Opinions

Une opinion signée par un collectif d'une centaine de signataires, dont des enseignants, des parents, des représentants du milieu associatif, des directeurs, des entrepreneurs... (Voir la liste ci-dessous).


Réformons la gouvernance, mais faisons-le en profondeur, en nous fondant sur les véritables acteurs de terrain et les citoyens. Les membres, quels qu’ils soient, d’un groupe central n’ont pas la légitimité pour valider des réformes au nom de l’ensemble des acteurs de première ligne. Réformer l’école en profondeur, c’est une nécessite ́, pour de nombreuses raisons : la rendre compatible avec les évolutions sociétales, favoriser la réussite scolaire, réactiver la fonction d’ascenseur social... Réussir cette réforme n’est pas sorcier : il faut la faire avec les profs, pas contre eux. Mais aussi pour les élèves et avec les parents, avec les directions et tous les partenaires de l’École et de l’Enseignement. Depuis des décennies, de multiples tentatives de réformes scolaires ont éte ́ lancées, mais toutes ont échoué ́ : les disparités s’accentuent, les échecs restent trop nombreux, l’insatisfaction grandit...

Pourtant, sur le terrain, que de créativité ́, d’initiatives, de projets innovants, d’équipes qui montrent qu’il est possible de rencontrer les besoins des élèves et de les mener très loin, en leur redonnant confiance, en leur rendant le goût et le plaisir du travail exigeant, la volonté ́ de relever des défis ! Réformer l’école, à la base, sur le terrain, c’est possible pour ces équipes pédagogiques qui se retroussent les manches, mais réformer en profondeur le système scolaire, d’en haut, par décret, s’est avéré ́ jusqu’à présent contreproductif. Nous le constatons tous : les réformes décrétées d’en haut ne marchent pas. Jamais.

Les penseurs du Pacte pour un enseignement d’excellence semblaient pourtant l’avoir compris. Ils annonçaient haut et fort une gouvernance différente, respectueuse de tous : « Nous allons consulter les acteurs du terrain, les écouter, leur demander de réfléchir ensemble, mettre le politique en retrait pour la conception, en lui laissant prendre les décisions au final sur la base des propositions venant du terrain. »

Malheureusement, de nombreux pièges se sont glissés dans le processus et ont torpillé les intentions déclarées. Ne citons ici que les deux principales chausse-trappes dans lesquelles sont tombés les concepteurs politiques du Pacte : ils ont laissé ́ des instances intermédiaires, trop souvent en décalage avec leur base et donc peu représentatives, s’approprier les discussions au niveau d’une structure administrative ad hoc créée : le Groupe central. Ainsi, des représentants de Pouvoirs Organisateurs trop déconnectes des directions d’établissement, des représentants syndicaux loin des préoccupations pédagogiques des enseignants et des membres de cabinet professionnels préoccupés par leurs petits calculs politiciens se sont-ils appropriés ces discussions en visant la prévalence de leurs intérêts particuliers et de leurs positions idéologiques qui sont perceptibles dans les nombreuses contradictions et imprécisions du rapport final (avis n° 3). Par ailleurs, au sein du monde politique qui prend à présent le relais – majorité ́ et opposition confondues –, il n’y a pas le large consensus indispensable pour que les conclusions du Pacte puissent s’appliquer dans la durée au-delà ̀ d’une législature, impératif d’une réforme efficace.

Dans ces conditions, nous lançons un vibrant appel aux consciences, et formulons des propositions concrètes, pour que l’on revienne aux fondamentaux, de façon à ce que le Pacte ne soit pas la énième réforme inefficace, voire contreproductive. L’enjeu est de taille : sans l’adhésion des profs et des autres partenaires, le Pacte échouera inévitablement tôt ou tard et l’on multipliera le nombre d’enseignants dépités, d’élèves perdus et malheureux, de parents désemparés, sans évoquer les budgets galvaudés. Si au contraire le Pacte s’appuie réellement sur les préoccupations légitimes des enseignants, des directions... et sur leur expérience de terrain, la confiance sera retrouvée à la base et permettra aux équipes pédagogiques d’exploiter toutes les ressources dont elles disposent pour relever les nombreux défis propres à l’enseignement. Quelle belle opportunité ́ pour le monde politique : il y a là une occasion unique de montrer la capacité ́ de notre système démocratique à dépasser les clivages traditionnels, à donner la priorité ́ au long terme, à prendre en compte les grands enjeux et les questions de fond plutôt que les petits calculs politiciens, à montrer au sommet l’exemple d’une nouvelle gouvernance prônée dans les écoles !

