Ripostes

Le 20 juin , le ministre de la Justice a donné pour instruction aux directeurs de prisons d’octroyer des "congés pénitentiaires prolongés" à certains condamnés, afin de leur permettre d’être alternativement une semaine dehors et une semaine en prison.


Oui - Philippe Goffin, juriste, député fédéral (MR) et président de la commission Justice.

"Ce temps plus long permettra à des détenus exemplaires de travailler davantage à leur réinsertion. A côté, cette mesure s’inscrit dans la volonté du gouvernement de lutter contre la surpopulation carcérale."


Non - Olivia Nederlandt, chercheuse FRS-FNRS à l’Université Saint-Louis Bruxelles.

"Un détenu "absent" une semaine sur deux ne pourra sans doute pas avoir de travail ou de formation en prison. Dehors, c’est le même combat. Comment trouver un emploi ou s’inscrire à une formation si l’on annonce qu’on ne sera présent qu’une semaine sur deux ?"


Découvrez les interviews de Philippe Goffin et Olivia Nederlandt dans notre sélection lalibre.be.