Ripostes

RTV-TVI a lancé "Mariés au premier regard" qui unit des personnes qui ne se sont jamais rencontrées. Cette émission de télé-réalité fait polémique. Une expérience scientifique et sociale inédite ou une farce qui réinvente le mariage forcé ? Entretiens croisés. 


Oui

Pascal De Sutter - Psychologue, responsable de l'Ecole de sexologie et des sciences de la famille (UCL)

" La science augmente les chances de vivre une relation qui dure. Ainsi, si les contraires s’attirent, ils n’assurent pas le long terme. Le mariage et ses critères de réussite sont au cœur de l’émission "Mariés au premier regard". Une porte pour l’avenir. "


Lancé au Danemark en 2014 et adapté dans une vingtaine de pays, "Mariés au premier regard" propose à des candidats qui ne se sont jamais rencontrés de se marier, et ce sur une base scientifique. Vous êtes l’un des trois experts (à côté d’un sexologue et d’un sociologue) ayant élaboré les tests, y apportant leur caution scientifique. Quels en sont les critères ?

Nous avons basé nos tests sur des études connues en psychologie et en sociologie sur ce qui fait que les couples tiennent ou se séparent, soit les critères de bien-être au sein du couple. A toutes ces variables, nous avons ajouté d’autres critères : l’odorat, par exemple. Certaines odeurs sont attractives, d’autres répulsives. On ne mettra pas ensemble deux personnes qui "ne peuvent pas se sentir" ! Même chose pour la voix, qui constitue un critère favorable ou exclusif. Les participants ont aussi défini un "style physique" qui leur plaît. Mais il était primordial d’exclure toute rencontre afin de sortir de la logique selon laquelle le choix d’une relation se fait sur l’apparence. A noter que le niveau de mal-être mental était un critère décisif au moment de la sélection des candidats.

Dans quels cas la science juge-t-elle que deux personnes sont compatibles : quand leurs personnalités se ressemblent ou lorsqu’elles sont différentes ?

Le débat n’est pas clos. Il semblerait que, globalement, les contraires s’attirent, parce que les personnalités sont complémentaires. Par contre, pour le long terme et la vie quotidienne, il semblerait que ce soit le contraire. Prenons un exemple : si vous êtes désordonné, cela vous attirera sans doute d’être avec quelqu’un de structuré. C’est rassurant. Mais sur le long terme, cette différence pourrait être problématique, source de tensions conjugales.

Si la science prédit l’amour, se trouve-t-on dans le domaine des sciences exactes ?

Non. Nous avons conscience que ces tests ne donnent qu’un indicateur des personnes qui seraient d’avantage compatibles. Nous n’avons pas la prétention de dire que l’expérience est 100 % scientifique. Elle est inspirée de données scientifiques. La nuance est importante.

Tous les facteurs ne peuvent quand même pas être prédits par la science !

Il y a un facteur humain, une part de magie, d’impondérable, qui fait que de la rencontre naît une alchimie, ou pas. Cela, on ne peut pas le calculer. Il n’existe pas un algorithme de l’amour ! Celui-ci ne répond pas à une équation précise. On ne peut pas parler d’un algorithme qui prédirait dans tous les cas qu’un couple fonctionne ou pas. Par contre, si un certain nombre de critères sont présents, on augmente la probabilité de réussite. On peut dire que tel ou tel couple est tellement peu assorti au départ que, statistiquement parlant, il y a un grand risque d’échec. Et inversement.

Pourquoi est-ce important dans cette émission de télé-réalité de faire passer les participants devant les autorités pour officialiser l’union ?

La société de consommation nous touche jusque dans nos relations amoureuses : au moindre problème, on jette et on remplace ! Par cette étape du mariage, on espère que les personnes aillent vers l’engagement et la durée. Le mariage est donc au cœur de cette expérience…

Parce que l’amour scientifique est garanti à vie ?

Lorsque l’on voit le nombre d’échecs amoureux, il est intéressant de se pencher sur ce que la science sait du phénomène amoureux et de ses mécanismes. Se préoccuper des traits de caractère avant de choisir a beaucoup d’avenir. Si cette expérience, éprouvante pour ceux qui la vive, paraît atypique, voire choquante, elle le sera peut-être moins à l’avenir, lorsque l’on aura constaté que cela permet à des couples de durer plus longtemps.

La télé est-elle devenue la marieuse du XXIe siècle ?

Exactement ! Avec la différence fondamentale du libre arbitre. Les participants peuvent quitter l’expérience quand ils le souhaitent ou divorcer assez facilement. Mais on les encourage à aller jusqu’au bout de l’émission, soit le mariage - et le jour de la découverte mutuelle -, pour mieux se connaître personnellement.


Non

Camille Rochet - Psychologue et thérapeute de couples et auteur du blog Anoustous

" Cette émission de télé-réalité décrédibilise le sens et l’importance du mariage qui n’a rien d’un jeu. Elle joue avec les sentiments et les émotions, ce qui peut provoquer de graves blessures comme des angoisses d’abandon. Elle fait du mariage une farce. "


Que pensez-vous du concept de cette émission de télé-réalité "Mariés au premier regard" où des experts décident du degré de compatibilité entre personnes qui vont ensuite se marier réellement devant un bourgmestre, sans qu’elles ne se soient jamais rencontrées auparavant ?

