Ripostes

En 2017, une personne sur quatre tuées lors d’un accident de la route avait 65 ans ou plus. Bianca Debaets (CD&V) propose aux seniors bruxellois de suivre des cours de mise à niveau des connaissances du Code de la route. Rassurant ou stigmatisant ? 

En 2017, une personne sur quatre tuées lors d’un accident de la route en Belgique était un senior : c’est bien plus qu’en 1992, où seulement une personne sur six (17 %) décédées à la suite d’un accident avait 65 ans ou plus. C’est ce que révèle une étude de Vias, l’institut belge pour la sécurité routière, publiée ce lundi.

L'année dernière, 259 personnes de plus de 65 ans ont été victimes d’un accident de la route en région bruxelloise. La plupart d’entre elles étaient impliquées en tant qu’usagers faibles (115 piétons) mais un nombre non négligeable de 102 seniors étaient en voiture, révélait La DH lundi.

"Les seniors sont surreprésentés dans certains types d’accident. C’est notamment le cas lors de situations complexes comme des carrefours, lorsqu’il faut tourner à gauche en particulier", commente Benoît Godart, porte-parole de l’institut.

Dangereux dans le trafic ?

Les seniors sont-ils dès lors plus dangereux sur les routes que les autres usagers ? Pour Benoît Godart, la réponse est non : "Les seniors sont plus en danger qu’ils ne sont dangereux. Ils sont plus souvent impliqués dans des accidents comme par exemple de plus petits accrochages alors que les jeunes sont davantage impliqués dans des pertes de contrôle du véhicule. Les seniors ont quatre fois plus de risque d'être tués ou mortellement blessés que les autres usagers dans les accidents est surtout dû à leur vulnérabilité. Un accident impliquant une personne de 75 ans et le même accident avec une personne de 25 ans n’aura pas les mêmes conséquences."

L’étude Vias donne d’autres explications au taux plus élevé de décès sur la route chez les seniors. "Outre leur vulnérabilité, les seniors sont plus à risque d’être impliqués dans un accident en raison des changements de l’état comportemental, cognitif et physique liés à l’âge et de la baisse d’aptitude à la conduite que ces changements peuvent occasionner. Finalement, les seniors conduisent moins fréquemment et parcourent moins de kilomètres. Quel que soit leur âge, les personnes qui conduisent moins sont plus souvent impliquées dans un accident", peut-on lire dans le document.

Dix heures de cours théoriques

L’augmentation du nombre de seniors impliqués dans des accidents de la route inquiète la secrétaire d’État bruxelloise à la Sécurité routière, Bianca Debaets (CD&V), qui a décidé de proposer aux seniors de la région bruxelloise des cours de mise à niveau des connaissances du Code de la route. L’initiative n’est pas neuve, plusieurs mutualités et communes proposent déjà aux seniors ce type de cours. Mais il s’agit de la première initiative officielle de la part d’une région en Belgique.

"Vu que certains ont passé leur permis il y a très longtemps, il est sans doute utile de rafraîchir la mémoire par rapport aux règles essentielles de la sécurité routière. Avec leur expérience, les inspecteurs brevetés en auto-écoles agréées pourront en quelques heures apporter des conseils extrêmement précieux", a commenté la secrétaire d’État.

Ces cours gratuits seront donnés sur base volontaire par la Fédération des auto-écoles agréées. Il faudra compter quatre périodes de 2 h 30 par groupe de vingt personnes, soit 10 h de leçons théoriques.

Des leçons, oui, mais sur base volontaire

Benoît Godart estime que ces cours de mise à niveau du Code de la route seront bénéfiques aux seniors : "C’est une bonne idée. Le Code de la route a beaucoup évolué ces dernières années et c’est important de le connaître, d’en avoir les dernières mises à jour. Je pense que les seniors sont eux-mêmes demandeurs de ces informations. Je leur donne parfois de petits cours théoriques et je constate un grand intérêt de leur part."

Ce dernier précise toutefois que ces leçons ne doivent en aucun cas devenir obligatoires pour les personnes âgées. "Vias est opposé à toute obligation. Généralement, l’effet est contre-productif et stigmatisant. Finalement, il n’y aurait aucun effet bénéfique pour la sécurité routière", conclut le porte-parole.

