Opinions

Un Pacte pour l'enseignement pas tout à fait excellent. 

En tout cas, on peut se poser des questions sur la méthodologie suivie... Comment la répartition des matières a-t-elle été décidée?

L'opinion de Xavier Guyaux, enseignant dans le secondaire et en Haute école, suivi par 350 enseignants, étudiants, parents et citoyens (1).


D'entrée de jeu, précisons que le Pacte contient des avancées importantes qui pourraient améliorer fortement la qualité de l'enseignement. Pourraient, parce que le tronc commun, qui est habilement présenté comme partie indissociable du Pacte, annihilera ces avancées et non seulement diminuera en fait la qualité de l'enseignement là où elle existe encore, mais surtout augmentera encore les inégalités socio-économiques ou autres.

Inutile de développer l'aberration que constitue le Tronc Commun. Les arguments étayés qui ont été développés abondamment sont peu de choses face à l’idéologie qui a guidé ce choix.

Si l'on lit entre les lignes les différentes déclarations des femmes et des hommes politiques, lutter contre le tronc commun est inutile vu le marchandage dont il est le résultat.

Mais la découverte de la "proposition" de grilles horaires pour les trois premières années du secondaire ôte tout espoir de voir la qualité de l’enseignement augmenter.

En tant qu'enseignant en sciences économiques, et surtout en tant que citoyen, je m’étais réjoui que l'on prévoie, enfin, de former les jeunes à l'économie, micro et macro et à la finance. L'OCDE l'avait recommandé après la crise de 2008, considérant que le manque de connaissances économiques avait causé beaucoup de dommages parmi les plus démunis. Une étude d'Itinera Institute montre à quel point l'ignorance des phénomènes économiques qui nous touchent tous les jours est forte, surtout dans la partie francophone du pays2

Mon expérience, certes limitée, de la formation économique des élèves au premier degré commun actuel m'a convaincu que la fracture est plus culturelle qu’économique ou même sociale. L'ignorance absolue des élèves que j'ai rencontrés lors de visites de stage d’étudiants en AESI en sciences économiques m'a fait comprendre que les escrocs ou des vendeurs simplement peu scrupuleux avaient de beaux jours devant eux. Voire peut-être des politiciens…
Mais ils devaient craindre le Pacte qui prévoyait enfin de former des citoyens responsables et donc de leur procurer les connaissances minimales en économie pour gérer leur budget, pour comprendre les conséquences d’un emprunt, pour décrypter ce que semble être une « offre que l’on ne peut refuser », pour comprendre les enjeux des promesses électorales, ….

Naïvement, je n’avais pas écrit de carte blanche, organisé de pétition pour démontrer que le nombre d'heures de sciences économiques devait être supérieur à celui attribué à telle ou telle matière. Je supposais que la ministre allait utiliser une méthodologie professionnelle et ne se laisserait pas influencer par les demandes corporatistes. Et comment justifier un nombre d'heures plus important pour l'économie et donc au détriment d’autres matières sans avoir une vue globale de ce que l’on attend des trois premières années ?

Comment cette nouvelle répartition entre les différentes matières a-t-elle été décidée ?

La ministre avait pourtant déclaré vouloir changer fortement et même "partir d'une page blanche pour s’adapter au monde de demain". Le résultat est inquiétant : alors que dans le système actuel, les élèves peuvent avoir jusqu’à neuf heures de cours d’économie les trois premières années, ils n'en auront plus qu’une seule en troisième (et encore à supposer que les deux heures de "sciences économiques et sociales" soient réparties moitié-moitié)… Belle régression pour les élèves qui en avaient le plus besoin.

Partir des besoins et ensuite répartir les ressources disponibles, n’est-ce pas du simple bon sens ?

Avant de "distribuer" les heures selon des critères non dévoilés, il aurait fallu, il faut (parce qu'il est encore temps) définir les savoirs, les savoir-faire et les attitudes (en un mot, les compétences) que tous les élèves doivent avoir acquis en fin de troisième.

Ensuite, voir dans quelles disciplines ces compétences peuvent-elles le mieux s’acquérir et enfin, enfin seulement, arbitrer entre ces différentes branches pour répartir les heures entre ces diverses disciplines. Avec des arbitrages qui seront évidemment difficiles à décider et en tenant compte de la transversalité, soit parce que des prérequis sont nécessaires, soit pour renforcer certains savoirs, soit encore pour remettre en cause ce qui a déjà été vu.

