Les contribuables belges payent la facture

Publié le - Mis à jour le

Opinions Le 6 octobre 2008, l’Etat fédéral belge a acquis la totalité de Fortis Banque pour la somme de 9,4 milliards d’euros. A ce montant s’ajoutent 2,8 milliards apportés par l’Etat belge sous forme d’actions et de prêts ainsi qu’un crédit-pont de 3 milliards octroyé pour aider Fortis Holding à financer sa part des actifs à risque. Total de ces opérations : 15,2 milliards d’euros (1).

Après plusieurs mois de négociation avec BNP Paribas, l’Etat belge a échangé 75 % de Fortis Banque avec BNP Paribas contre 121 millions d’actions de cette dernière. Au moment de l’accord conclu, ces actions valaient au total 2,6 milliards d’euros. Donc, l’Etat belge a revendu pour cette somme les 75 % de Fortis Banque, qu’il avait pourtant payée 9,4 milliards. Or 75 % de 9,4 milliards ne font pas 2,6 milliards, mais plutôt 7,05 milliards. L’opération était catastrophique pour l’Etat belge et très juteuse pour BNP. Le journal "Le Monde" ne s’y trompait pas lorsqu’il titrait : "Rachat de Fortis : BNP-Paribas peut remercier les contribuables belges" (2).

Pourtant le ministre des Finances, Didier Reynders, a toujours prétendu que l’Etat allait y gagner, que les cours de BNP allaient remonter. Qu’en est-il ? Le 3 octobre 2011, le cours de l’action BNP-Paribas s’élevait à 29 euros. Si on multiplie ce chiffre par 121 millions, on obtient 3,51 milliards. Cela reste toujours bien loin des 7,05 milliards nécessaires juste pour ne pas perdre d’argent dans cette transaction. Quant aux dividendes versés par BNP-Paribas Fortis, 365 millions d’euros, ils ne permettent en rien d’inverser la tendance.

L’Etat belge ne s’est pas contenté de sauver Fortis. Il a aussi renfloué Dexia et KBC ainsi que l’assureur Ethias. Globalement, la crise financière a nécessité de la part des pouvoirs publics belges des injections de capital pour un total de 20,64 milliards d’euros. (3) En plus de cet apport, les pouvoirs publics ont accordé des garanties pour un montant de 329 milliards d’euros. Ceci signifie que si les banques connaissent à nouveau des difficultés, l’Etat pourrait devoir fournir ces 329 milliards.

Entre-temps, la dette publique belge est passée de 84,2 % du PIB en 2007 à 96,2 % en 2009. En valeur absolue, la dette publique de la Belgique a augmenté de 44,1 milliards d’euros entre ces deux dates. Etant donné que, pour financer le sauvetage bancaire, les pouvoirs publics belges se sont endettés pour un peu plus de 20 milliards d’euros, on peut estimer qu’environ 45 % de l’augmentation de la dette sont imputables au sauvetage des banques par l’Etat.

En résumé, les banques ont engrangé des bénéfices importants en prenant des risques considérables et l’Etat belge s’est ensuite endetté de plus de 20 milliards d’euros pour les sauver. Ces mêmes banques ont retrouvé rapidement leurs taux de profits gigantesques et se sont comportées exactement comme avant la crise (parachutes dorés et paris risqués qui à nouveau déstabilisent l’ensemble de la vie économique). A qui va-t-on demander les 25 milliards d’euros qui manquent pour combler les déficits d’ici 2015 ? Il serait juste que ce soit les responsables de la crise qui paient, et non les citoyens.

Comme le disait Albert Einstein, il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre. Aussi, nous ne voulons plus écouter ceux qui veulent faire payer la crise aux citoyens qui en sont les premières victimes. La solution ? Faire payer ceux qui ont causé la crise avec leurs investissements risqués. Récupérer le coût du sauvetage des banques en prélevant un impôt de crise sur le patrimoine des grands actionnaires et des administrateurs des institutions aidées est une mesure juste, que le CADTM prônait dès octobre 2008, au moment où le gouvernement faisait ses (mauvais) choix politiques. Ces recommandations restent d’actualité.

L’Etat aurait dû, sans indemnisation des grands actionnaires, nationaliser Fortis Banque, Dexia et KBC pour garantir l’épargne des citoyens et se doter d’un instrument public afin de réaliser des investissements et créer des emplois socialement et écologiquement responsables. Avec le rachat injustifiable de Dexia en cours de réalisation, nous avons une double démonstration : 1. Oui, il faut transférer les banques privées vers le domaine public, sinon les mêmes excès tragiques se répètent sans fin. Cette décision doit être durable afin d’avoir un puissant secteur public d’épargne, de crédit et d’investissement.

2. Il est inadmissible d’indemniser les grands actionnaires privés de Dexia. Au contraire, ils doivent rembourser les sommes octroyées en 2008 (au moins 3 milliards d’euros), de même que le coût de l’assainissement de ce qui va aller à la structure de défaisance (la "bad bank"). Les dirigeants de Dexia ainsi que les ministres responsables du sauvetage des banques en 2008 et en 2011 doivent rendre des comptes devant la justice pour les préjudices qu’ils ont causés.

Avec les ministres actuels, et particulièrement Didier Reynders, ce sont les contribuables belges qui payent la facture du sauvetage des banques. Quant aux responsables de la crise, les banques, elles continuent de s’enrichir de manière éhontée et à spéculer sur des titres risqués. Combien de temps encore laisserons-nous faire cela ?

(1) Marco van Hees, "Banques qui pillent, banques qui pleurent", Aden, 2009; Banque Nationale de Belgique, Rapport annuel 2008, p. 195. (2) Le Monde, "Rachat de Fortis : BNP-Paribas peut remercier les contribuables belges", 10 mars 2009. (3) Damien Millet et Eric Toussaint (coord.), "La dette ou la vie", Aden, 2011, chapitre 11.

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM

RECO llb_sb_1

RECO llb_sb_2

RECO LlbSb3

RECO llb_sb_4

RECO llb_sb_5

RECO llb_sb_6