Opinions

 Facebook, partout, tout le temps... Au delà de savoir s'il est techniquement possible de quitter le réseau social qui a fini par coloniser Internet, il faut qu'il reste des infiltrés pour lutter.

Une opinion d'Olivier Ertzscheid, enseignant-chercheur en sciences de l'information et de la communication à l'université de Nantes.


Le titre de cet article devrait en fait être : ""Pourquoi je n’ai pas encore quitté Facebook alors que j’aurais dû être parmi les premiers à le faire ?" Donc oui, malgré les scandales à répétition, malgré les dernières entourloupes de Zuckerberg continuant d’extorquer un consentement en faux-semblant et privant tout le reste du monde hors de l’Europe des avancées permises par le RGPD, malgré tout cela je reste encore sur Facebook et n’ai pas supprimé mon compte.

#DeleteFacebook ?

Je reste sur Facebook pour plusieurs raisons. Permettez que je vous les explique, car, comme nous le verrons un peu plus tard, il se pourrait que certaines d’entre elles vous concernent également.

Observation participante. Je suis chercheur. Et Facebook est l’un de mes «terrains». J’y observe les logiques interactionnelles, la circulation complexe des contenus, les logiques de viralisation et de monétisation. J’y suis donc, et j’y reste pour mon travail de recherche.

Estrade professorale. Je suis enseignant. Il y a huit ans, j’expliquais sur mon blog pourquoi j’étais ami avec tou(te)s mes étudiant(e)s. Même s’ils ont avec ce réseau une relation plus distendue et moins «holistique» au profit d’autres plateformes sociales (Snapchat et Instagram notamment), mes étudiant(e)s y sont presque tous inscrits et en ont un usage constant et régulier. De fait, les arguments que je soulignais il y a huit ans me semblent tous toujours d’actualité. Facebook est plus qu’un simple "outil", c’est un «milieu». Et si l’on veut en transmettre les codes et en avertir des dangers, il n’est pas possible de le faire sans s’y immerger, avec ceux que l’on prétend accompagner ou éduquer. Donc j’y reste aussi comme enseignant.

Pour faire des bulles. De filtre et d’autres choses aussi. Je reste sur Facebook parce qu’au regard de la circulation de l’information et au regard de mes propres pratiques informationnelles, je suis devenu dépendant (mais je me soigne) de cette plateforme. Une dépendance double dont je porte au moins pour moitié la responsabilité. J’en porte la responsabilité car j’ai depuis longtemps délaissé mon agrégateur RSS et que comme le rappelle très justement Anil Dash, je participe, ce faisant, à exacerber le constat suivant : «La différence entre des individus choisissant les contenus qu’ils lisent et des entreprises choisissant ces contenus à la place des individus affecte toutes les formes de médias.» Mais la responsabilité de cette dépendance est aussi collective et elle est une aliénation : de plus en plus de médias, d’individus et d’entreprises ou d’associations n’ont plus d’autre existence discursive et donc sociale, que celle qui s’exprime via leur compte Facebook. Ils n’ont plus d’autre espace de parole que celui de leur compte Facebook, là où la promesse initiale du web était d’offrir à chacun une page et une adresse.

#DeleteLaTélé

Une étudiante avec qui je discutais récemment me demandait si l’on pouvait établir un lien entre les gens qui indiquent quitter - ou vouloir quitter - Facebook et ceux qui refusent toute forme de connexion (Digital Detox) ou qui, il y a quelques années, avaient décidé de ne plus avoir la télé. Le débat est en fait celui du ratio entre le bénéfice et le risque, à l’échelle individuelle et collective. Je m’explique.

