Opinions C’est oublier un peu vite que la misère sexuelle, si elle existe, est forcément reliée à une absence de vie affective. Or en "médicalisant" la sexualité des personnes handicapées, on la rend pathologique. Y a-t-il quelque chose de plus déshumanisant ?