Opinions

Un témoignage d'Ilhem, 13 ans (*).


Un jour, alors que j’avais 8 ans, j’ai entendu une conversation de ma mère avec une copine : elle lui confiait qu’on n’avait plus d’argent pour payer le loyer. J’ai compris pour la première fois qu’on avait des problèmes d’argent. Je me suis mise à pleurer, en faisant attention à ce que personne ne me voit.

Ma mère a un travail avec un salaire fixe d’environ 2 000 euros par mois, alors que mon père est un journaliste indépendant. Il n’est payé que lorsqu’il sort un article ou une interview. On habite dans un appartement à Paris dans le 20ème arrondissement. Tout ce qui nous fait tenir, c’est le salaire de ma mère, pour mon frère, moi, mon père et elle-même. Une fois qu’ils ont payé le loyer, les taxes, les courses, il ne reste plus rien. J’ai une chambre assez petite et la déco ne me plait plus, mais je n’ai jamais osé demandé de la refaire.

Les crises financières de mes parents sont toujours arrivées par vagues, sans que je m’y attende. Tous les jours, j’y pense. Au collège, j’enviais les nouveaux vêtements de mes amies alors que moi, quand je demandais à mes parents de m’acheter des trucs, ils ne pouvaient jamais. Ça me brisait le cœur. Alors l’année dernière, j’ai réfléchi à tout ce que je pouvais faire pour gagner de l’argent. J’ai cherché sur internet, sur YouTube… Tout ce que j’ai trouvé d’intéressant, ça a été de vendre mes affaires. 

"On va finir à la rue!"

Un jour de mars l’année dernière, je suis rentrée le midi chez moi. Je regardais la télé avec ma mère quand elle m’a dit : "Papa va me massacrer, j’ai dépensé 100 euros, il va le voir sur le compte !". À peine le temps de réagir que mon père est arrivé comme une furie, et a hurlé sur ma mère. Mon père, il ne frappe pas, mais crie, crie tellement fort qu’il peut te faire ressentir la douleur rien qu’à travers ses mots. L’heure d’aller en cours est arrivée. Je n’ai pas réussi à me calmer. Mes amies l’ont vu, mais je ne pouvais pas leur expliquer, j’avais honte. C’était horrible, je repensais aux paroles de mon père : "On va finir à la rue ! On n’a même plus d’argent pour acheter à manger !".

Je me suis posé plein de questions. Je n’avais pas de réponses, alors je m’imaginais trop de trucs effrayants. Une fois, mon père a fait un voyage en Algérie pour son travail. J’en ai profité pour demander à ma mère des explications. Elle m’a dit qu’effectivement, en plus des problèmes de salaires, on avait des soucis d’argent, à cause d’une histoire d’héritage. Deux de ses sœurs, dont une que je n’ai jamais connue, avaient pris toute la richesse de la famille et ma mère, mon oncle et son autre sœur se retrouvaient sans rien.

Malgré les nombreuses tentatives de mes parents pour récupérer leur part d’héritage, ils n’ont jamais réussi. Alors ma mère essaye de gagner de l’argent par tous les moyens. En plus de son métier dans l’informatique, elle travaille le soir dans l’immobilier. Chaque fois, avant de dormir, je la vois épuisée, au bout de ses forces, et je l’entends dire qu’elle n’en peut plus. Moi, tout ce que je peux lui apporter, ce sont des câlins.


(*): Ce témoignage a initialement été publié sur le site le la ZEP