Opinions

Il existe cinq IPPJ et un centre fédéral fermé en Belgique francophone, qui accueillent 182 mineurs délinquants, âgés de 12 à 18 ans, pour une durée allant de quelques jours à un an. Le projet pédagogique prévoit que "l’enseignant participe à l’observation continue des élèves. Il évalue leurs acquis pédagogiques, leurs capacités, et dispense une formation adaptée, qu’elle soit d’initiation, de remédiation ou de perfectionnement. Il effectue un suivi cognitif et éducatif. Il organise des activités diverses à caractère culturel, sportif, récréatif, artistique et inculque les attitudes scolaires et/ou professionnelles adéquates". 56 enseignants effectifs sont employés, et 53 d’entre eux sont diplômés de l’enseignement supérieur, dans les catégories sociales, pédagogiques, techniques, économiques, agricoles, paramédicales ou artistiques de type court, condition pour pouvoir enseigner en IPPJ. Avant 1996, un diplôme de l’enseignement secondaire supérieur était suffisant pour y être éducateur ou formateur. Pour les formateurs professionnels, un diplôme de l’enseignement professionnel était au minimum requis. La législation actuelle ne prévoit pas d’enseignants ni d’activités d’enseignement pour les jeunes placés pour une durée inférieure à 42 jours. Toutefois, une forme de prise en charge scolaire existe, qui peut comporter une préparation à la présentation d’examens, un maintien des acquis scolaires ou une remise à niveau ponctuelle. Les activités scolaires varient selon le régime auquel le jeune est soumis (ouvert ou fermé). Les cours généraux en IPPJ sont confiés à des titulaires de diplômes d’instituteurs, régents ou agrégés de l’enseignement secondaire inférieur. Ce sont des éducateurs spécialisés qui dispensent les autres activités de formation et ateliers, un choix justifié, notamment, par la nécessité de disposer d’agents expérimentés dans la conduite d’un groupe de jeunes ayant commis des infractions.