Opinions Une note écrite en 1922 et confiée à un coursier japonais renferme le secret du bonheur selon Einstein. Il faudrait préférer une vie tranquille et modeste à la recherche du succès. Selon notre appel à témoignages, vous êtes nombreux à être d’accord (voir ci-dessous).


Une note manuscrite d’Albert Einstein a été vendue aux enchères ce mardi à Jérusalem pour 1,56 million de dollars. Sur cette note figure son secret du bonheur, que voici : "Une vie tranquille et modeste apporte plus de joie que la recherche du succès qui implique une agitation permanente."

Selon "Le Figaro", cette note - ainsi qu’une autre sur laquelle figure "Là où il y a une volonté, il y a un chemin" - aurait été remise à un coursier par le père de la théorie de la relativité, alors qu’il parcourait le Japon pour une série de conférences en 1922. On peut imaginer qu’il s’agissait là d’une forme particulière de pourboire. D’après le vendeur des notes, Einstein aurait dit au coursier : "Peut-être que si tu as de la chance, ces notes auront beaucoup plus de valeur qu’un simple pourboire."

Se recentrer sur soi-même

Bref, le physicien avait beau être un génie, cela ne le dispensait pas d’être, comme tout le monde, à la recherche du bonheur. Comme le remarque une journaliste de Parismatch.be, son message s’avère intemporel, voire particulièrement pertinent à l’heure où les réseaux sociaux font miroiter les plus grands espoirs tout en incarnant une source de frustration sans bornes.

Faut-il dès lors, aujourd’hui plus que jamais, se soucier davantage d’avoir une vie modeste et tranquille que d’obtenir le succès ? C’est en tout cas l’avis de la "coach de vie" Valérie Van Rechem. "Le bonheur, c’est vraiment être centré sur soi-même, être bien dans son esprit et son corps et justement ne pas avoir besoin de rechercher le succès. La recherche de succès, c’est plus une recherche de reconnaissance et donc c’est plus lié à une blessure, à quelque chose qu’on a besoin de couvrir", explique-t-elle.

"Bien sûr, c’est important de faire ce qu’on aime, d’aller vers ce qui nous tient à cœur et de réaliser quelque chose dans cette société, poursuit la coach de vie. Si on y arrive, le succès viendra naturellement. Ce qui est important d’après moi, c’est de s’écouter soi-même. De là viendra la paix intérieure, le bien-être et donc le bonheur."

Parmi les trucs et astuces pour arriver à cette paix intérieure, Valerie Van Rechem pointe la méditation. "C’est un excellent moyen de se recentrer sur soi, qu’on peut pratiquer à la maison", détaille-t-elle.

A force de méditer, on serait plus dans le lâcher prise et cela nous permettrait de trouver notre chemin personnel. "Souvent, on est très conditionné par son éducation, il faut trouver sa propre voie", insiste Valérie Van Rechem.

La définition du bonheur

Reste qu’il est difficile de s’entendre sur une définition du bonheur. Cela tient au fait qu’être heureux est d’abord une expérience subjective, qui ne survient pas forcément là où l’on s’y attendrait. Comme signalé sur le site Psychologies.com, les exemples ne manquent pas : des stars que tout le monde envie se suicident ou détruisent leur vie. A l’inverse, des sœurs siamoises se disent heureuses de l’être et refusent contre toute attente d’être séparées. Christopher Reeve, l’interprète de Superman devenu hémiplégique après une chute de cheval, se félicitait parce que cet accident l’avait "ouvert aux autres".

Dernière info pour garder "la banane" : même si rien ne se passe comme prévu, notre cerveau trouve toujours des ressources pour nous faire voir le bon côté des choses. On a pu constater que les rescapés d’un tremblement de terre qui ont tout perdu retrouvent des raisons d’espérer seulement quelques jours après la catastrophe.



C’est vous qui le dites

Appel à témoignages. Vous êtes plusieurs dizaines à avoir répondu à notre questionnaire sur lalibre.be. La majorité d’entre vous (83 %) partage la même conception du bonheur que le physicien Albert Einstein.

Vos arguments. Vous êtes nombreux à nous dire que si l’on court toujours derrière l’argent et la gloire, on risque au final d’être déçu. Certains d’entre vous, surtout des jeunes, rétorquent que la réussite personnelle fait tout de même partie de l’épanouissement de l’individu.