Si vous avez plus de 60 ans, que vous résidez en région bruxelloise et que vous souhaitez suivre ces cours, vous pouvez contacter la Fédération des auto-écoles agréées par e-mail à l’adresse info@faa.be ou par téléphone du lundi au vendredi de 9 h à midi au 071.54.23.44.


Quelques-unes de vos réactions sur Lalibre. be

La secrétaire d’État bruxelloise à la Sécurité routière, Bianca Debaets (CD&V), propose depuis ce lundi aux seniors de suivre gratuitement et sur base volontaire des cours de mise à niveau des connaissances du Code de la route. Qu’en pensez-vous ? Nous vous avons posé la question sur lalibre.be. Sur plus de cent réponses, il semble que les avis soient partagés. Certains (49,5 %) y voient une bonne initiative qui permettrait aux seniors de mettre à jour leurs connaissances tandis que d’autres trouvent la proposition de cours stigmatisante envers les personnes âgées (50,5 %).


Faut-il proposer des cours théoriques sur le Code de la route pour les seniors ?

Gil, 66 ans Oui

Le Code de la route a subi de nombreuses modifications que j’essaie de digérer. Malheureusement, il y a ces vieux réflexes de conduite qui sont toujours là et qu’il faut contrer. Je finis par douter de ce que je peux faire ou pas. Par exemple, je doute sur la priorité de droite : oui mais dans une rotonde, c’est priorité de gauche ! C’est l’angoisse à chaque passage piéton de peur de heurter un téméraire ! Je pense que les cours me permettraient de reprendre confiance en moi.

Charlie, 33 ans Oui

Avec l’âge, les réflexes, la mémoire et l’assurance sont mis à mal. Sans compter certains problèmes de santé nuisant à la qualité de conduite : dégénérescence de la vue, de l’ouïe, du tonus musculaire, de la mobilité, etc.

Christian, 66 ans Oui

Si l’on considère que les gens passent leur permis de conduire à 20 ans, cela signifie qu’à 65 ans, ils conduisent toujours sur des bases théoriques vieilles de 45 ans. Pas mal de règles ont cependant changé ou évolué. Une petite mise à jour serait donc utile.

Bruno, 43 ans Oui

Certains ont eu leur permis sans réellement le passer. La circulation a changé depuis et le Code de la route aussi. Beaucoup de seniors manquent d’expérience par le peu de kilomètres qu’ils parcourent. Une remise à niveau théorique et même pratique est nécessaire.

Albert, 73 ans Non

Si on n’est pas capable de s’informer par soi-même, c’est que l’on n’est plus capable de conduire. Et ce ne sont pas quelques heures de bavardages, même judicieux, qui pourront changer un comportement. Je reste informé de l’évolution du Code de la route via Internet et je me targue de le respecter.

Pascal, 50 ans Non

Les seniors roulent en général calmement, au contraire d’autres personnes qui roulent très vite. La Belgique est l’un des plus mauvais élèves européens concernant le respect des limitations de vitesse. C’est suicidaire dans certaines villes d’être piéton et les seniors n’y sont pour rien ! Imposer des cours de conduite à quelqu’un qui est responsable de plusieurs accidents, OK. Mais alors, cette règle devrait s’imposer à tous les conducteurs et non uniquement à ceux qui ont plus de 65 ans.

Christian, 63 ans Non

Ridicule ! Ce n’est pas un problème de Code de la route, c’est un problème d’attitude au volant. De la même manière que pour beaucoup de jeunes conducteurs qui pensent être capables de maîtriser leur véhicule en toutes circonstances, certaines personnes plus âgées ne perçoivent pas tous les dangers de la route, comme par exemple, d’anticiper les "conneries" de certains conducteurs qui comptent sur les bons réflexes des autres pour éviter l’accident.

Carlos, 61 ans Non

Je pense plutôt qu’un changement d’habitudes est nécessaire quand on vieillit. Les trois seniors que je connais et qui conduisent toujours ne le font plus sous la pluie, ni le soir, ni aux heures de pointe, ni sur les autoroutes et se limitent à des trajets locaux qu’ils connaissent bien. Évidemment, cela limite les possibilités.