Afghanistan: plus de 50 tués dans l'assaut contre une base

Publié le à Mazar-i-Sharif (Afghanistan) (AFP)

L'assaut de plusieurs heures conduit par un commando taliban contre une base militaire des forces afghanes dans le nord du pays a fait "plus de 50 tués", vendredi, fauchés à la mosquée et au réfectoire.

"Plus de 50 soldats afghans ont été tués" appartenant au 209è Corps d'armée, stationné aux abords de la capitale septentrionale Mazar-i-Sharif, a indiqué en soirée à l'AFP un porte-parole de l'armée américaine à Kaboul.

Aucun bilan ne pouvait être obtenu de source afghane.

L'attaque qui a commencé vers 14h00 locales (9H30 GMT) et s'est terminée en début de soirée a impliqué une dizaine d'assaillants, selon le porte-parole du ministère de la Défense, le général Dawlat Waziri, contacté par l'AFP.

"Au total dix assaillants ont conduit cette attaque, sept d'entre eux ont été tués, deux se sont fait exploser et un a été arrêté par les forces afghanes" a détaillé le général Waziri.

- En uniformes -

Il avait auparavant précisé que le commando était apparu "en uniforme". Il s'agit de la pire attaque visant les forces afghanes depuis l'assaut contre le principal hôpital militaire du pays, revendiqué par le groupe Etat Islamique début mars à Kaboul, qui avait fait officiellement 50 morts -- et sans doute plus du double.

Dans un communiqué, le général américain John Nicholson, qui commande l'opération de l'Otan Resolute Support en Afghanistan, a précisé que l'attaque avait visé "les hommes pendant la prière à la mosquée et d'autres au réfectoire" de la base.

Le général a "rendu hommage aux commandos afghans qui ont mis fin à ces atrocités", confirmant la fin des opérations et l'intervention des forces spéciales afghanes, entraînées et formées par les forces occidentales .

Un premier bilan du ministère afghan de la Défense donnait huit tués et 11 blessés. Les officiels afghans tendent à minimiser les bilans des attaques jihadistes.

Par ailleurs, aucune précision supplémentaire n'était disponible en soirée sur le mode d'opération du commando qui a résisté pour les derniers combattants plus de cinq heures.

Les talibans ont rapidement revendiqué l'opération dans un communiqué.

"Vers 14H00 (09H30 GMT) nos moudjahidines (combattants, ndlr) ont lancé une attaque complexe contre le corps d'armée stationné à Mazar-i-Sharif, dans la province de Balkh, tuant des dizaines de soldats" a écrit leur porte-parole Zabihullah Mujahib, connu pour régulièrement exagérer les bilans.

- A l'heure de la prière -

Elle est survenue à la mi-journée, à l'heure de la grande prière du vendredi quand les hommes sont désarmés.

Sur place, le commandant du corps d'armée dans la province, le général Mohmand Katawazi, avait rapporté en fin de journée la persistance de tirs "entre l'armée et les assaillants".

Dans la soirée cet officier ne pouvait plus être joint en dépit de nombreuses tentatives.

Plusieurs hélicoptères militaires ont longtemps survolé le site alors que les opérations étaient toujours en cours et que les ambulances évacuaient les corps des victimes, a constaté le correspondant de l'AFP.

Depuis l'attaque de l'hôpital Sardar Daud Khan le 8 mars, qui avait duré plus de six heures en plein coeur de Kaboul, beaucoup craignaient une opération spectaculaire des talibans en forme de réponse. Même si la responsabilité de l'EI n'a pas été officiellement établie.

Par ailleurs, les talibans s'apprêtent d'un moment à l'autre à lancer leur traditionnelle offensive de printemps, même si la trêve hivernale n'a été cette saison que partielle.

Depuis 2015 et le retrait de la majorité des forces occidentales fin 2014, les insurgés islamistes ne cessent d'enfoncer les fronts d'une armée afghane débordée, malgré les conseillers de l'Otan et les frappes aériennes américaines conduites pour les soutenir.

Les Etats-Unis conservent 8.400 hommes stationnés dans le pays. Le général Nicholson a estimé en février devant le Congrès à Washington qu'il en faudrait "quelques milliers de plus" pour venir à bout de l'offensive.

Plus d'un tiers du territoire national échappe au contrôle du gouvernement afghan et de nombreuses régions sont âprement disputées par les différentes parties.

Le 13 avril, les forces américaines ont utilisé la plus puissante des bombes conventionnelles en leur possession contre un réseau de tunnels et de grottes utilisé par l'EI, dans l'Est du pays, faisant 96 tués dans les rangs jihadistes.

La zone n'a pas été rouverte aux civils depuis.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Facebook

cover-ci

Notre sélection d'annonces

Cover-PM