Au lieu de cela, des groupes sont créés pour chaque discipline, avec un engagement de confidentialité (interdit donc de développer du transversal dans les référentiels) et avec la contrainte absurde d'un nombre d'heures à remplir (même avec du moins prioritaire) ou à ne pas dépasser (même si cela s’avérerait nécessaire).

Bien sûr la méthode consistant à partir des besoins, qui est pourtant la seule qui soit efficace, risque de remettre en cause le tronc commun, cet exercice pouvant démontrer que l'excellence ne pourra être approchée qu'avec des différences, non pas dans les compétences à atteindre mais bien dans les manières de les atteindre. Ces différences entre élèves qui existeront toujours et qui font que, si l’on veut l’excellence, il faut utiliser des méthodes différentes.

Cet exercice montrera peut-être la nécessité d’un enseignement technique de qualité dès la troisième année, voire plus tôt. Peut-être d'autres disciplines devraient-elles voir le jour et partant des formations initiales et continues devraient être organisées. Peut-être des disciplines devraient-elles disparaître parce que les compétences développées peuvent l'être autrement. Peut-être qu'il faut repenser fondamentalement la manière d'enseigner.

J’avais espéré qu’enfin notre ministre de l’enseignement appliquerait des méthodes "disruptives", indispensables dans le monde actuel. Que la ministre saisirait l’opportunité qui lui est donnée de rebattre les cartes, de vraiment « partir d’une page blanche », de vraiment attacher de l’importance à une compréhension des phénomènes économiques (macro et micro, droit) pour permettre à nos élèves de devenir des citoyens vraiment responsables, ou encore l’opportunité de vraiment réfléchir à la place du numérique dans l’enseignement.


En oubliant le passé, même si cela remet le tronc commun en cause. Même si cela implique des changements de disciplines (ajouts ou suppressions), même si cela remet en cause le contenu de la formation initiale.

Le risque est grand en effet. Mais le choix entre un enseignement d'excellence et la sauvegarde d'une idéologie dépassée n'est-il pas évident ?


--> Liste des 350 signataires:

Buscemi Lucia Enseignant secondaire inférieur 

Musique Samuel Enseignant sec sup, Bastogne

Nurflus Pascale Professeur en sciences sociales

Abreu Vieira Vanessa Bruxelles

ACHY GABRIEL Secondaire supérieur

al molahed samir Enseignant en secondaire inférieur et supérieur dans une école de Bruxelles.

ALBERT Gaëlle Enseignant secondaire inferieur

Ammi Hayat Ans

Anciaux Sylvie Supérieur. Regendat.

AVDIJI Tina Secondaire intérieur, Bruxelles, Institut de la Providence

Azahaf Soumia Enseignante

Baré Françoise DS professionnel Schaerbeek

Bastogne Laurie-Anne Enseignante secondaire supérieur

Baudimont Pascale Parent

BEAUDUIN Cindy SECONDAIRE

Ben Ghanem Nordine Enseignant au 2e et 3e degre

Berckmans Sarah Professeur de sciences économiques dans le général (8h dans le DI et 12h dans le DS

Bonacci Cecile Autre

Bosseau Ophélie Enseignante secondaire inférieur Sc éco

Bosteels Xavier Enseignant sciences éco inférieur et supérieur

Bourdeaux Catherine Enseignant di

Bricq Emeline Professeur de sciences économiques DS Hainaut

Carette Philippe Éducateur et père d'un élève étudiant la gestion

Cecere Fabio Seraing, étudiants

Cecere Dario Seraing, étudiants en colère

CELESTRI PATRIZIA Secondaire superieur

Chafaoui Mohamed-Reda Étudiant à l’ulb En politech

Cherifi Samia Enseignante dans l'enseignement secondaire et dans l'enseignement supérieur. Parent. Bruxelles

ciavoli Sabine secondaire supérieur

CLAES Jean-Louis Maître-assistant

COLLARD Sylvie Enseignant secondaire supérieur Verviers

Collignon Anne Enseignante de sciences économiques en secondaire supérieur dans le professionnel à Molenbeek

Cornet Sophie Secondaire inférieur et supérieur (Bruxelles)

Cuvello Jessica Enseignante secondaire inférieur

Dautrebande Françoise Enseignante secondaire inférieur

de BIBER Lary Etudiant 3e bachelier AESi Sc. Eco. HELMo

De Crits Marie Secondaire inférieur et supérieur. Ecole des Soeurs de Notre-Dame à Namur et Institut Saint-Louis Namur.

