Opinions

Une opinion de 25 professionnels amoureux d'Architecture (1).

Deux événements menacent aujourd’hui l’intégrité de ce témoin majeur du modernisme à Bruxelles, malgré l’intention régionale d’inscrire l’immeuble et ses abords sur la liste de sauvegarde du patrimoine immobilier remarquable.


Le bâtiment CBR de Constantin Brodzki, inauguré au début des années ’70 et situé chaussée de La Hulpe à Watermael-Boitsfort, est un témoin majeur de l’architecture "late modern" à Bruxelles. Comme la plupart des immeubles témoins de cette époque, il est aujourd’hui en danger et il s’agit d’enrayer en urgence le processus de démolition qui est en cours.

Deux événements menacent aujourd’hui l’intégrité de ce témoin majeur du modernisme à Bruxelles, malgré l’intention régionale d’inscrire l’immeuble et ses abords sur la liste de sauvegarde du patrimoine immobilier remarquable.

Premièrement un permis d’urbanisme a été octroyé afin de "réaliser des travaux de démontage des cloisons, des faux plafonds, des revêtements de sol et évacuation du mobilier (..)" Or l’immeuble est une œuvre totale et les équipements intérieurs participent d’un tout cohérent. Il s’agit, notamment, du mobilier (Florence Knoll, Jules Wabbes,..), cloisons en acajou, parquets, détails de béton bouchardé, vitrage isolant en façade, escalier arrondi (partant du rez-de-chaussée et menant au restaurant, en sous-sol), acoustique et conditionnement d’air. Ces éléments sont aujourd’hui confiés à l’entreprise générale Louis De Waele (dont les références en matière de respect du patrimoine laissent largement à désirer si l'on en juge par le cas de l'immeuble Swift à La Hulpe).

Il faut protéger d'urgence le 8e étage

Alors qu’il apparait que les démolitions des volumes intérieurs sont déjà très avancées (les démolitions atteindront bientôt le 8e étage, celui de la direction, soit le plus intéressant architecturalement car d’origine), iI est demandé aux autorités - régionales et communales - de veiller d’urgence à ce que ces éléments constituants, qui subsistent encore, soient préservés.

Deux immeubles vont être construits dans le parc

Deuxièmement un avant-projet a été soumis aux autorités pour la construction à l’arrière du site de deux immeubles à appartements (projet du bureau DDS+). Or l’arrêté du Gouvernement entamant la procédure d’inscription sur la liste de sauvegarde comme Monument vise la totalité du bâtiment CBR donc à la fois le bâtiment et ses abords. Le projet actuel ne respecte pas ce contexte et au contraire a une logique purement immobilière. Or, aucun immeuble ne devrait être construit dans le parc, conçu par l’architecte paysagiste René Péchère.

Le contexte historique de ce bâtiment est important, d’autant qu’il est reconnu dans l'histoire de l'architecture moderne mondiale et qu’en 1980, il fut la seule construction belge retenue par le Musée d’Art Moderne de New York lors de sa sélection de deux cents bâtiments dans le monde illustrant les "Transformations dans l'Architecture Moderne entre 1960 et 1980".

© joisson

Quand Brodzki est entré en scène

Rappelons que c’est en 1965 que la plupart des cimenteries belges, regroupées au sein de la Société Générale sous le sigle CBR (cimenteries et briqueteries réunies), décidaient d'édifier leur siège. Il apparut d'évidence qu'il serait préfabriqué, car si la préfabrication de constructions industrielles était déjà maîtrisée par la Société, celle concernant les immeubles administratifs ne l'était pas encore. Dans ce cas, en effet, toutes les notions de confort se réunissaient dans les domaines acoustiques, thermiques et visuels. L'objectif déclaré étant d'être les meilleurs dans tous ces domaines. L'expertise sur les grands immeubles administratifs était à l’époque à Bruxelles encore au stade embryonnaire. C'est alors que Constantin Brodzki est véritablement entré en scène. Parti à New York à la fin de ses études, il eut l’opportunité d’effectuer un stage aux Nations Unies dans l'équipe chargée de concevoir le nouveau Siège de l'ONU, à l’époque une référence mondiale.

Exceptionnel à plus d'un titre

C'est ainsi que Constantin Brodzki fut chargé de préparer les futurs choix en construisant dans une des usines du groupe des petits immeubles-test dont les façades ont servi à la mise au point des futurs éléments du siège central. C'est ainsi encore qu'il fut rapidement décidé qu’il n'y aurait pas de châssis aux fenêtres et que les vitres seraient enchâssées directement dans le béton et ce à l'exemple du fameux château de Louis II de Bavière. Il en résulta automatiquement l’installation d'un conditionnement de l'air complet, ce qui en fit le premier de ce genre en Belgique. Brodzki se chargea également de mettre au point l'ensemble de tout l'équipement, fixe et mobile, de l'immeuble. C'est d'ailleurs ce caractère d'œuvre totale et complète qui provoqua, par l'incompréhension de diverses personnes chargées de l'entretien de l'immeuble, des remises en ordre à deux différentes reprises au cours de son existence propre. Il était, en fait toujours parfaitement up to date.

Les deux évènements qui s'annoncent (démolitions des volumes intérieurs et projet de construction d’immeubles à appartements dans le parc) montrent à suffisance que le patrimoine de la seconde moitié du XXe siècle, aussi intéressant soit-il, est aujourd’hui le maillon faible dans l’approche patrimoniale. Une prise de conscience de tous les acteurs (politiques, associatifs, architectes, entrepreneurs,..) sur les qualités esthétiques et techniques de cette production architecturale est indispensable si on veut préserver un des témoins majeurs de cette période à Bruxelles.

--> Les signataires:

Pablo LHOAS, Architecte, Doyen de la faculté d’Architecture de L’ULB

Jean STILLEMANS, Doyen LOCI

Jacques SOJCHER, Ecrivain, professeur de Philosophie et d’Esthétique à l’ULB

Dag BOUTSEN, Decaan Faculteit Architectuur KU Leuven

Stephan STREKER, Cinéaste

Frédéric VERCHEVAL, Compositeur

Maurizio COHEN, Architecte, Ecrivain, Chargé de cours à la faculté d’Architecture de L’ULB, de l’ULG et Professeur au Polytecnico de Milan

Carlo MENON, Architecte

Michel VAN ASSCHE, Président de l’asbl Recherches et Prospetions Archéologiques

Quentin PARETE, Architecte

Ben DURAN, Galeriste

Michèle GROSJEAN, Artiste

Bénédicte LAMPIN, Architecte

Lambros COULOUBARITSIS, Philosophe

Françoise LALANDE, Ecrivaine

Daniel SOIL, Ecrivain

Hubert LIONNEZ, Architecte, Assistant à la faculté d’Architecture de L’ULB

Gery LELOUTRE, Architecte urbaniste, chargé de cours à la Faculté d'architecture de l'ULB

Michaël GOLDBERG, producteur

Maître Luc SILANCE, Avocat au Barreau de Bruxelles

Carlo MENON, Architecte et Editeur

Serge Colin, Architecte et Urbaniste CUB, Founding Partner et CEO de Skope

Véronique BOONE, Chargée de cours ULB Faculté d’Architecture La Cambre-Horta

Paul VERMEYLEN, Urbaniste, Président de FUP

Nicolas HEMELEERS, Urbaniste

--> Une pétition est lancée. Voici le lien: https://secure.avaaz.org/fr/petition/Mr_le_MinistrePresident_Rudi_Vervoort_de_la_Region_de_BruxellesCapitale_Immeuble_CBR_Petition_des_Amoureux_de_larchitect/?chLqVcb