Opinions

Un courrier de Jean François (Namur).


Ainsi, le ministre-président wallon Willy Borsus estime que l'allongement du tronc commun dans l'enseignement est une "erreur fondamentale" (La Première, RTBf, 15/1/2017)... En clair, il nous dit qu'il vaut mieux former les jeunes à un métier pour répondre tout de suite aux besoins actuels des entreprises.

C'est oublier que l'évolution technologique est de plus en plus rapide et qu'elle a pour conséquence que 20 % des métiers qui existent aujourd'hui n'existeront plus dans quelques années tandis que 20 % au moins des futurs métiers n'existent pas encore!

Traduction : en formant les jeunes aux métiers d'aujourd'hui, on risque de les destiner rapidement au chômage parce que le métier auquel ils auront été formés aura disparu. 

Si, par contre, on élargit leurs connaissances de base à l'aide d'un tronc commun de qualité, on leur permettra de poursuivre et diversifier ensuite leurs formations pour s'adapter aux nouveaux métiers et conserver leur emploi.

Il semble que M. Borsus n'ait pas pensé à ce problème. Cela ne l'empêche pas, comme beaucoup de gens, de penser qu'il dispose seul de la "vérité vraie", ce qui lui permet de qualifier les propositions d'autrui d'erreur fondamentale.