Ripostes

Deux livres polémiques sortent cette semaine en librairie. Ils traitent de l'identité catholique qui serait menacée par l'immigration et l'islam. Divergents, ils témoignent des doutes qui traversent la catholicisme européen.


Oui - Laurent Dandrieu, rédacteur en chef du magazine "Valeurs actuelles", auteur du livre "Eglise et immigration: le grand malaise" qui sort ce jeudi aux Presses de la Renaissance:

" L’accueil sans limite des migrants souvent prôné par l’Eglise risque de n’être qu’une caricature de charité, et de mettre à mal l’avenir de la société européenne et de l’héritage chrétien."


Non - Erwan Le Morhedec, avocat, catholique, auteur du livre "Identitaire. Le mauvais génie du christianisme" qui paraît ce vendredi aux éditions du Cerf:

"L’essentiel pour un catholique n’est pas de chercher à préserver une civilisation ou à sauver une identité. Le catholique doit chercher en priorité à faire grandir sa foi et à avancer au-delà des rivages du passé."


Deux témoins pour un doute identitaire

Double publication. Ce jeudi, sort dans les librairies le livre de Laurent Dandrieu. Son titre ("Eglise et immigration, le grand malaise"), et son sous-titre ("Le pape et le suicide de la civilisation européenne") ne laissent la place à aucune ambiguïté quant à ses intentions et quant aux craintes qu’il veut relayer. Presque en guise de réplique, sera disponible, ce vendredi, l’ouvrage d’Erwan Le Morhedec au titre lui aussi explicite : "Identitaire. Le mauvais génie du christianisme". Les propos de ces deux auteurs sont différents, leurs thèses sont divergentes, mais les questions qu’ils soulèvent sont identiques. Elles traitent de l’identité occidentale, de l’existence ou non d’une identité catholique et du rôle des croyants dans une société multiple et sécularisée.

Doutes. Leur sortie concomitante n’est pas qu’anecdotique. Elle est surtout révélatrice d’un réel doute qui traverse le catholicisme en Europe occidentale. Ballottés dans un monde qui évolue sans cesse, effrayés par la disparition rapide de la foi et de l’Eglise dans le paysage sociétal, les catholiques sont, comme la plupart de leurs contemporains, pris dans une quête d’identité et, parfois, dans une surenchère identitaire. Quel doit désormais être leur place dans la Cité ? Quelle doit être leur affirmation ? De quelle manière doivent-ils défendre "la foi de leurs pères" ? Alors qu’ils se retrouvent en minorité, alors que leur religion est parfois instrumentalisée à des fins identitaires, ils peinent encore à trouver leurs marques face à ces questions. Dans ce cadre, de surcroît, le discours du pape François, notamment en faveur d’un accueil généreux des réfugiés (mais plus nuancé que le présente ci-contre Laurent Dandrieu), a de quoi les bousculer et les troubler. Signe du calendrier ? Sort également en librairie ce jeudi l’ouvrage de la journaliste Virginie Riva, justement intitulé "Ce pape qui dérange" (Editions de l’Atelier).

Aimer davantage. Au-delà de ces parutions, la question de savoir si on assiste à un repli identitaire de la part des catholiques est légitime. Elle n’est cependant ni suffisante pour éclairer l’ensemble des enjeux auxquels font face ces catholiques, ni pour décrire ce qu’est le catholicisme aujourd’hui. Peut-être pour aborder ces derniers points, le livre du frère dominicain Adrien Candiard ("Veilleur, où en est la nuit ?" paru aux éditions du Cerf) sera-t-il d’une aide non négligeable. Il y rappelle que le devoir du chrétien est de faire de chaque occasion, quelle qu’elle soit, une occasion pour "aimer davantage". En ce sens, il pose la seule question qui vaille pour un croyant, et l’une des seules balises à partir desquels on pourrait approcher la "réalité catholique".


Découvrez les interviews de Laurent Dandrieu et Erwan Le Morhedec dans notre sélection LaLibre.be.