Dans cet esprit, nos propositions concrètes pour redéfinir les axes prioritaires du Pacte sont les suivantes :

1. Inversion de la méthode : Partons du bas et non du haut ! Plutôt que d’imposer un nouveau modèle rigide à toutes les écoles (comme le tronc commun allongé), identifions et valorisons tout ce qui, selon l’esprit du Pacte, fonctionne déjà ̀ bien dans certaines écoles et incitons les autres équipes pédagogiques, non pas à calquer aveuglément ces modèles, mais à s’en inspirer pour initier leurs propres démarches, de manière à dégager les solutions les plus adaptées à la relève de leurs défis.

2. Plus d’autonomie aux équipes pédagogiques : Tout d’abord en allégeant considérablement le travail administratif des directions, particulièrement dans l’enseignement fondamental, ensuite en leur donnant bien plus de liberté ́ quant aux moyens à mettre en oeuvre pour atteindre les objectifs fixés par le politique. Revoyons également, ou supprimons carrément, un certain nombre de dispositifs législatifs contraignants et de surcroît en contradiction avec les intentions du Pacte, en commençant par le « Décret des titres et fonctions », dont les effets sont catastrophiques. Dans cet esprit, privilégions tout ce qui relève de l’accompagnement et de la dynamisation pédagogiques plutôt que le contrôle normatif. Revoyons enfin, du sommet à la base, les mécanismes de gouvernance, avec la volonté ́ de redonner au politique sa fonction de détermination des grands objectifs, tout en le libérant de la fixation des moyens. Pour ce faire, déléguons à une instance spécifique la capacité ́ d’assurer la continuité ́ de la mise en oeuvre de ces objectifs, le respect de la priorité ́ qui doit être accordée aux enjeux pédagogiques et la réelle prise en compte des réalités du terrain. Objectif : responsabiliser par l’autonomie et la confiance, seules génératrices de l’engagement et de la créativité ́ généralisés des profs, conditions indispensables pour réussir la réforme de l’enseignement.

3. Plus de collaboration : Repensons et adaptons le recrutement et la formation des directions, de façon à augmenter leurs compétences, notamment dans les domaines du leadership partagé, du coaching des enseignants et de la gestion des ressources humaines. Repensons et adaptons également le recrutement et la formation des enseignants pour qu’ils soient non seulement des experts thématiques, mais aussi dans le travail en équipe, la prise en compte des intelligences multiples, la pédagogie par projet, les « savoirs comportementaux » et autres soft skills (ce que les indicateurs Pisa prennent encore insuffisamment en compte). Donnons enfin aux directions les moyens de composer des équipes cohérentes au regard des projets pédagogiques et des réalités du terrain – des équipes dynamiques, ouvertes au travail collaboratif et aux innovations pertinentes. À cet égard, les aménagements du décret « Titres et fonctions » sont nettement insatisfaisants et seule une révision en profondeur permettra de renouer des liens de confiance avec les enseignants et les directions.