Cette émission accompagne ce mouvement qui, aujourd’hui, discrédite le mariage et le sens de l’engagement. Cette télé-réalité est paradoxale. D’un côté, elle va insister sur la cérémonie, sa mise en scène et l’émotion dégagée, mais en même temps, elle décrédibilise le sens et l’importance du mariage. Ainsi le mariage peut-il rassurer et porter des conjoints qui vont considérer que si un autre est capable de se marier avec soi, ça vaut le coup de se battre. Ici, par contre, on avance que si ça ne va pas quinze jours après le mariage, ce n’est pas grave, on divorce. Plus loin, se marier devant l’autorité civile puis signer un contrat de mariage chez un notaire ne sont pas des jeux. C’est pourtant ce que suggère cette télé-réalité. Elle joue aussi avec les sentiments et les émotions des uns et des autres. C’est dangereux de toucher à cette chose la plus intime qui est le fait d’être aimé. Le mariage, c’est dire oui à s’engager avec une personne pour la vie. Et voilà que cette émission joue et teste cet amour inconditionnel auquel nous aspirons tous. Cela peut provoquer de graves blessures comme des angoisses d’abandon. On ne sait pas comment, derrière l’écran, les gens peuvent réagir.

La production vend son émission comme une "expérience scientifique et sociale". La science peut-elle prédire la comptabilité en vue d’un mariage ? Est-ce l’avenir ?

On peut estimer rationnellement qu’une telle union peut avoir plus de chance de durer. Deux personnes qui n’ont rien en commun hormis se trouver belles et apprécier l’odeur de l’autre, ce sera un peu léger. S’il n’y a pas de valeurs, de culture ou d’intérêts en commun, ce sera plus compliqué. Si certains revendiquent l’étude scientifique, je parlerai simplement de bon sens pour savoir qu’on s’aime aussi sur des ressemblances que l’on peut déceler et rassembler. Maintenant, cette émission "Mariés au premier regard" met de côté la vie à deux, cette construction qui n’a rien de scientifique, mais qui ressort du degré d’implication, du sérieux des personnes et de leur volonté. On ne peut pas mesurer cette dimension. L’amour est ce qu’on ressent, mais aussi ce qu’on décide de faire. Une personne peut avoir tous les critères "scientifiques", mais s’il n’y a pas le feeling, que je le "sente" et que j’aie confiance, l’engagement n’est pas possible. Il y a des phénomènes qui, heureusement, nous échappent. Nous ignorons - et c’est salutaire - tous les ingrédients de cette alchimie qu’est l’amour.

Que révèle selon vous cette télé-réalitée - dont le concept a tout de même été vendu dans une vingtaine de pays - sur notre époque et ses contemporains ?

Cette émission révèle, à mon sens, une énorme blessure au niveau affectif. Elle renvoie à une certaine tristesse et une solitude. Exit la confiance, on cherche toutes les aides possibles pour se rencontrer. Mais surtout, elle montre notre volonté de maîtrise en se reposant sur un rapport dit "scientifique". Aujourd’hui, nous voulons tout maîtriser et avons du mal avec les décisions qui nous échappent et la frustration. Tout doit être sous contrôle. Où restent le naturel, la spontanéité, la fraîcheur, la liberté ? Enfin, elle dévoile une grande désillusion de ce qu’est l’amour aujourd’hui. Face à une insécurité affective, les gens blessés espèrent une garantie. La science peut-elle la délivrer ? J’en doute.

L’émission connaît un grand succès chez les téléspectateurs. Pourquoi ?

C’est un spectacle qui fonctionne bien. Rarement un enfant affirmera ne pas avoir envie de se marier. Le mariage reste une croyance intime de l’humain qui envie et recherche un amour inconditionnel qui va durer toute la vie. Malheureusement, le spectacle en fait une farce.



Les mathématiques de l'amour

Transaction économique. Deux chercheurs de l’institut de recherches socio-économiques du Luxembourg (Liser) ont construit un modèle selon lequel la quête de l’âme sœur ne serait qu’une variation de la transaction économique. Selon eux, en effet, " nous recherchons le meilleur accord pour nous-mêmes en faisant concorder nos attributs avec ceux d’une autre personne ".

Equations. Comment avoir du succès sur un site de rencontres, trouver la bonne personne, ne pas divorcer ? Hannah Fry , mathématicienne anglaise, applique des formules mathématiques à l’amour afin de répondre à ces questions. Elle l’explique avec humour lors d’une conférence "TED" : https ://goo.gl/CH7ivB


Réaction

Pas tendre, la critique de "Télérama"

"On reste abasourdis devant ce concept terriblement rétrograde. Sans surprise, on n’apprendra rien sur les fameux tests, évacués rapidos. L’‘expérience scientifique’ se transforme vite en une pure télé-réalité aux enjeux oiseux (les candidats auront-ils le courage d’aller jusqu’au bout ? Comment réagiront leurs parents ?), bourrée de généralités sur l’homme, la femme, le couple. Le mariage ? ‘L’engagement le plus fort’ qui puisse être pris par deux personnes. Le bonheur conjugal ? ‘A la portée de tous si on en connaît les fondamentaux’ La femme ? Une petite fille amoureuse de son papa jusqu’à ce qu’un autre homme ‘demande sa main’ et vole son cœur’… On vous en passe et des meilleures." (7/11/2016 sur www.telerama.fr/ )


© RTL