Afghanistan: l'avancée des talibans depuis un an

Publié le à Kaboul (AFP)

Les principales offensives menées par les talibans depuis l'éphémère prise de Kunduz en septembre 2015.

- Prise de Kunduz, dans le Nord-est -

Le 28 septembre 2015, les talibans lancent un assaut contre Kunduz, capitale provinciale du Nord-Est, parvenant, pour la première fois depuis la chute de leur régime en 2001, à s'emparer d'un grand centre urbain. Trois jours plus tard, les forces afghanes annoncent la reprise du centre-ville mais les combats se poursuivent dans les faubourgs pendant près de deux semaines.

Le 3 octobre, en plein combats entre insurgés islamistes et armée afghane, soutenue par les forces spéciales de l'Otan, un avion des forces spéciales américaines bombarde l'hôpital de Médecins sans frontières (MSF). Le drame fait 42 morts, dont 14 membres de l'ONG, et des dizaines de blessés.

Le 13 octobre, les talibans annoncent leur retrait complet de Kunduz.

- Districts du Sud assiégés -

Fin 2015, les insurgés prennent le contrôle de larges parties du district-clé de Sangin, haut-lieu de la production d'opium, dans l'est de la province du Helmand, un fief taliban dans le Sud.

En février et mars 2016, les forces afghanes se retirent de plusieurs districts des provinces de Helmand et Uruzgan pour renforcer des points stratégiques, en particulier pour défendre Lashkar Gah, capitale provinciale du Helmand assiégée par les talibans.

- Offensive de printemps, Kaboul ciblé -

Début mars 2016, les talibans refusent de participer aux pourparlers de paix avec Kaboul, mettant un coup d'arrêt aux espoirs du gouvernement de régler un conflit vieux de plus de 14 ans.

A la mi-avril, les talibans annoncent le début de leur "offensive de printemps" baptisée "Opération Omari", en l'honneur du mollah Omar, le fondateur du mouvement taliban dont la mort a été annoncée à l'été 2015.

Les insurgés lancent un assaut contre Kunduz. Les forces gouvernementales avec le soutien - aérien notamment - de leurs alliés occidentaux réussissent à repousser cette nouvelle offensive sur la ville. Mais la situation reste tendue.

Le 19 avril, un attentat contre un bâtiment officiel à Kaboul fait au moins 64 morts et près de 350 blessés. Il s'agit d'une des attaques les plus meurtrières menées par les talibans dans la capitale depuis 2001.

Le 21 mai, le chef des talibans afghans, le mollah Akhtar Mansour, est tué dans un tir de drone américain au Pakistan. Son successeur, le mollah Habatullah Akhundzada, appelle les "envahisseurs américains" à quitter l'Afghanistan.

- Poussée talibane dans le Sud -

En juin, Barack Obama annonce un renforcement de l'engagement américain en soutien aux forces afghanes, en autorisant les forces américaines à s'attaquer plus directement aux talibans qui menacent le gouvernement de Kaboul.

Un mois plus tard, il annonce le maintien de 8.400 soldats américains dans le pays jusqu'à la fin de son mandat, début 2017.

Début août, les talibans déclenchent une vaste offensive dans le Helmand, encerclant Lashkar Gah et ses 200.000 habitants. L'armée afghane est épaulée par les frappes aériennes afghanes et américaines.

L'armée afghane, qui envoie de nouveaux renforts, dont ses forces spéciales, dans le Helmand pour protéger la capitale provinciale, mène une contre-offensive.

- Troisième capitale provinciale menacée -

Après Lashkar Gah et Kunduz, les talibans menacent désormais une troisième capitale provinciale, Tarin Kot, chef-lieu de la province d'Uruzgan (sud) où d'intenses combats ont lieu.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.