4. L’élève au centre : Sur le plan pédagogique, mettons enfin vraiment l’élève au centre, en conciliant l’exigence et la bienveillance ; il ne suffit pas d’adapter le système de certification pour obtenir les résultats statistiques désirés : il s’agit avant tout de stimuler le travail des élèves pour que les résultats statistiques augmentent naturellement. Comment ? En cultivant la relation de confiance dans le triangle « école-parent-enfant », qui permet à son tour à l’enfant d’avoir confiance en lui, lui donne le goût de l’effort et le responsabilise dans sa capacité ́ à relever des défis. Dans le même esprit, donnons aux directions et aux enseignants les moyens d’assurer une réelle mixité sociale et pédagogique plutôt que de la décréter d’en haut, ce qui, l’expérience et les faits le prouvent, ne fonctionne pas. Pour ce faire, revoyons le « Décret inscription » du secondaire et adaptons-le aux réalités locales ; permettons plus de souplesse dans les horaires et les grilles horaires ; autorisons l’engagement de personnes-ressources complémentaires au travail de l’enseignant stricto sensu, mais permettant de faire évoluer ce travail ; valorisons les projets locaux où la mixité sociale est réellement et positivement vécue... Refaisons ainsi de l’école un ascenseur social et non pas un lieu de nivellement par le bas.

5. Enseignants respectés et responsables : Sans enseignants, pas d’enseignement Or nombre d’enseignants motivés quittent la profession faute de pouvoir se consacrer suffisamment au coeur de leur métier. Trop d’élèves leur manquent de respect, ce qui n’est in fine, que le reflet du manque de respect dont la société ́ dans son ensemble témoigne envers le métier, pourtant l’un des plus nobles qui soient. Pour changer cela, donnons aux enseignants les marges de manoeuvre qui leur permettent d’être entreprenants, valorisons, dans l’école et en dehors, leurs initiatives pédagogiques, aidons-les quand ils peinent. Et prenons les mesures qui s’imposent vis-a ̀-vis de ceux qui ne se sentent plus aptes à respecter leurs engagements ou ne remplissent pas leur contrat : le respect des autres enseignants passe aussi par là. L’objectif doit être de dynamiser partout l’enseignement public et non de l’appauvrir, ce qui, si l’on n’y prend garde, entrainerait une privatisation sournoise, et délétère pour tous, de l’enseignement de qualité ́. La mise en oeuvre de ces propositions n’exige pas d’investissements financiers considérables, mais une valorisation des ressources humaines et un changement de gouvernance ! Elle requiert principalement un changement de posture des mandataires politiques et des instances intermédiaires qui négocient les réformes loin des réalités du terrain, pour favoriser les changements escomptés au sein des équipes éducatives et chez les élèves. La seule méthode pour une réforme réussie de l’enseignement vers l’excellence est celle qui accordera aux enseignants respect, confiance et autonomie, conditions indispensables à la prise d’initiatives adaptées à chaque situation et à la collaboration entre tous, avec pour unique guide la remise des élèves au centre des préoccupations. Insistons sur le fait que les participants du groupe central ne représentent pas –et cela entame la légitimité du processus – l'opinion des acteurs de première ligne de notre enseignement que sont les enseignants, les directeurs et les parents. Réformer la gouvernance doit se traduire par une réelle écoute en profondeur des véritables acteurs de terrain et des citoyens. Mesdames et Messieurs les Présidents et mandataires de partis, vous avez la chance de repenser l’approche de ce dossier essentiel pour l’avenir de nos enfants et de lui permettre d'aboutir correctement, en évitant les erreurs du gouvernement précédent. Ne la gaspillez pas et démontrez dans les faits votre volonté de changer de gouvernance.


Liste des signataires au 27/06/17:

Arends Frédérique, Chargé de projet ˝Ça s'débat˝

Baudet Eric, Formateur en intelligence collective.

Beaudry Véronique, Enseignante

Benyeklef Fouad, Acteur associatif

Beroudiaux Olivier, Parent

Billiau Kim Maman, coach, facilitatrice et citoyenne!

Bimson Thomas, Chef d'entreprise et parent

Boulanger Kathleen, Ethnologue et parent

Brasseur Delphine, Parent

Bribosia Marianne, Parent et Finance, Human Resources and Administration Manager dans une PME

Brolet Cathy, Enseignante

Casterman Priscilla Parent, membre AP

Clinquart Catherine, Enseignante

de Bellefroid Benoit, Formateur et Coach

de Gerlache Jacques, Citoyen

de Wilde Daniëlle Formatrice de formateurs et de coachs, directrice institut Bao Elan Vital

Deguide Eric, Préfet Lycée Jacqmain

Dehon, Denis, Directeur du lycée de Berlaymont - Waterloo

Delannoy Catherine, Enseignante, Ecrivain documentariste

Delbecq Caroline, Enseignante et parent

Dembour Philippe, Parent, ex responsable de la formation financière à Ichec-Entreprises.

