Ripostes

Un gros tour-opérateur belge vient de lancer une campagne de promo pour ses hôtels "adults only". Rien de coquin là-dedans. Objectif: le calme absolu, loin du bruit des enfants. En vogue aux Etats-Unis et en Allemagne, la tendance s'affirme partout en Europe.



De quoi parle-t-on ?

Les vacances. Le site allemand "Urlaub Ohne Kinder" (Vacances sans enfants) est la référence, les Allemands étant très friands de ce luxe depuis longtemps. La plateforme mentionne 713 adresses dans 69 pays. "Top 5" des mieux fournis : Baléares, Mexique, Grèce, Autriche et Canaries.

Les restaurants. Plusieurs restaurants bébés ou enfants interdits ont fait l’objet de la colère des internautes. La plupart, aux Etats-Unis. Mais quelques-uns aussi en France. Dont un à Antibes dont le patron affirmait, il y a trois ans, que la place des bébés n’est pas dans un restaurant (dans le sien en tout cas) pour des raisons de sécurité (en cas d’incendie par exemple), de tranquillité des clients, et économique (une place occupée par une poussette et un bébé qui ne mange pas est un manque à gagner).

Un magasin. Aux USA où la pratique du "No Kids allowed" est ancienne, on trouve même des supermarchés enfants non admis à certaines heures !

Légal ou pas ? L’avocat Christophe Lévy-Dières (cabinet Aston) a expliqué à "L’Express" que la cour d’appel de Paris a validé implicitement ce type d’interdiction en condamnant le Club Med face à des parents qui s’étaient présentés avec un enfant, non pas sur discrimination en fonction de l’âge, mais bien sur le manque d’information claire. Autrement dit, si c’est correctement annoncé, pas de problème.


Pour - Koen Van Den Bosch, porte parole de Neckermann:

" La demande pour des hôtels sans enfants ne fait qu’augmenter. Elle émane de célibataires mais aussi de parents. Il n’y a plus de culpabilité aujourd’hui de partir sans les enfants pour se retrouver au calme. Il ne s’agit pas de discrimination mais bien d’une offre ciblée car nous avons un tas d’autres destinations pour les familles, y compris dans la même catégorie de prix et de confort."

Contre - Laurent Guillou, l'un des trois associés fondateurs du label "Welcome Family".

"C’est choquant, c’est une sorte de discrimination. Lancer des hôtels interdits aux enfants relève avant tout du marketing. J’ai du mal à comprendre une personne en demande d’un lieu sans enfants parce qu’un cri ou un rire pourrait déranger sa tranquillité. Et après, on va interdire qui ? Mais je suis optimiste. Beaucoup d’hôtels mettent au contraire en place des choses très sympathiques pour les familles."


Découvrez les interviews de Koen Van Den Bosch et Laurent Guillou dans notre sélection LaLibre.be.