L'Islam placé sous contrôle?

Publié le - Mis à jour le

Opinions

JEAN-FRANÇOIS BASTIN ABDALLAH ABU ABDULAZIZ, Président du Mouvement des jeunes musulmans, porte- parole occasionnel du CIB (Centre islamique Belgique)

Monsieur le ministre, les `Jeunes musulmans´, qui jouent sans tricher le jeu de la démocratie libérale et parlementaire ne rejettent pas, par principe, un contrôle par le ministre de l'Éducation des cours de religion islamique, d'autant que ses professeurs ont été préalablement contrôlés, déjà, et de façon particulièrement soignée, par les ministres de l'Intérieur et de la Justice!

Bien qu'il le déplore, MJM, le `Mouvement jeunes musulmans´, récemment constitué en parti politique, comprend parfaitement (dans le contexte actuel, surtout) les raisons qui vous amènent, Monsieur le ministre, à vouloir placer `sous surveillance´ les cours de religion islamique.

Vous ne faites, en somme, que traduire (à votre insu?) un phantasme généralisé et particulièrement bien entretenu, celui de voir un `islamisme vindicatif´, comme disent vos collègues du Renseignement (Enseignement-Renseignement, le rapprochement, amer, n'est pas fortuit!), surgir de toutes parts pour égorger la démocratie sur l'autel du terrorisme international! Vous êtes tout naturellement saisi par la hantise de voir cet `islamisme intégriste et extrémiste´ se propager dans nos écoles, être inculqué sournoisement dans les cerveaux si fragiles de nos chères petites têtes blondes (pardon, noires... !) par des fanatiques sanguinaires déguisés en de paisibles et innocents professeurs de religion!

MJM comprend vos inquiétudes, Monsieur le ministre. Il imagine aisément les cauchemars qui vous hantent! Il conçoit sans peine les obsessions qui vous assaillent et qui alimentent inévitablement vos décisions, pas toujours heureuses, forcément, de veiller de près à ce que soit enseigné dans les écoles du royaume, par des professeurs dûment contrôlés, un islam-euphorisant totalement conforme à vos très légitimes aspirations à retrouver pour vous et la majorité de nos concitoyens, le sommeil.

MJM ne veut pas entrer dans la polémique pour savoir s'il y a lieu ou non de placer `sous surveillance´ les cours de religion islamique, mais il veut savoir si ce sont les musulmans (les enseignants) qui sont surveillés, ou bien l'islam (la religion qui est enseignée par eux aux élèves) ! MJM ne s'oppose pas aux lois. Il accepte toute forme de surveillance conforme à la législation belge. Mais il y a contrôle d'exécutant et contrôle d'exécution! Il accepte le premier, qui procède d'un jeu démocratique (même s'il est fortement teinté de paranoïa psychotique), il refuse catégoriquement le second, qui est scandaleusement directif, anti-démocratique et dictatorial! On peut contrôler des professeurs de physique ou de religion, mais pas la physique, ni la religion: on est en Belgique, pas au Turkménistan!

Mais le problème n'est pas là. MJM, qui dénonce avec vigueur toute dénaturation de l'islam (ou de toute autre idéologie, d'ailleurs), n'a jamais été très enthousiaste à l'idée parfaitement saugrenue, selon lui, d'enseigner un islam laïcisé, par des professeurs laïcisés (ou contraints de se présenter comme tels), à des élèves pareillement laïcisés, dans une école laïque!

MJM vous avoue, Monsieur le ministre, que si la finalité des contrôles annoncés était l'enseignement d'un islam volontairement controuvé, il préférerait, et de loin, que vous supprimiez les cours de religion islamique, comme vous le voudriez tant, à vrai dire, au profit de ces fameux cours de philosophie, dont on peut se demander, au reste, si l'on considère les difficultés notoires d'expression discursive du Belge moyen, pour quelles raisons ils n'ont jamais, jusqu'ici, figuré dans les programmes scolaires belges!

Voyez-vous, Monsieur le ministre, plutôt que de laisser inculquer à leurs enfants des mensonges ou des contre-vérités manifestes sur un islam qui n'existe pas, les parents musulmans soucieux de leur religion préféreraient en confier l'enseignement là où il doit normalement et tout naturellement se faire, c'est-à-dire, dans les familles, dans les mosquées, dans les (futures) écoles islamiques, et autres associations soucieuses d'une expression authentique de l'islam.

Quant aux cours de philo, puisqu'il faut faire contre mauvaise fortune bon coeur, MJM est persuadé qu'ils éveilleront bien mieux les jeunes esprits à la réflexion que ces fades et anesthésiques leçons sur une religion rendue sciemment méconnaissable... ! Ils les amèneront, pense-t-il, de par l'entraînement de la simple raison raisonnante, à choisir et à exiger, avec plus de bonheur encore, un islam qui ne soit pas falsifié, un islam contraire à toute raison, un islam contraire à sa propre raison!

© La Libre Belgique 2002

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Opinion
    Des universitaires réagissent : "Il faut régulariser immédiatement la famille de la petite Mawda pour raison humanitaire"

    Une opinion de plusieurs universitaires de l'ULB, UCL, UMons, ULg et USL-B (*) Jeudi 17 mai 2018, Mawda Shawri, une petite fille née en Allemagne de parents fuyant le Kurdistan irakien pour rejoindre l’Angleterre, a été tuée par la police ...

  2. 2
    "Conseils de surdouée aux parents d’enfants à haut potentiel" (TEMOIGNAGE)

    Un témoignage d'une maman de trois enfants (*).
    Oui, je suis une ex-enfant surdouée comme on disait à l’époque. Mon compagnon fait aussi partie de la bande. A nous deux, nous atteignons un QI cumulé de 275. Pas question de se la jouer ...

  3. 3
    Opinion
    Mawda, c’est ma mère qu’on assassine

    Mes grands-parents fuyaient, traqués comme des bêtes. Avec ma maman qui n’avait que quelques mois.

  4. 4
    Opinion
    Mawda: le défi des migrations, la menace de l'inhumain

    Une opinion de Guillaume de Stexhe, professeur émérite à l’UCLouvain – Saint Louis Bruxelles. Les migrations : du Mexique à l’Australie et à la Méditerranée, un des plus grands défis, et une des pires tragédies, du temps que nous avons à ...

  5. 5
    Opinion
    45 minutes pour aller de l’Hippodrome de Boitsfort à l’ULB : cette semaine, ce fut un véritable chaos

    Martine Payfa (ancienne bourgmestre et tête de liste DéFI à Watermael-Boitsfort) fait le point après le buzz de son billet d'humeur sur Facebook. Nous le savons tous, la traversée du Bois de la Cambre est une condition impérative à la ...

cover-ci

Cover-PM