Desclée Benoit, Parent

Deveen Frédéric, Parent, Président AP Sacré-Coeur Jette , membre du conseil général de l'UFAPEC jusque juin 2017

Druet François-Xavier, Docteur en Philosophie et lettres, Enseignant e.r. du Collège d'Erpent et de l'Université de Namur

Dujardin Etienne, Jursite et chroniqueur

Fettweis Dominique, Futur grand parent

Fischbach Jonathan Administrateur délégué d'Enseignons.be

François Anne, Conseillère psychopédagogique

Gevers Géry, Parent et manager

Gilis Marc, Manager de société

Goetghebuer Tatiana, Maman

Goffart Pascale, Enseignante

Grosjean Gaelle, Enseignante et parent

Haenen Valérie Directrice adjointe

Hédia Hakim Ex-président de la Fapeo

Henquet Laurent Directeur Namur

Hittelet Gérald Administrateur PO

Honoré Christian, Ex Attaché à la direction des monuments et site de la Region Bruxelloise

Horner Sarah Jane, Parent, co-présidente du comité de parents de l’école de Bettincourt et en tant que manager RH d'une multinationale

Hubaille Nathalie, Parent

Huberland Françoise, Proviseur du lycée de Berlaymont - Waterloo

Jacques Cécile, Enseignante

Jandrain Hugues, Enseignant

Jans Anne-Françoise, Directrice Saint André Bruxelles

Kelecom Anne, Parent

Klinkenberg François, Parent

Kropek Franjo, Président de l'APNDS section primaire et parents concernés.

Laccasagne Khadija, Enseignante

Lambert Laurence, Parent

Ledoux Laurent Manager, Ex-Président SPF Mobilité

Lejeune Béatrice, Parent

Lesire Nicole, Enseignante

Lobert Yves, Parent

Lobert Marie, Ancienne élève

Massart Marcelle, Professeur de philosophie et de morale à l'Athénée Léon Lepage, Robert Catteau et Académie des Beaux-Arts.

Moens Marie-Laure, Citoyenne, entrepreneur, manager

Nandrin Jean-François, Directeur Sacré-Coeur Lindhout

Noirhomme Mchel, Adminstrateur Po

Nollet Catherine, Enseignante retraitée

Parys Michel, Parent et Analyste

Pauwels Thierry, Parent, coach sportif, manager équipe expert, gérant sprl

Pilawski Ceslaw, Ing ind retraité.

Pilawski Pascale, Traductrice

Possot André, Ex Préfet Athénée Catteau

Quarré Patricia, Parent

Rizzo John, Explorateur de l'enseignement

Rolin Patrick, Administrateur PO

Rolin Charles, Parent, grand-parent, Associé de la plateforme de gestion iT.SCHOOL en contact permanent avec les écoles

Rolin Bruno, Citoyen

Ska François, Ancien directeur, Admistrateur PO

Sohier Ignace, Enseignant

Stevens Bernadette, Directrice Institut de l'Assomption

Thirault Rose-Line, Enseignante retraitée

Thomas Luc, Enseignant

Tihon Alain, Auteur

Valette Philippe, Enseignant

Van Exter Tanguy, Enseignant

Vancoillie Carine, Admistrateur PO

vanderhaeghen Sylvie, Directrice ecole Jacques Brel a 1090 Bruxelles

Vanderschueren Hervé, Citoyen

Vanhamme Patrick, Parent

Vaxelaire Roland, Dirigeant d'entreprise

Waucquez Caroline, Directrice Learn to Be asbl

Wilket Annick, Enseignante

Wittorski Henri, Ex-Président de l'UFAPEC et ex-président de PO

Zinzen Xavier, Entrepreneur