Quelques-unes de vos réactions partagées sur lalibre.be

Michèle, 62 ans

Oui. La réussite extérieure est toujours une illusion si elle n’est pas au préalable intérieure. Ma recette à moi, c’est de prendre les événements de la vie comme ils viennent, ne pas courir après une idée du bonheur et accéder à la connaissance.

Marie, 42 ans

Oui. Personnellement, j’essaie de ne pas me battre avec moi-même (éviter les jugements intérieurs et préférer la bienveillance) et la vie. J’accueille le plus possible ce qui est là dans mon moment présent. Aimer et m’aimer. Cultiver la gratitude. Prendre conscience des petits moments de bien-être d’autant plus quand cela va mal. Faire d’une épreuve un moyen de grandir, d’être encore plus dans une énergie d’amour.

Gil, 65 ans

Oui. Sartre a dit : "L’Enfer, c’est les autres." On perd énormément d’énergie à vouloir être comme les autres. Riche (money, money) et célèbre, c’est un leurre. Il faut réussir à être en accord avec soi-même sans se soucier des modes et du qu’en-dira-t-on. Vivre le bonheur, c’est aussi vivre les pieds et les mains dans la terre, regarder la nature, se sentir infiniment petit dans un univers infiniment grand.

Yacinthe, 43 ans

Oui. La définition du succès est propre à chacun, mais il n’est pas nécessaire de le chercher. Souvent, la vie tranquille et modeste nous tourne vers les choses essentielles et naturelles de la vie. Je me sens la plus heureuse, lorsque je partage un moment de dialogue avec mon mari et mes deux enfants, enfoncée dans le fauteuil du salon avec un thé chaud, chacun pouvant s’exprimer librement et chacun étant écouté.

Jean-François, 43 ans

Oui. L’ambition, l’argent, les affaires sont un leurre au bonheur. La vie, c’est avant tout être avec sa famille et ses amis en bonne santé. S’occuper des autres apporte bien plus que de ne penser qu’à sa carrière et à l’argent. Ecouter, jouer, rire de tout, savoir ne rien faire. Je pense que les personnes ambitieuses et cupides sont jalouses des personnes capables de se contenter de peu sans comprendre pourquoi.

Francis, 55 ans

Oui. La modestie nous met à notre vraie place. En effet, pour être honnête, tout ce que nous sommes nous l’avons reçu, non ? Etant à notre vraie place, la paix nous habite. Je cherche aussi à rendre mon prochain heureux en le faisant passer avant moi. Et cela suffit à mon bonheur.

Louise, 24 ans

Non. Tout le monde est différent, le bonheur est un concept propre à chacun. J’accorde beaucoup d’importance à ma future vie professionnelle. Le moment le plus heureux pour moi, récemment, a été d’apprendre que j’avais été sélectionnée pour faire un stage à l’Onu à New York. Pour moi, rien n’est plus satisfaisant que de voir son travail et ses efforts récompensés !

Maxime, 22 ans

Non. Je pense que le bonheur ne se trouve pas nécessairement dans une vie tranquille mais plutôt dans une vie pleine de surprises et de rebondissements. J’aime l’implication dans la vie publique et le sentiment d’accomplissement et d’autonomie qu’elle implique. Le jour le plus heureux de ma vie, c’est quand j’ai gagné un concours de plaidoirie organisé par un cabinet d’avocats.


Ce qu’en pensent les… penseurs

Le bonheur, c’est…

Ici. "Sur les flots, sur les grands chemins, nous poursuivons le bonheur. Mais il est ici, le bonheur", a dit Horace. "Ne cherche pas à ce que les événements arrivent comme tu veux mais veuille que les événements arrivent comme ils arrivent et tu seras heureux" : parole d’Epictète.

Pas forcément positif. "On ne devrait pas vivre que pour le plaisir. Rien ne vieillit comme le bonheur", selon Oscar Wilde. "Il ne faut pas croire exagérément au bonheur", prétendait Jean Anhouil.

Ne pas le chercher. "L e secret d’une bonne vie, c’est de se moquer du bonheur : ne jamais le chercher en tant que tel, l’accueillir sans se demander s’il est mérité ou contribue à l’édification du genre humain", estime Pascal Bruckner.

Fermer les yeux. "De bons amis, de bons livres et la conscience somnolente, voilà le secret du bonheur", jugeait Mark Twain.