De Doncker Joelle secondaire supérieur

DE MEUR Laurence Saint-Ghislain

De Staer Eric Professeur à l’IAD (école supérieure)

de Tornaco Nathalie Secondaire supérieur et supérieur

de Waha Anne-Françoise Prof sciences éco secondaire supérieur - ARJodoigne

De Zeeuw Inès Enseignant secondaire inf sup et enseignant dans le supérieur

Decamps Caroline Secondaire inférieur et supérieur

DECLERE Martine Enseignante inférieur et supérieur (Athénée Royal de GEMBLOUX

Delatte Camille Enseignante en sciences économiques au DI

Delhez Logan Secondaire inférieur et supérieur

Deliktas Nagihan Enseignante secondaire inférieur et supérieur

della faille muriel Parent, enseignant

Delrez Aline Enseignante DI

Ďerclaye Bénédicte AESI Commerce

Dethier Bruno Secondaire inférieur Collège Saint-Henri Comines

Dethier Nathalie Secondaire supérieur St Louis Namur

Dethier Karen Etudiante en sciences économiques et sciences économiques appliquées à Liège et donc future enseignante en sciences économiques et bureautique

Devreux Caroline Secondaire supérieur - Braine-L'alleud

Dhaeyer Madame Citoyenne

Dinsart Catherine Maitre-Assistant à la Haute Ecole Lucia de Brouckère

Doncq F Enseignant secondaire supérieur

Droesbeke Françoise Supérieur

Ducoulombier Sabrina Secondaire ds

Dulière Georges Secondaire supérieur et Supérieur

Dumont Olivier Enseignant dans le libre (3 écoles différentes sur Bruxelles) dans le secondaire supérieur

Duvinage Cédric Enseignant de CT Vente DI, CT Vente DS et PP Vente DI au CEFA Ixelles-Schaerbeek

Dyja Daniel Secondaire supérieur (province de Liège)

El Bouich Nawal Étudiante à Bruxelles

El Kaddouri Malika Secondaire inférieur-Bruxelles-ICMR-école technique et professionnelle

Engelberg N DS

Erler Valérie Enseignante (bureautique) secondaire supérieur Liège

Errahmani Fadwa Enseignante AESI Bruxelles

Evrard Marcel Patent

Fataki Noémie Étudiante universitaire

Fawaz Ahmed Sciences-économiques Di + DS

Fin Danielle Aesi commerce

Foguenne Fabienne 

FORMICA Aurore Enseignant sec inf et sup

Franchimont Joëlle Secondaire supérieur et supérieur

François Virginie Enseignant dans le supérieur

Fuca Deborah Professeur sc.eco. DI

Gerets Samantha Enseignant secondaire inférieur

Gillet Yolande CESI sc commerciale retraitée Gedinne

Godfirnon Marie-Celine Enseignante secondaire inférieur

Goyer Sophie Logopede

Grabinszky Robert Enseignant privé

GRARD Tess Prof dans le secondaire supérieur technique à Anderlecht

Guarneri Alessandro Parents

Günay Selin DI Bruxelles

Guyaux Xavier Enseignant en secondaire supérieur et en Haute Ecole, Modérateur Profecobel

Guyaux Alain Citoyen

Haine Charlotte Étudiante en régendat en sciences économiques

HAMACHE Sekina Professeur de CG dans l'enseignement secondaire supérieur à La Louvière.

Hambursin Mélanie Enseignement secondaire supérieur - Bruxelles

Hariga Audrey Enseignante de sciences économiques à l’Institut de la Providence (woluwe)

Hemptinne Thierry Professeur de néerlandais, DI, AR Koekelberg

Heneffe Jean-Marie Professeur ESS

Herbiet Virginie Secondaire supérieur

Herman Julien Secondaire, ind s Philippeville, régent en sciences économiques

HIRSCHHORN Hélène Retraitée à Bruxelles

Hoebanx Marie-Claire Maitre-assistante

Hoebers Sabrina Secondaire inferieur

Houillet Pascale Formatrice en sciences économiques

Houssonloge Rosalie Aesi sciences économiques

Idlamine Hanane Business Analyste dans le secteur bancaire

Ierace Melina AESS dans 2 écoles de la région liégeoise

JACOBS Fabian Professeur d'économie 2-3è général

Jacquemin Alexandra Enseignant secondaire inférieur

Jouve Pierre-Henri Grenoble

Kossmann Jacques 

La Manna Rosa Assistante Manager, patente d une élève entrant en secondaire et nous sommes de Ans

