"Non, Madame Simonet, je ne me tairai pas!"

Rédaction en ligne Publié le - Mis à jour le

Opinions

On vous l’annonçait pendant l’été. Opposés au décret inscription, Eléonore de Bergeyck (échevine de Wezembeek-Oppem) et un autre élu local ont claqué la porte du cdH. Suite à l'interview accordée par l’élue à LaLibre.be, Marie-Dominique Simonet (cdH) lui a envoyé une lettre la menaçant de poursuites en cas de nouvelles déclarations publiques fallacieuses ou diffamantes. Eléonore de Bergeyck rejette totalement cette accusation et rédige - en réponse - une lettre ouverte à la ministre:

 


Madame la Ministre,

En réponse à votre lettre de menaces, je vous confirme qu’au cours de notre entretien du 21 mai dernier, il avait été convenu que vous nous fourniriez dans les quinze jours les chiffres des enfants sans école en 2012.

D’après votre cabinet, ces chiffres n’avaient rien d’alarmant.

Or, à ce jour, vous ne nous les avez toujours pas fournis...

Dès lors, je suis scandalisée par l’indifférence que vous montrez face à la situation des 159 enfants toujours sans école et des centaines d’autres enfants forcés de s’inscrire dans une école qui ne leur convient pas !

Je suis scandalisée lorsque vous affirmez qu’il reste encore 1500 places disponibles pour ces enfants sans école. Si les parents ne mettent pas leurs enfants dans ces écoles, c’est parce que l’enseignement qui y est offert ne correspond pas à leurs besoins.

Je suis scandalisée lorsque vous menacez les parents de ces sans-école parce qu’ils se retrouvent en infraction à la loi sur l’obligation scolaire. Si leur enfant n’est pas scolarisé, c’est de VOTRE faute et pas de la leur.

Je suis scandalisée de constater l’augmentation des échecs au cours du premier degré en secondaire. Manifestement, votre décret envoie des enfants dans des écoles qui ne leur conviennent pas.

Et surtout, je suis triste de constater que depuis l’instauration de votre décret plusieurs centaines d’enfants SUPPLÉMENTAIRES se retrouvent en échec scolaire. Non seulement c’est un drame personnel pour ceux-ci, mais en plus, cette situation entraîne une diminution des places disponibles pour les suivants.

SI VOTRE DÉCRET N’EXISTAIT PAS, IL Y AURAIT DE LA PLACE POUR TOUT LE MONDE.

Ce décret correspond à une idéologie néo-stalinienne du siècle passé. Nous sommes au 21e siècle et il serait temps d’adapter notre enseignement aux besoins actuels.

Si cette mission vous semble impossible, alors DÉMISSIONNEZ !

Eléonore de Bergeyck
Echevine à Wezembeek-Oppem

 


 

Dans l’entourage de la ministre et de la présidence du cdH, l’on nous indique que le combat de Mme de Bergeyck serait motivé par des raisons familiales et par ses intentions politiques. ENTRETIEN

LaLibre.be: N’y a-t-il pas conflit d’intérêt entre votre combat politique et votre combat de mère de famille avec une fille sur listes d’attente ?

Eléonore de Bergeyck: C'est faux. Mes deux enfants ont eu la chance d'avoir une école: la première en 2011 a eu son premier choix dès le début, la deuxième a fait l'objet d'une inscription chrono dès le 2 mai 2012. Je n'ai donc jamais connu les affres des familles des enfants sans école. Par contre, je travaille sur ce décret depuis plus de trois ans. En effet dès juin 2010, Joëlle Milquet elle-même et Julie De Groote m'avaient demandé d'organiser une réunion à Wezembeek-Oppem pour rassurer les parents des enfants sans école, ce que j'ai fait à l'époque. Néanmoins je n'ai pas cessé de tirer la sonnette d'alarme : la situation empire d'année en année.

Au cdH, on nous indique aussi que vous avez des projets dans un autre parti ?

(rires) Ils se moquent de qui ? Je n’ai jamais eu de tels projets, même s’il est vrai que le MR et le FDF m’ont fait des propositions suite à ma démission. J’ai évidemment refusé et je ne me présente pas aux prochaines élections communales. Je vous rappelle que je ne suis pas une alimentaire politique.

Pourquoi souhaitez-vous rendre publique votre réponse à Marie-Dominique Simonet ?

Cette lettre de menace est choquante et démontre à quel point la ministre est aux abois. C’est elle qui me pousse à condamner ce décret une nouvelle fois en public. Stoppons les dégâts de ce décret !

Publicité clickBoxBanner