En choisissant de ne plus avoir la télé (je m’en suis moi-même passé pendant plus de douze ans), on considère, d’une part, que le ratio entre les programmes intellectuellement aliénants et les programmes intellectuellement émancipateurs est devenu trop important, et que, d’autre part, notre faiblesse nous portera à céder à la tentation des premiers au détriment des seconds. On préfère donc «couper» la source de la tentation. Ce faisant on ne se prive en fait pas de grand chose car on dispose d’autres sources médiatiques d’information (radio et presse papier ou en ligne) et on peut toujours acheter des DVD ou aller au cinéma. Il y a douze ans de cela, Internet permettait déjà de «regarder la télé sans l’avoir», si vraiment un agenda médiatique se faisait particulièrement pressant ou nécessitait d’enfreindre exceptionnellement la règle (même quand je n’avais pas la télé je n’ai jamais raté aucun événement majeur du monde de l’ovalie).

Mais même si nous avons avec Facebook un rapport de consommation télévisuel dans la posture, un mode «affalé», où l’essentiel de nos interactions se résume à envoyer quelques «Likes» comme on appuie mollement sur une télécommande pour changer de chaîne, même si donc notre consommation de Facebook ressemble beaucoup à notre consommation télévisuelle, Facebook n’est pas la télé : parce qu’il n’y a pas de «média» équivalent en termes de variété de contenus ou d’audience. Pas de média équivalent qui permette de réellement quitter Facebook sans devoir se priver de quelque chose qu’il nous semble difficile de retrouver ailleurs à cette échelle et avec cette facilité.

Ce quelque chose c’est pour l’essentiel l’expérience kakonomique, cette «étrange mais très largement partagée préférence pour des échanges médiocres tant que personne ne trouve à s’en plaindre» (Gloria Origgi, philosophe italienne). Cette expérience est aussi inédite qu’addictive parce qu’à une échelle tout aussi inédite et plurielle.

Le départ (presque) impossible

Alors il existe, bien sûr, une manière de quitter définitivement Facebook : fermer son compte. Si la procédure était extrêmement complexe il y a encore quelques années, prenons acte qu’elle est aujourd’hui «simplifiée». Tout comme la possibilité de récupérer une bonne partie de ses données avant son départ. Mais la réalité est tout autre.

Il demeure en effet impossible de quitter vraiment Facebook. D’abord pour l’aveu de Mark Zuckerberg : lui-même ne sait pas pendant combien de temps les données restent stockées sur les serveurs de Facebook après que quelqu’un a fermé son compte. C’est ce qu’il a avoué lors de son audition devant le Congrès américain, le 10 avril dernier. Et, en tout état de cause, sans vouloir sombrer dans la paranoïa, personne d’extérieur à Facebook n’est en capacité de vérifier que les données sont réellement effacées. De fait, hors les données strictement déclaratives et les documents que nous mettons en ligne (photos notamment) et qu’il dit effacer, Facebook continue de garder indéfiniment un ensemble de métadonnées comportementales et navigationnelles qui en disent souvent davantage sur nous que les premières.

Mais même en laissant cela de côté, le principal problème est qu’il est quasi-impossible de quitter Facebook sans quitter… le web. Et c’est un problème majeur. On dit souvent que Facebook a changé le visage du web et on a raison. Mais il l’a fait, outre sa création en 2004, lors de deux étapes cruciales de son développement. La première étape fût le déploiement du «News Feed» en 2006 : «Le news feed marque le passage de l’Internet de la visite à celui de la notification. On ne «visite» plus la page de ses amis, elle s’impose à nous, son contenu nous est notifié. Le web passe alors du modèle de la bibliothèque universelle — celui de Google et Wikipédia — à un nouveau modèle, celui du flux, qui va la faire se rapprocher de plus en plus de la télévision. Le web devient un média aussi actif que passif.»

La seconde étape date de 2010 avec le lancement du «Like», une stratégie permettant, au sens premier et littéral, d’annexer toutes les extériorités de la plateforme, de faire en sorte que tout ce qui n’est pas dans Facebook soit quand même traçable, observable et capitalisable par Facebook. En 2010, j’avais proposé un article à Libération intitulé «Le web social comme nouvelle arme de distraction massive», m’alarmant du fait que «le Like allait tuer le lien», et réussissant, avec d’autres, à les convaincre de refuser d’installer ce bouton «Like» sur leur site. A l’époque Libération publiait l’article «Pourquoi nous n’aimons pas les 'j’aime'».

