Opinions Une opinion de François Defourny, papa de deux petites filles qui redécouvre son pays après dix ans d'absence, et directeur des programmes pour une ONG belge active dans le domaine de l'éducation.

Je pensais trouver une ville fière de sa diversité mais, dans notre capitale "bilingue", pas la moindre forme d’échange ou de collaboration entre écoles des deux communautés...


J’ai quitté Liège il y a douze ans pour travailler dans l’humanitaire. J’ai passé ces dix dernières années dans des pays en guerre ou tentant péniblement de se remettre de conflits. J’ai vu le résultat du communautarisme. J’ai vu les effets dévastateurs du repli sur soi et l’engrenage infernal du rejet de l’autre.

La limite des bacs à sable

Durant ces dix ans, la Belgique est restée à mes yeux un exemple de cohabitation pacifique entre plusieurs communautés. Un modèle (bien à nous) de vivre ensemble. Chez nous, les querelles communautaires n’ont jamais fait couler de sang. Tout au plus de l’encre et quelques larmes. Peu de pays aussi diversifiés que le nôtre peuvent se targuer d’un tel résultat. Est-ce un miracle ? On serait tenté de le croire, tant rien n’est fait pour nous rapprocher.

En emménageant à Bruxelles il y a un an, j’ai trouvé une ville de toutes les couleurs, de toutes les origines. Avec 62 % de sa population d’origine étrangère, Bruxelles est la seconde ville la plus cosmopolite au monde. Mais surtout, Bruxelles est le seul endroit du pays où néerlandophones et francophones sont autorisés à cohabiter, à s’exprimer dans leur langue, en toute légalité.

À la plaine de jeux, les enfants jouent dans toutes les langues. Le néerlandais répond au français comme si cette cohabitation était la plus naturelle du monde. C’est merveilleux. Ou plutôt, cela pourrait l’être. Car la rencontre des cultures s’arrête souvent là, aux limites des bacs à sable bruxellois. Le reste ressemble un peu à Jérusalem.

Des bulles hermétiques

C’est en cherchant une école pour mes deux petites filles que j’ai pris la mesure de la ségrégation. J’ai découvert une réalité que beaucoup de Bruxellois connaissent déjà et que je ne m’explique pas.

À travers notre capitale bilingue, des dizaines d’écoles francophones jouxtent des dizaines d’écoles néerlandophones sans s’adresser la parole, sans qu’il y ait la moindre forme d’échange ou de collaboration. La plupart de ces écoles ne partagent que la clôture qui les sépare. Ainsi, dès le plus jeune âge, nos enfants grandissent dans des bulles linguistiques hermétiques, reproduisant les clichés que leur servent les médias sur l’autre moitié du pays.

Les enseignants des deux communautés sont là, presque côte à côte, disponibles et parfaitement complémentaires. Mais on préfère rester entre-soi. Chacun dans son coin. Sinon ce serait compliqué, vous comprenez. On est tellement bien avec sa seule langue maternelle.

Peu importe si le pays ne tient plus qu’à une équipe de football. Peu importe si nos concitoyens ne comprennent pas leurs voisins. Peu importe si l’on gonfle les rangs des jeunes chômeurs en produisant des bataillons de monolingues. Bienvenue dans la capitale de l’Europe, d’un pays trilingue et du surréalisme.


© serge dehaes


Au lieu d’être cultivée…

Si l’on s’en donnait un tout petit peu la peine, Bruxelles pourrait être un modèle pour l’Europe et pour le monde. Le lieu où les communautés se rencontrent, apprennent à se connaître, à s’apprécier et s’enrichissent mutuellement. Ce pourrait être le symbole d’une Belgique solide et riche de sa diversité. Au lieu de cela, notre système attise les stéréotypes et les préjugés. Au lieu d’être cultivée comme une rose, la diversité bruxelloise est laissée en pâture aux opportunistes des deux camps.

Je pensais trouver une ville riche et fière de sa diversité, valorisant sa double identité germanique et latine. À la place de cela, j’ai trouvé une capitale et son immense potentiel gérés comme un village gaulois. Ou plutôt comme un assemblage de 19 petits villages gaulois regroupés autour de leur petit clocher et de leurs petits intérêts partisans.

Heureusement, au milieu de cet imbroglio institutionnel, des citoyens se mobilisent. Par milliers, des parents francophones se bousculent littéralement aux portes des écoles flamandes de Bruxelles pour offrir à leurs enfants la richesse d’une seconde langue et d’une seconde culture. J’ai fait ce choix. C’était une évidence.

En cette veille d’élection, je reste avec mes questions. Existe-t-il quelqu’un dans cette classe politique pour défendre l’intérêt commun, le pragmatisme et la réconciliation ? Existe-t-il un parti pour tendre la main et promouvoir un vrai enseignement bilingue ? Existe-t-il encore quelqu’un pour croire dans ce pays et partager une vision commune ? En attendant le Messie, le fossé continue de se creuser entre nos deux communautés, jusqu’au jour où le moteur du repli sur soi s’emballera… et l’on s’en mordra les doigts.