Laezza Aurélie AESI sc. Économiques

Leclercq Gwenaëlle Supérieur

Lekoeuche Aurore Sciences économique 3ème, 4ème, 5ème et 6ème année

Maes Céline secondaire supérieur Hainaut

Mahaut Dominique Secondaire (supérieur et inférieur)

Martinez Laurence Aesi sc eco sc eco appliquée. Ipes Seraing. Prof de bureautique au 3e degré

Mauhin Carole Enseignant secondaire inférieur et supérieur

Mechboua Ilias Secondaire inférieur, Bruxelles, enseignement libre

Misigaro Pierre-Paul Enseignant secondaire supérieur

Montana Angelina Enseignant en sciences économiques

Mouttaqi Saad Enseignant

Naim Nevin 

Noto Rose-Marie Parent

Novalet Pierre-Yves Citoyen

Nyssen Daisy Étudiant en 2e régendat sciences économiques

Omrani Feyrouze Citoyen

Oqbani Samira Enseignante Sciences économiques supérieur, Mouscron

Osmalsky Nathalie Pms

Parmentier Julie Enseignante dans l’enseignement professionnel et en alternance

Paulus Marc Secondaire inférieur st-Michel Verviers

Pecora Nathan Etudiant afin de devenir enseignant en sciences économiques (inférieur)

Pecora Pietro Parents d'élèves

Pirot Muriel Professeur Eco DI

Pliez Nathalie Secondaire inférieur et secondaire supérieur. 7800 Ath

Poghosyan Kristina Etudiante en 2e année sciences économiques

Pohl Veronique DI, DS

POLYMATIDIS Eleni éducatrice 

Rademackers Coraline aesi sciences éco définitif depuis 2010 a l’Athénée Royal de Visé

Radoux Johnathan Enseignant du DI

Raux Adeline Professeur de vente et sciences économiques dans le secondaire spécialisé

Renard Pascal Enseignant Secondaire DS et supérieur

Rodriguez Saudy Citoyen, enseignante

Roekaerts Nathalie Secondaire supérieur, Huy

Sadi Farida Anderlues

Salik Henriette Prof d’économie au DI

Seret Stéphanie Secondaire supérieur La Roche-en-Ardenne

Servais Anne-Pascale Secondaire inférieur

Simar Isabelle Enseignante en haute école

Smeesters Delphine Professeur de sciences économiques au 3e degré

Suleau Ambre 

Swaelens Patrick Enseignant secondaire inférieur et supérieur

Talbot Sarah Secondaire inf et sup. Isc Vielsalm 6 ans ds la fonction

Tassenoy Françoise DRH

Tcheuffa Janet Secondaire supérieur

THILL Anne Françoise

Thomas Claire Secondaire

Tilkens françoise secondaire supérieur professionnel Forest Bruxelles

Tonnelier Audrey Enseignant secondaire inférieur

Tonon Valérie Wellin

Toussaint Karin Professeure invitée et formatrice Bruxelles

Tréfois Nicolas Internationnal Logistic management student

Trevisan Viviane Parent

Trogh Lindsay Enseignante secondaire supérieur

USELDING Michaël Enseignant - secondaire supérieur - Professionnel - Arlon

Uzumaki Nadia Université libre de Bruxelles

Vaiana Nathalie Enseignante de bureautique secondaire inf. et sup.

Van ackere Rachel Enseignant sec sup

Van Langenhoven Anne Enseignante dans le supérieur

Van Lil Claire Professeur sciences économiques Cardinal Mercier Schaerbeek

Vandermeule  Christian  Secondaire sup, Rixensart Wavre

Volont Virginie Enseignant secondaire supérieur

Volont Laurie Enseignant secondaire inferieur à liège

Vreyen France 3e degré TQ

Vyt Nathan Citoyen

Wauters Frédéric Enseignant dans le supérieur, Bruxelles (et ancien enseignant en sciences économiques dans le secondaire supérieur)

Wertz Stéphany Professeur de sciences économiques secondaires supérieur athénée royal Malmedy Stavelot, monitrice pédagogique AESS Hec-Ulg

Widy David 

Yildirim Sadet Étudiant à l'université

Zanella Julien Étudiant, Seraing