Aujourd’hui donc, la colonisation du «Like» s’est étendue à l’ensemble (quasiment) des contenus discursifs produits sur le web : texte, sons, images, vidéos, pages personnelles, sites institutionnels, médias plus ou moins indépendants, tout est «Likable». Facebook est à l’image du Dieu de Pascal, «une sphère dont le centre est partout et la circonférence nulle part.» Plus exactement, il est une plateforme propriétaire dont le «Like» permet de centraliser les usages, y compris en dehors des murs de la plateforme. Et avec lui nos navigations sont devenues carcérales.

"Question délicate"

Facebook est créé en 2004. Le «News Feed» de 2006 est une révolution des usages, une révolution de la consultation dans laquelle la passivité et les interactions de bas niveau deviennent la norme. Et l’Anschluss du «Like» en 2010 est une révolution structurelle qui contamine, phagocyte et aliène l’ensemble des espaces documentaires existants. Depuis Pascal et le nez de Cléopâtre, on le sait, les petites causes peuvent produire de grands effets. A l’aide de deux évolutions d’apparence «simplement» techniques, Facebook a, en à peine 4 ans, totalement et définitivement changé le visage et, surtout, l’expérience du web.

Dès lors, même en clôturant son compte Facebook, et même si nous renoncions également à l’utilisation de WhatsApp, d’Instagram, de Messenger ou de toutes ces applications et sites qui nécessitent - et nous imposent parfois - de posséder un compte Facebook pour profiter de leurs services, même avec tout cela nous restons encore sous le radar de Facebook par l’entremise de l’indénombrable galaxie de sites tiers sur lesquels le bouton «Like» est implanté.

Alors, contrairement, à ce qu’avance l’article publié le 16 avril 2018 dans la Newsroom de Facebook, la «question délicate» n’est pas de savoir quelles sont les données que Facebook collecte sur nous quand nous ne l’utilisons pas, ni de savoir pourquoi il le fait. La question délicate, la vraie, est de savoir si cela est révocable collectivement. Si nous pouvons au moins l’éviter individuellement sans avoir à acquérir les compétences techniques d’un hacker. Et comme la réponse est clairement «non», alors oui, nous avons collectivement un assez gros problème. Une architecture technologique qui se rend inévitable, non par le service qu’elle propose, mais simplement parce qu’elle rend tout effet d’évitement impossible ou bien plus complexe que la nécessité de s’y soumettre, est une architecture technologique par nature hautement toxique.

Partir ? Rester ? «It’s complicated»

Toutes proportions gardées, et tout point Godwin également, je reste convaincu qu’il ne peut pas y avoir de résistance sans infiltrés. Pour un temps encore, je vais essayer d’être de ceux-là. Puisque Facebook refusera toujours de livrer le coeur de ses données à des protocoles de recherche réellement indépendants, il ne nous reste que les données de l’expérience. De l’expérience utilisateur. Une expérience qui, elle, reste heureusement transmissible. Alors je reste. Je reste dans Facebook. Encore un peu. Je vous donnerai de mes nouvelles.

Mais en continuant de défendre ce qui me semble être notre seule planche de salut : lutter contre les architectures techniques toxiques. Et cela ne peut se faire que par l’éducation et en développant des alternatives communes et libres dont celle d’un index indépendant du web. Et en continuant plus que jamais de soutenir, d’applaudir, de faire connaître et reconnaître les actions des associations comme Framasoft (Dégooglisons Internet), les CHATONS, ou La Quadrature du Net (recours collectif contre les GAFA), actions et associations plus que jamais d’utilité publique.

A titre personnel et pour encore quelque temps, Facebook restera aussi cet empilement de colères, d’indignations et de postures, ce labyrinthe kakonomique d’une socialisation à coût cognitif nul. Et cette formidable et inédite construction orwellienne. Cette «version postmoderne de la Stasi», selon le lanceur d’alerte Julian Assange. Cet obscur objet du désir et du défilement des pulsions. Ce bovarysme calculatoire.

--> Olivier Ertszcheid est l’auteur de l’Appétit des géants (2017, C&F éditions)

© LIbération