Opinions

La ministre bruxelloise de l'Emploi rectifie fermement le point de départ de la lettre ouverte envoyée par le collectif RTBF89 et d'autres signataires, à savoir qu'Actiris ait confié les données personnelles des demandeurs d'emploi à une société privée. "Actiris n'a jamais transféré aucune coordonnée individuelle d'un ou plusieurs chercheurs d'emploi à qui que ce soit, et ne le fera jamais. Le courriel annonçant ce projet d'émission fait partie d'un flux habituel d'informations envoyés à tous les chercheurs d'emploi ayant accepté de recevoir les newsletters d'Actirs." précise Céline Fremault (cdH) ce vendredi à LaLibre.be.

La ministre poursuit: "Le fond de ce courriel était par contre très maladroit, et ne correspondait pas aux principes du projet présenté tels que repris dans la convention qu'Actiris avait signée. Même si ce genre de décision relève de l'autonomie totale d'Actiris, j'estime donc que c'est avec sagesse que le Comité de gestion d'Actiris a décidé de se retirer du projet tel qu'il a été présenté dans ce courriel."


Voici sa réponse à la lettre ouverte signée - entre autres - par le collectif RTBF89:

Bruxelles, le 12 juillet 2013


Madame, Monsieur,


J’ai bien reçu votre lettre ouverte à propos du projet d’émission intitulé « je veux ce joooob ».

S’agissant de la légalité de l’utilisation de données personnelles par Actiris et leur mise à disposition d’un tiers, la direction générale d’Actiris me confirme de la manière la plus formelle :

  • que le courriel à destination des chercheurs d’emploi fait partie d’un flux habituel d’informations et de mails de même nature envoyés à tous les chercheurs d’emploi ayant fourni leur adresse électronique, et contenant des informations générales sur les bourses et les salons de l’emploi, des informations pratiques, etc…

  • que ce mail a donc été diffusé de manière extrêmement large et sans casting préalable, direct ou indirect, du producteur de l'émission, ni copie à celui-ci ou d'autres tiers ;

  • qu’en aucun cas tout ou partie de ce fichier n’a été confié à un tiers, pas plus que les coordonnées individuelles d’un ou plusieurs chercheurs d’emploi.

S’agissant des questions générales que vous posez à propos du principe même de l’émission et de sa démarche, j’observe qu’Actiris n’était associée au projet que par une convention de collaboration qui prévoyait un certain nombre de garanties. Aucun des essais prévus pour juger de la qualité du traitement du sujet n’a encore été tourné.

J’estime que c’est avec sagesse que le comité de gestion d’Actiris - dont c’est la responsabilité dès lors que ces questions relèvent de son autonomie de gestion - a décidé ce 11 juillet de se retirer du projet tel qu’il se présente aujourd’hui.

J’espère avoir ainsi répondu à l’objet précis de votre interpellation.


Céline Fremault