Opinions

Paris, 7e arrondissement. Il est 18 heures, ce samedi 13 octobre. C’est encore l’été. Au loin, la tour Eiffel a chaud aux pieds.

Pas de nom sur la sonnette, on m’a donné le code. J’arrive au huitième étage, j’entends des chiens, ce doit être là. Il m’accueille d’un large sourire et dit, déjà : "J’aime beaucoup votre pays." Je salue Dany Saval, actrice, sa femme depuis 42 ans. Un charme discret. Il m’entraîne dans les escaliers : "Je vais vous montrer l’endroit où je travaille. Peu de personnes y viennent…" Nous arrivons sur les toits de Paris. Vue magnifique.

C’est donc ici que Michel Drucker prépare ses émissions, son one-man-show. Un bureau où domine un vélo Eddy Merckx posé sur des rouleaux : "Je pédale 45 minutes tous les matins ! Et là, regardez, mon tapis de sol : 200 abdos chaque jour." Instinctivement, je rentre mon ventre. Il désigne sa balance : "Le même poids depuis que j’ai vingt ans !" Moi pas… Sur les étagères, sa vie en résumé. Des photos de ses parents, de ses frères, de sa femme, de sa fille. Une photo de lui, aux commandes de son avion. L’ancienne horloge de l’ORTF, là où il a débuté il y a 55 ans.

Il me dit qu’il a dégagé du temps pour la rencontre. Cela me change, parfois tout est minuté. Nous parcourons sa vie, ses rencontres. Il y a du Johnny partout. L’émotion affleure lorsque les souvenirs sont douloureux, lorsqu’il évoque la mémoire de son frère Jean, mort à 62 ans, le drame de sa vie. Il aime parler de la Belgique, de ses amis, Adamo, Van Himst, Ickx, Merckx, Brel. Mais aussi Stromae, un des meilleurs, dit-il.

Sa bienveillance n’est pas une légende. Elle se lit dans les yeux. Il prend du temps, cherche la bonne anecdote. Le temps a passé vite. Nous sommes presque dans le noir. J’ai préparé un petit cadeau. J’hésite. Finalement, je lui tends. Il prend la grande boîte métallique. Je vois qu’il se dit : "Encore du chocolat, mauvais pour ma ligne !" Il ouvre et éclate de rire : "Oh mais ça, ça… C’est le cadeau le plus drôle que j’ai reçu. Digne d’un Belge…" Il rit de bon cœur et appelle dans l’escalier : "Dany !!! Dany !!! - Je suis au téléphone - Dany, viens voir ! - Je suis occupée ! - Non mais viens voir, c’est trop drôle." Dany arrive, le téléphone collé à l’oreille, ouvre la boîte et éclate de rire en découvrant la boîte remplie de chicons emballés dans du papier de soie !

Dans son livre, Il faut du temps pour rester jeune, il raconte qu’il mange des "endives" au moins trois fois par semaine…


(...)