Opinions

J'ai horreur des machos

MORGANE:

«Je suis horrifiée de voir les machos avec lesquels je bosse (pas les machos de base, hein, ceux qui se sapent avec des vêtements chers et passent leurs week-ends dans les soirées de la haute) parler de s'être «fait une pouf» et de parler de leurs techniques de drague «commerciale» (entendez par là la même technique que dans les souks: «Je te vends même ce que je peux pas t'offrir et j'essaie de t'entuber sur toute la ligne») devant les rares femmes de la boîte. Ces hommes mielleux, avec un tel quota d'arrière-pensées de galanterie calculée qu'on en a parfois envie de vomir. Alors merci aux hommes qui sans être vraiment galants essaient, parfois de manière un peu pataude, de faire usage de quelques éléments de galanterie. Une femme appréciera le geste, même si celui-ci est maladroit...»

La galanterie, c'est fini?

DESESMAN:

«A mon sens, la sensible perte de la galanterie dans notre société n'est pas un résultat du féminisme. Etre égaux devant la loi n'implique pas devenir odieux et se transformer en malotru. La galanterie, c'est un plus que certains hommes ont et que d'autres négligent. La galanterie -c'est en tout cas pour cela que j'essaie de la pratiquer- permet aux hommes de montrer aux femmes combien ils les apprécient et combien ils aiment leur présence, leur grâce et... leur féminité.»

Simplement du respect

BUTTERFLY:

«Moi, je ne demande pas spécialement de galanterie à un homme, mais je demande le respect de tout homme et toute femme envers les autres. Combien de personnes ouvrent-elles la porte d'un magasin et la laissent-elles retomber sans regarder si quelqu'un est derrière? Pire, vous tenez la porte et les gens passent à côté de vous, hautains, sans rien dire. J'ai fait une remarque à une jeune fille une fois et elle m'a simplement répondu qu'elle ne m'avait rien demandé.»

Egaux et dissemblables

MACHA:

«La galanterie est discrète, mais elle existe, et je ne crois pas qu'elle disparaisse. Simplement, nous idéalisons -comme d'habitude- le passé. En tant que femme, je peux dire qu'il m'arrive très souvent qu'un homme me propose de porter mes courses, ou encore m'offre des fleurs (moins souvent, mais tout aussi appréciable). Et je crois que ceci n'a aucun rapport avec la quête de l'égalité hommes-femmes. Egaux devant les droits, mais dissemblables dans la nature. Pourquoi pas? Le fait qu'une femme soit l'égale de l'homme devant la loi ne fait pas de nous des hommes.»

Webhttp://www.largeur.com/expDebat.

asp?pagePos=3&debID=485

© La Libre Belgique 2003