Opinions

Une opinion de Nicolas Van der Maren et David Weytsman, respectivement conseiller communal à Ottignies/Louvain-la-Neuve (ainsi que vice-président des jeunes MR du Brabant wallon) et conseiller communal à la Ville de Bruxelles (ainsi que président des jeunes MR de Bruxelles-Capitale).

Homosexualité Ce 17 mai sera la journée internationale de lutte contre l’homophobie. Elle sera suivie de la 18e édition de la Gay Pride, devenue la Belgium Pride se voulant un rassemblement fédérateur pour toutes celles et ceux qui soutiennent le droit à la différence, la lutte contre les discriminations Cela sera aussi l’occasion de fêter le 10e anniversaire de l’entrée en vigueur de la loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe.

Comme jeunes libéraux, nous sommes fiers de rappeler que la Belgique a fait partie des pays pionniers et a su, au-delà des peurs irrationnelles et dans l’intérêt de milliers d’enfants, prouver que ce droit ne change ni les fondamentaux de notre société ni les valeurs de respect et de bonheur dans lesquelles toutes les familles devraient avoir l’opportunité de se construire. Ces derniers temps cependant, comme jeunes mandataires de centre droite, nous avons vécu avec souffrance, les déboires et manipulations politiciennes d’une certaine droite française. En prenant position contre "le mariage pour tous", cette droite conservatrice, se définissant comme laïque, mais se prévalant régulièrement d’arguments religieux, nous a non seulement déçus mais, pire, a participé à accentuer un climat d’homophobie.

Nous ne comprenons pas cette opposition à des droits qui permettront à des voisins, amis, enfants, ou petits-enfants de s’aimer publiquement et de protéger leur famille. Nous avons été touchés, lors de ces manifestations, par de honteux amalgames entre l’homosexualité et la pédophilie, la zoophilie, l’inceste ou le viol des normes morales "naturelles". Certes, il s’agit d’arguments si excessifs qu’ils en deviennent insignifiants Mais soyons honnêtes, ces manifestations nous ont blessés...

En Belgique, la communauté LGBT a acquis de nombreux droits fondés sur les principes d’égalité et de non-discrimination. Nous entendons déjà certains nous dire : "Ne vous plaignez pas. En Belgique c’est le paradis pour les homosexuels." C’est vrai et faux à la fois. Certes, le Parlement a légiféré, mais la tolérance et l’acceptation de la différence ne se décrètent pas : ce sont des valeurs qui nécessitent davantage d’éducation et de sensibilisation, sans aucune forme de prosélytisme.

En Belgique, tout n’est pas rose pour la communauté LGBT. Nous vivons depuis plusieurs années une recrudescence d’actes de violences verbales et physiques dans de nombreuses grandes villes. Nombreux connaissent des victimes ou ont déjà été victimes soit parce qu’ils étaient vulnérables, soit parce que si le mariage est un droit, les signes ostentatoires de l’amour entre deux femmes ou deux hommes devraient toutefois, selon certains, se vivre en cachette.

C’est notamment pour ces motifs que nous participerons à la prochaine Belgium Pride, pour continuer à clamer haut et fort qu’un couple de filles ou de garçons mérite le même respect qu’un couple hétérosexuel. Parce que, encore une fois : quand les droits sont consacrés par des textes légaux, ils doivent être cultivés et enseignés, notamment en sensibilisant les professeurs et élèves dans toutes les écoles ! L’histoire continue de nous montrer que certains droits et libertés, tels que l’IVG, le respect des femmes, sont fragiles car régulièrement remis en question.