    Opinion
    Écologistes, ne nous décevez pas ! (OPINION)

    Six cent mille jeunes votaient pour la première fois dimanche. Pour cette génération, depuis toujours conscientisée aux enjeux climatiques, les propos des écologistes ont convaincu. Les actes seront-ils à la hauteur ?

cover-ci

Cover-PM

RECO llb_sb_1

RECO llb_sb_2

RECO LlbSb3

RECO llb_sb_4

RECO llb_sb_5

RECO llb_sb_6