Opinions

Une lettre ouverte de Valentine Donck, juriste, citoyenne et maman, au Premier ministre Charles Michel.


Monsieur le Premier Ministre,

Ce soir, je suis exaspérée et indignée comme jamais je ne l'ai été en 29 ans de vie. J'apprends que la Belgique a voté contre et s'est abstenue dans le vote sur deux directives européennes en matière d'énergie. Comme des millions d'autres belges, je suis stupéfaite de voir à quel point mon gouvernement est non seulement irresponsable, mais aussi hypocrite et totalement en dehors de la réalité.

La réalité, qu'elle est-elle? Elle vous a encore été expliquée hier par les associations organisatrices de la plus grande marche pour le climat qui s'est tenue ce dimanche 2 décembre, à Bruxelles, et qui a rassemblé plus de 75000 personnes. Elle est étayée par des rapports scientifiques depuis de nombreuses années, de plus en plus alarmants. La réalité, et vous l'avez, en tant que Premier Ministre, certainement entendue plus de fois que moi, c'est que "Pour limiter le réchauffement planétaire à 1,5 ºC, il faudrait modifier RAPIDEMENT, RADICALEMENT et de manière INÉDITE, TOUS les aspects de la société" , pouvait-on lire dans le communiqué de presse du Rapport du GIEC 2018.

Pleurer de rage et de désespoir

Quand on sait que la Belgique ne respecte pas l'accord de Paris de 2015, qu'on fait même pire qu'avant, qu'aucune stratégie globale de transition, à court et long terme n'a encore fait le jour chez nous, qu'aujourd'hui, au niveau européen, la Belgique est le seul pays avec la République Tchèque à avoir voté contre la proposition de directive sur l'efficacité énergétique et s'est abstenue sur celle relatives aux énergies renouvelables, on se demande s'il faut en pleurer de rage ou de désespoir, ou les deux.

Je suis juriste de formation, et je sais très bien ce qu'est un état fédéral. Je sais très bien que les régions sont également compétentes en matière d'environnement. Ce que je sais très bien aussi, c'est qu'en tant que Premier Ministre, vous avez aussi une responsabilité qu'aucun autre ne porte: celle d'agir de la manière la plus responsable qui soit pour le bien commun. Alors, cessez d'être le pantin de certains, même membres de votre gouvernement, car les racistes, climatosceptiques et ultra-conservateurs n'ont pas leur place dans un Etat de droit et agissez en tant que Premier Ministre. Et si cela fait tomber le gouvernement fédéral, et bien il tombera. Mais au moins, on se rappellera de vous comme du Premier Ministre qui a eu le courage d'oser ce qui est indispensable pour l'humanité, plutôt que du Premier Ministre qui a eu la lâcheté de penser que la question climatique n'était pas la priorité, et que surtout, ce n'était pas la cause qui allait le faire ré-élire.

Pour nos enfants

Monsieur le Premier Ministre, si je ne m'abuse, vous êtes papa. Tout comme moi, qui suis maman de deux jeunes enfants. Ils ont aujourd'hui 2,5 ans et 6 mois. Moi qui leur parle sans cesse de notre belle planète et de la beauté de la vie, qui souhaite leur offrir, comme tout parent, le meilleur des avenirs possible en harmonie avec tous les vivants sur cette terre, j'ai terriblement peur pour eux et pour leurs amis, les amis de leurs amis, et tous ceux qu'ils ne connaissent pas mais qui sont comme eux: innocents et pleins de vie. Et vous, comment vous sentez-vous ce soir? Ne répondez cette fois pas avec votre costume de Premier Ministre, mais avec votre coeur de papa. Je ne peux pas croire qu'avec tout ce que vous savez sur le sujet du changement climatique et avec le rôle qui vous a été confié, vous ne saisissiez pas cette formidable opportunité d'oeuvrer pour un avenir viable dans un monde en paix pour votre enfant.

Soyez certain d'une seule chose: je me battrai, nous serons des milliers, des millions à nous battre pour une justice climatique et sociale, et ce, quelques soient les discours et les obstacles qui se dresseront devant nous. Car c'est ici notre instinct de survie qui s'est enclenché.