Opinions

Sénateur Agalev de 1981 à 1995, Ludo Dierickx vient de sortir le livre «Nationalisme onder het mes». Philosophe, historien et politologue, il y analyse les mécanismes du nationalisme, tente de proposer des outils pour déceler ses prémices. «Dierickx n'est pas un nationaliste belge», écrit Jean-Pierre de Bandt, collègue de BPlus. «Il a des pages très dures pour critiquer la discrimination de la langue néerlandaise. Sa passion n'est pas celle de la Belgique de tambours et de drapeaux. Elle est, tout comme son engagement pour le fédéralisme européen, le développement d'une pensée politique où la personne humaine, le citoyen, devient l'acteur central, ainsi que l'objet unique d'une politique de la cité où la solidarité constitue la finalité de la vraie démocratie.»

Ludo Dierickx est ainsi secrétaire-général de BPlus. Le groupe de pression «visant à renforcer la Belgique fédérale dans un esprit de convivialité et de solidarité multiculturelle», remettra le 4 mai prochain une lettre au Premier ministre qui entend dire non aux velléités séparatistes, à la veille des élections.

© La Libre Belgique 2003