Ripostes

Les plateformes collaboratives telles que Airbnb et BlaBlacar doivent-elles toutes adopter une charte de non-discrimination ? Peu de faits sont rapportés. Mais des études évoquent le problème. Ainsi que la création de sites destinés à des minorités.


Contexte

Une action collective a été lancée en mai dernier aux Etats-Unis contre Airbnb pour discrimination. Mais le plaignant a été débouté en raison de la clause de renonciation inscrite dans les conditions générales de la plateforme.

Une étude réalisée à partir d’un an de données collectées sur le site de BlablaCar, par trois chercheurs en économie de l’ESC Rennes, l’université Rennes 1 et l’université de Caroline du Nord, démontre que les conducteurs avec un nom à consonance arabe ou musulmane ont significativement moins de chances d’attirer des passagers que ceux avec un nom à consonance française.

Une autre étude publiée par la Harvard Business School révèle que les utilisateurs d’Airbnb ayant un nom à consonance afro-américaine ont environ 16 % de chances en moins d’avoir une réponse positive à leurs requêtes que ceux qui ont un nom à consonance blanche.

Des plateformes communautaires favorisent une forme d’entre soi. Innclusive offre des services identiques à ceux d’Airbnb, spécialement pour les Afro-Américains. MisterB&B se concentre sur la communauté gay. BlaBlaCar a créé une version "entre femmes" de son offre de covoiturage.


Oui - Patrick Charlier, directeur francophone d'Unia (ex-Centre interfédéral pour l'égalité des chances):

" Pour plusieurs raisons, les faits sont rarement dénoncés mais ils existent. Par ailleurs, on est dans un système de proximité : la tendance est de se regrouper entre pairs. Le rejet peut donc aussi être inconscient. "


Non - Jonathan Schockaert, co-fondateur et CEO de ListMinut:

" Jusqu’à présent, nous n’avons pas été témoins de discriminations sur la plateforme d’économie collaborative ListMinut. Au contraire, des témoignages attestent de rencontres qui élargissent les horizons ."


Découvrez les interviews de Patrick Charlier et Jonathan Schockaert dans notre sélection lalibre.be.