Opinions
UNE OPINION D'ASSITA KANKO, AUTEURE, CONSEILLERE COMMUNALE (MR) ET CONSEILLERE DE POLICE.

Victime d’un arrachage de sac, j’ai réalisé que quelque chose ne tourne pas rond ici en matière de sécurité. J’ai constaté la frustration des policiers et la dévalorisation de leur travail. L’état de droit, c’est aussi pour les victimes.


L’impunité n’est pas un mythe, elle gangrène réellement notre société. J’ai souvent entendu les histoires des autres et partagé ou relayé leur indignation. Le 29 mars dernier je l’ai vécu en direct dans un quartier où je vis dans une certaine insouciance depuis 10 ans.

Vers 14 heures, je finissais de déjeuner avec une amie à Bruxelles. Nous étions de bonne humeur et il faisait beau. Nous remontons ensemble la rue de Namur quand Annemie, qui est garée dans le parking d’à côté, me propose de me reconduire chez moi. Mais ce n’est pas loin, et je tiens tant à marcher un peu. Vers 14 h 20, j’arrive devant ma porte près de la chaussée d’Ixelles. Avant de prendre les clés, je regarde derrière moi, un homme portant une doudoune grise marche avec nonchalance… Il me semble étrange car il fait chaud. L’homme est grand, quasiment 2 mètres avec des épaules larges. De l’autre côté de la rue, j’aperçois un autre homme un peu barbu qui, lui n’a pas l’air suspect. La lumière du jour et la proximité de ce passant me rassurent.

Il me traîne, je ne lâche pas le sac

Comme tous les jours depuis tant d’années déjà à Ixelles, je tiens mon sac dans mon poignet gauche et j’introduis la clé dans la serrure pour rentrer chez moi. C’est là que je sens une forte traction et mon sac qui s’en va… Très rapidement, je lâche la clef et me retourne en repliant le bras pour ne pas perdre mon sac : mon agresseur n’est personne d’autre que l’homme à la doudoune grise. Son regard croise le mien, mais il tire toujours mon sac, il veut manifestement que je lâche prise. Je résiste de toutes mes forces mais il est plus fort. Il me traîne jusqu’à la porte suivante parce que je ne lâche pas le sac… j’ai perdu mes escarpins. Entre-temps l’autre passant arrive, il intervient et m’aide à retenir mon sac à main obligeant le voleur (plusieurs secondes plus tard seulement !) à partir en courant. Il était toujours dans le quartier. J’ai remercié l’homme, j’ai prévenu les femmes du salon voisin et je suis rentrée chez moi, très secouée avec des douleurs au poignet gauche et aux chevilles à cause de l’effort fourni.

"La police ne fait rien"

Une fois chez moi, je réalise ce qui vient de se passer. Comme de très nombreuses autres femmes et hommes à Bruxelles, j’ai été agressée. J’ai eu de la chance, car ce n’était pas la nuit, toute seule dans une rue déserte. Les larmes emplissent mes yeux, je tremble. Que faire maintenant ? Je me souviens qu’il faut porter plainte, mais le témoin est déjà parti. Je m’en veux. Je descends et vais au commissariat de police où je dépose une plainte, je suis sûre que je peux reconnaître mon agresseur.

Je suis convaincue que c’est ce qu’il faut faire. Mais sur le réseau social Facebook, plusieurs personnes me disent par messages privés que cela ne sert à rien. Est-ce vrai ? Le lendemain la police interrogeait un homme pour d’autres faits. Le voir me foudroie. Je l’ai reconnu et l’ai dit à un policier. Je me sens vulnérable. Sera-t-il appréhendé ? Avec beaucoup d’espoir j’attends. Mais très rapidement l’homme est libéré sur ordre du magistrat. Pourquoi si peu d’efforts ? Où est l’autre homme qui m’a aidée ? Comment le retrouver ? Et les caméras de surveillance ? Y’a-t-il des caméras ?

Quelques victimes me disent le côté systématique des relaxations. Pour elles, à quoi bon porter plainte ? "De toute façon la police ne fait rien." C’est presque un refrain…

La pédagogie de la sanction

Or, en sortant du commissariat de police ce jour-là, ce n’était pas pour moi que j’étais désolée mais pour la police. Pour ces hommes et femmes de chair et de sang qui nous protègent comme ils peuvent dans un système qui ne fonctionne plus. Régulièrement, on entend que des criminels, auteurs de faits graves, étaient connus des services de police mais ont souvent réussi à bénéficier de l’impunité à un moment ou l’autre de leur parcours criminel.

L’impunité rend notre ville fragile et désordonnée, et la raison du plus fort y deviendra petit à petit la meilleure. On encourage de petits criminels à devenir de grands criminels. De cette façon, nous n’obtiendrons aucun respect pour l’autorité et l’ordre dans la société. Nous ne cultiverons pas le sens des responsabilités chez les candidats criminels. Nous ne pourrons pas récupérer par la pédagogie de la sanction ceux qui sont en train prendre le chemin de la délinquance. Les gens honnêtes doivent encaisser en permanence mais la police elle, recroise le lendemain dans les rues les gens qu’elle a arrêtés la veille. Ceux-là savent qu’ils ne risquent pas grand-chose.

Qui protège les policiers ?

La source de frustration pour les policiers n’est pas seulement la dévalorisation de leur travail mais la perte de la confiance de la population et l’exposition à des risques plus importants sans avoir les moyens de se protéger ou de se défendre.

Eux, ils nous protègent, mais qui les protège eux ? Les agressions de policiers en France ou en Belgique se sont multipliées ces dernières années. Nos policières et policiers sont des êtres de chair et de sang. Donnons-leur une raison de se lever chaque matin avec plus d’enthousiasme que le jour précédent et la certitude que leur travail sert à quelque chose.

L’état de droit, ce n’est pas que pour les criminels, c’est aussi pour les victimes. La politique doit faire de la lutte contre l’impunité une priorité. Rendre sa fierté à la police et réparer toute la chaîne de sécurité qui est en panne à plusieurs niveaux. Sinon nous allons tout droit vers le désordre et la déliquescence.

(1) Auteure de "Parce que tu es une fille. Histoire d’une vie excisée" et "La deuxième moitié, plaidoyer pour un nouveau féminisme".

Ce lundi 8 mai, la N-VA a décerné l’"Eperon d’ébène" à la conseillère communale MR ixelloise Assita Kanko. Cette distinction, octroyée chaque année depuis 9 ans, consacre "un nouveau/nouvelle Flamand(e) pour ses mérites particuliers".