Ripostes

La fête des mères aura lieu dimanche en Belgique. Dans une école, les enseignants ont choisi de ne pas confectionner de cadeaux avec les enfants pour laisser le choix aux familles de célébrer cette fête. 

La traditionnelle fête des mères approche. Dans les écoles, les enfants s'activent pour préparer un cadeau qu'ils offriront dimanche. Dès l'Antiquité, on retrouve des traces d'une célébration des mères à travers des cérémonies en l'honneur de Rhéa, la mère de tous les dieux en Grèce. Si ces rituels repris par les Romains ont disparu au fur et à mesure de l'expansion du christianisme, une fête des mères a resurgi au XVe siècle en Angleterre. En France, c'est en 1906 que l’Union fraternelle des pères de famille méritants d’Artas (Isère) instaure une "Fête des Mères" pour récompenser les mères les plus méritantes. Les deux guerres mondiales vont donner de l'ampleur à cette journée d'hommage aux mères.

Aujourd'hui, la fête des mères est une tradition bien ancrée en Belgique. Mais depuis quelques années, "au vu de situations familiales délicates", une école française a choisi de remplacer les fêtes des mères et des pères par "une fête des gens que l'on aime". Les enfants préparent deux cadeaux, rapportés la même semaine, à offrir à deux personnes qu'ils aiment. Dans une école belge, les enseignants ont choisi de ne pas confectionner de cadeaux avec les enfants pour laisser le choix aux familles de célébrer cette fête. 

Et vous, qu'en pensez-vous ? Faut-il supprimer cette tradition pour laisser le choix aux familles ou la remplacer par une "journée des gens que l'on aime" ?