Ripostes Comment doit-on comprendre l’assertion du ministre Claude Guéant “Toutes les civilisations ne se valent pas” ? (hors contexte de la campagne électorale française) ?

Philosophiquement, rien n’est plus juste que ce propos. Si on le nie, on se trouve en face de grandes difficultés. Les civilisations dans lesquelles les sacrifices humains étaient obligatoires valaient-elles celles où ils sont proscrits ? Malgré certaines beautés, la civilisation aztèque ne valait pas la civilisation espagnole. Vivre, construire, édifier des civilisations signifie évaluer, s’évaluer soi-même comme capable de faire mieux que les autres. S’il existe un universel - par exemple les droits de l’homme, l’égalité, l’importance de la vie individuelle - alors les civilisations se hiérarchisent par rapport à leur plus ou moins grande proximité à cet universel. Elles ne se valent donc pas. Refuser cette évaluation ne revient pas seulement à refuser l’universalité, c’est aussi refuser l’idée de progrès. Si toutes les civilisations se valent, aucune n’est meilleure que d’autres et la barbarie ne peut être condamnée.

Comme accusent certains détracteurs, est-ce de la xénophobie que d’affirmer cela ?

On peut trouver choquantes par leur psittacisme les réponses-réflexes adressées par la gauche à M. Guéant. Dire que tout se vaut est dire que rien ne vaut, bref c’est la définition du nihilisme. La réaction de la gauche à ses propos montre à quel point celle-ci est encore le porte-parole du nihilisme. Elle n’est pas la voix du peuple, des sans-grade, mais celle, comme Nietzsche l’avait vu (en particulier lorsqu’il fustigeait le socialisme), du nihilisme. De plus, la xénophobie n'est pas condamnable en soi, elle ne peut-être tenue, au contraire du racisme, pour une faute morale. Le racisme est biologique (il regarde l’autre comme appartenant à une autre espèce), la xénophobie est politique (elle regarde l’autre comme appartenant à une autre cité, à un autre Etat). Le racisme brise l’unité biologique de l’humanité, quand la xénophobie renforce les entités politiques. La vertu civique et la xénophobie vont souvent ensemble. Rien de grand dans l’histoire de l’humanité - y compris la Révolution française, en particulier dans son moment expansionniste - ne s’est fait sans un sentiment de supériorité teinté de xénophobie.

Dire cela maintenant, fait-il partie d’une stratégie électorale de l’UMP face au FN en France ?

Probablement. Mais ce n’est pas parce qu’un énoncé aurait pu être prononcé par le FN ou pour attirer les électeurs du FN qu’il est faux. Donnons un exemple inverse, sur la même thématique, d’un énoncé prononcé par un politicien hautement respectable, et faux pour autant. Voici ce qu’a dit Léon Blum dans un discours devant l’Assemblée nationale le 9 juillet 1925 : "Nous admettons qu’il peut y avoir non seulement un droit, mais un devoir de ce qu’on appelle les races supérieures, revendiquant quelquefois pour elles un privilège quelque peu indu, d’attirer à elles les races qui ne sont pas parvenues au même degré de culture et de civilisation." Bien que prononcée par un socialiste légendaire, l’ami du philosophe Alain et le futur chef du Front Populaire, la phrase de Léon Blum n'est pas vraie du fait de l’emploi du concept de race, scientifiquement contestable. La rectitude de l’intelligence doit inciter à juger les propos selon leur contenu plus que selon l’opinion que l’on se fait de leurs locuteurs.