Opinions

Une opinion de Mathieu de Lophem, manager Benelux de Deliveroo.

Nous savons qu’un nouveau service aux consommateurs, une nouvelle technologie et une nouvelle manière de travailler s’accompagnent de nouvelles questions. Ce qui compte c’est de savoir comment nous répondons à ces questions, en partant des faits.

Deliveroo se développe en Belgique parce que notre modèle innovant correspond à trois besoins. D’abord, répondre à une clientèle qui souhaite commander dans ses restaurants préférés où et quand elle le désire. Ensuite, fournir une activité souple et bien rémunérée à des milliers de coursiers partenaires. Enfin, accroître le chiffre d’affaires des restaurants et créer plus d’emplois.

Aujourd’hui nous offrons à nos coursiers partenaires le travail qu’ils demandent, souple et bien rémunéré. En effet les coursiers indépendants, directement partenaires de Deliveroo, gagnent en moyenne 18,5€ de l’heure et roulent en moyenne 15 heures par semaine. Dans l’ancien modèle, la rémunération était d’environ 12€ de l’heure pour un peu plus de 9 heures sur la route chaque semaine. Pourquoi ? Parce que les coursiers choisissent de travailler plus durant les heures où la demande est élevée, ce qui leur donne accès à plus de commandes et donc à plus de revenus.

Un sondage réalisé l’année dernière par un organisme indépendant nous indiquait que pour 85% des coursiers partenaires, la souplesse dans les horaires de travail était leur première motivation à travailler avec Deliveroo.

Que cela signifie-t-il en pratique ? C’est très simple : se connecter et se déconnecter de la plateforme quand et où on le désire. Ne pas avoir d’horaires fixes, travailler en journée ou le soir, en semaine ou le week-end, anticiper son « shift » ou se connecter en dernière minute. Bref, organiser le travail autour de sa vie et non l’inverse.

Ce modèle est extrêmement populaire dans tous les pays où nous opérons. En Belgique, depuis le 1er janvier, plus de 3000 personnes ont postulé pour rouler avec Deliveroo en tant que coursier indépendant, soit 1000 candidats par semaine en moyenne. Et plus de 60% des commandes effectuées sur la plateforme aujourd’hui sont livrées par des coursiers indépendants.

80% d'étudiants

Aujourd’hui en Belgique plus de 80% de nos coursiers partenaires sont des étudiants. Avec un vélo et un smartphone, ils peuvent se connecter à la plateforme et engranger des revenus immédiatement. Puis arrêter et recommencer, quand ils le désirent et où qu’ils soient. Quelle autre activité permet à un étudiant de décider, en temps réel, et en fonction de son emploi du temps, de se connecter et commencer à gagner de l’argent? Le tout en sachant, grâce à l’application, où et quand travailler pour maximiser son revenu.

Deliveroo a pour vocation d'offrir un travail d’appoint à ceux qui en ont besoin, tant des étudiants que d'autres personnes à la recherche d'une occupation souple et bien payée. Comme le montrent nos derniers chiffres, un coursier roule en moyenne pendant une période de vingtaine semaines. Après? L’étudiant reprendra ses cours ou partira en vacances, l’artiste reprendra sa pièce ou son exposition, l’entrepreneur reprendra un chantier, un chercheur d’emploi aura trouvé chaussure à son pied.

Un petit groupe d'individus cherche à semer le trouble

Aujourd’hui malgré une meilleure rémunération, plus de souplesse dans le travail, une couverture d’assurance, et globalement la popularité croissante du travail que Deliveroo propose, un petit groupe d’individus cherche à semer le trouble auprès de nos coursiers partenaires, en commettant des actes de vandalisme et d’intimidation. Ils privent les restaurants d’un chiffre d’affaires supplémentaire, et l’immense majorité des coursiers du revenu de leur activité.

Deliveroo a fait le choix du modèle le plus adapté à ses coursiers partenaires. Aujourd’hui ils bénéficient des avantages de la loi sur l’économie collaborative, leur permettant notamment de s’enregistrer sur la plateforme et de commencer leur activité le même jour. Et alors que des milliers de personnes postulent pour devenir coursier auprès de notre plateforme, nous venons de lancer la mise en place d’un « Rider Forum » pour renforcer le dialogue avec tous les coursiers partenaires de Deliveroo.

Nous nous préoccupons de la sécurité

Chez Deliveroo nous nous préoccupons également de la sécurité de nos coursiers partenaires : en plus de la couverture responsabilité civile, Deliveroo a été la première plateforme du secteur en Belgique à mettre en place une assurance accident, totalement gratuite, et ce dès leur première connexion.

Plus généralement nous sommes les premiers à considérer que le cadre légal actuel est imparfait. Nous souhaiterions en effet que nos coursiers partenaires puissent bénéficier d’avantages sociaux similaires à ceux d’un salarié, sans compromettre la souplesse qu’ils demandent pour mener à bien leur activité. C’est la raison pour laquelle nous appelons à un changement de ce cadre légal, afin de leur permettre de bénéficier dans le même temps de la souplesse qu’ils demandent, et de la sécurité qu’ils méritent.

Un service vraiment nouveau

Deliveroo offre un service vraiment nouveau pour ses clients : un modèle de livraison à la demande auprès de leurs restaurants préférés. Deliveroo offre également un nouveau service aux restaurateurs, qui leur permet d’accéder à une nouvelle clientèle et de générer des revenus supplémentaires. Et oui Deliveroo est nouveau pour les coursiers aussi. Il s’agit d’une activité à la demande, pour laquelle le cadre légal doit encore évoluer. Mais ne nous y trompons pas : le modèle de Deliveroo génère de la valeur pour tous, consommateurs, coursiers et restaurants partenaires.

Aux milliers de coursiers qui ont décidé de travailler avec nous et ainsi participer à l’aventure de Deliveroo, je leur confirme que nous restons pleinement engagés à leurs côtés, pour leur permettre de conjuguer la liberté qu’ils demandent et la sécurité qu’ils méritent. Je leur demande de nous accompagner pour y arriver, parce que c’est le travail qu’ils veulent, et que nous voulons le rendre encore meilleur.