Israël et les Juifs

Publié le - Mis à jour le

Opinions

Le premier ministre d'Israël, Ariel Sharon, a récemment exhorté les Juifs de France - mais aussi de tous les pays où l'antisémitisme sévit à nouveau - à quitter leur pays pour «rentrer au pays», faire leur aliyah, «monter» en Israël, se réfugier dans ce qu'il considère comme la seule véritable patrie des Juifs de la diaspora.

Nous sommes nombreux, Juifs de Belgique ou de France, à avoir été choqués par cet appel à l'émigration.

Que l'antisémitisme ait réapparu, qu'il progresse de manière inquiétante en France, en Belgique, dans d'autres pays d'Europe, nul ne peut le nier. Les insultes deviennent quotidiennes, en particulier dans les banlieues, dans les écoles dites à discrimination positive, fréquentées majoritairement par des jeunes d'origine maghrébine ou turque. Sale Juif est redevenu, là, une insulte ordinaire, qui s'adresse même, le cas échéant, à des non-Juifs. Evoquer la Shoah au cours d'histoire est quasiment considéré comme une offense faite aux musulmans ou comme une fable inventée par les Juifs, diabolisés comme sionistes.

Crachats et jets de pierre accueillent des Juifs portant la kippa, à la sortie des écoles juives. Des tombes juives sont profanées ici et là. Il y a quelques semaines, un élève d'une école talmudique se fait poignarder à Wilrijk près d'Anvers. L'antisémitisme «nouveau», si l'on peut dire, est arrivé. Il se développe depuis déjà plusieurs années. Le Juif redevient - sempiternelle répétition de l'histoire - le bouc émissaire, le fomenteur du grand complot mondial dont, cette fois, les musulmans et les Arabes seraient les victimes. Peut-être n'a-t-on pas mesuré tout de suite la gravité de l'événement. Peut-être les indignations se sont-elles, dans un premier temps, exprimées avec trop de retenue afin ne pas froisser la communauté musulmane et éviter de jeter de l'huile sur le feu.

Mais la «solution» préconisée par Sharon consistant à convaincre les juifs de fuir cette peste en effectuant un «retour» en Eretz Israël présenté comme la terre-refuge des Juifs, est incongrue, insensée et vexatoire.

Vexatoire à l'égard de nos autorités politiques et judiciaires dont la volonté de rechercher et de sanctionner les auteurs d'actes antisémites ne peut, aujourd'hui, être mise en doute. Vexatoire à l'égard des populations des pays ainsi stigmatisés et qui, loin d'être globalement antisémites comme l'insinuent de manière irresponsable certains responsables israéliens, voient avec horreur l'extension de ce fléau. Vexatoire à l'égard des Juifs de la diaspora qui se sentent profondément belges, français, européens, et qui veulent combattre l'antisémitisme dans leur pays de naissance, avec leurs concitoyens non-juifs. L'exportation vers notre pays du conflit israélo-palestinien, encouragée par les déclarations de Sharon, peut avoir des effets pervers redoutables. Il est d'ailleurs permis de s'interroger : en invitant les Juifs d'Europe à émigrer, Sharon espère-il vraiment apporter une réponse au problème de l'antisémitisme ou cherche-t-il à résoudre le problème démographique d'Israël ?

Nous dénonçons avec la même vigueur le racisme anti-arabe et anti-islamique. L'assimilation : musulmans = islamistes = terroristes relève du même type d'amalgame que juifs = sionistes = impérialistes = nazis.

C'est ici qu'il faut briser ces amalgames, en finir avec ces simplifications débiles, ces manichéismes criminels. C'est tous ensemble, Juifs, musulmans, laïcs, démocrates de tous les pays, que nous nous devons de combattre ce mal mortel qui déshumanise à la fois l'agressé et l'agresseur.

Fondamentalement attachés à l'Etat d'Israël, et aussi au droit des Palestiniens à disposer d'un Etat indépendant, nous souhaitons qu'une paix juste puisse enfin se conclure entre les deux peuples.

Pour autant, nous ne voulons pas que notre identité juive soit dissoute dans la nationalité israélienne. Nous concevons l'identité comme un fait multiple : nous sommes Belges, francophones, européens, citoyens du monde et Juifs. L'homme à l'identité multiple accueille l'altérité ; celui-là ne sera jamais ni judéophobe, ni islamophobe ni xénophobe. Le racisme, l'antisémitisme, le terrorisme sont à ses yeux des maladies du repli hystérique identitaire.

Préservons-nous de la propagation de cette maladie, dont le nom commun est la haine de l'autre, et essayons de guérir ceux qui en sont atteints.

© La Libre Belgique 2004

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Opinion
    Saran, 5 ans, devait passer quelques jours en Belgique. Elle est considérée comme potentiellement dangereuse

    Elle a 5 ans et se réjouissait de passer quelques jours chez sa tante en Belgique. Mais son visa a été refusé. Etrangère, elle est considérée comme potentiellement illégale, voire dangereuse. Je suis révoltée.

  2. 2
    Opinion
    "L'empoisonnement technologique anéantit l'école"

    Comment ne pas voir que les neuf dixièmes des élèves sont rivés jusqu’à l’obsession à leur téléphone, comme s’il s’agissait d’un organe vital? Je suis contre la pédagogie zéro contrainte! Une opinion de Tristan Ledoux, enseignant ...

  3. 3
    Opinion
    L'appel de 53 personnalités pour redorer l'image de Bruxelles

    L'opinion de 53 personnalités bruxelloises (1). Il faut que les citoyens soient plus fiers d’être bruxellois. Les premiers porte-parole de Bruxelles sont les Bruxellois eux-mêmes : ceux et celles qui résident à Bruxelles et alentours, ...

  4. 4
    Pourquoi je pars en vacances sans mes enfants (TEMOIGNAGE)

    Un témoignage de Liv, maman de deux enfants (*).Quand on cherche le mot manque dans le dictionnaire, il est fait état d’une absence péniblement ressentie de quelqu’un qui laisse un sentiment de vide ou d’incomplétude. J’ai beau réfléchir, ...

  5. 5
    Opinion
    Lettre ouverte à Richard Miller

    Une opinion de Vincent Engel, écrivain, dramaturge et professeur à l'UCL et à l'IHECS.
    Cher Richard Miller, J’ai lu avec grande attention votre interview parue dans La Libre de ce 4 juin. Lorsque j’appelle au sursaut des ...

cover-ci

Cover-PM