Ripostes

Quelque 164 000 élèves passent à partir de ce jeudi une des épreuves externes certificatives de l’enseignement obligatoire (en 6e primaire, 2e et 6e secondaires). Mais l’utilité de ces tests à réussir (50 %) pour être sûr de poursuivre est interrogée par certains.


Oui - Eloy Romero-Munoz, chargé de recherche à la Haute Ecole Francisco Ferrer:

" Ce qui est attendu est précisé dans les programmes et référentiels. Il faut permettre aux écoles d’évaluer où elles se situent par rapport à la moyenne, pour pouvoir corriger le tir le cas échéant. Tel est le meilleur système possible dans les conditions actuelles. "


Non - Corinne De Cuyper, association de parents luttant contre l’échec scolaire:

" Cette épreuve externe certificative est inutile, sélective et discriminatoire. Avec 50 % d’échecs en math et en deuxième langue, 20 % en français et 25 % en sciences, beaucoup trop d’élèves sont laissés au bord du chemin. C’est catastrophique ! "


Découvrez les interviews d'Eloy Romero-Munoz et Corinne De Cuyper dans notre sélection lalibre.be.