Arnaud de Puyfontaine bientôt président de Telecom Italia

Publié le à Paris (AFP)

Arnaud de Puyfontaine, en passe de devenir le nouveau président de Telecom Italia, est surnommé par la presse italienne le "cardinal de Vincent Bolloré" depuis son arrivée chez Vivendi.

Ce patron de presse de 53 ans, passé par Le Figaro, Emap, Mondadori et Hearst, se montre aussi à l'aise en France qu'en Grande-Bretagne ou en Italie.

Silhouette mince et lunettes rondes, cet Européen convaincu peut sembler volubile mais il sait aussi très bien manier la langue de bois.

Devenu en 2014 président du directoire de Vivendi, il s'est attelé à la refondation du groupe et a joué régulièrement les émissaires avec l'Italie au cours d'une tentative d'alliance avec Mediaset qui a vite dégénéré en conflit avec la famille Berlusconi.

Vivendi lui a réservé la première place dans sa liste de candidats au conseil d'administration de Telecom Italia, dont il est le principal actionnaire avec 24% du capital. Ce rang sur la liste est généralement celui du candidat à la présidence.

C'est sans doute pour son expérience internationale et sa vision de la transformation des médias qu'il a été recruté par Vincent Bolloré, homme fort et premier actionnaire de Vivendi, qui était à la recherche de la perle rare pour diriger son groupe.

Dans une interview au Monde, le patron de presse expliquait avoir su conjuguer au cours de sa carrière la "créativité latine et la rigueur d'exécution anglo-saxonne".

"C'est quelqu'un de très international, très à l'aise à l'étranger, qui crée un bon climat", souligne un responsable de Vivendi.

Arnaud Roy de Puyfontaine, né le 26 avril 1964 à Paris, est diplômé de l'Ecole supérieure de commerce de Paris (ESCP) et de la Harvard Business School.

Au cours d'un passage au Figaro, alors qu'il poursuit encore ses études de commerce, il crée le supplément Grandes Ecoles.

Après avoir entamé sa carrière comme consultant chez Arthur Andersen, il part en Indonésie en 1989 pour faire son service militaire dans la coopération en tant que chef de projet pour Rhône-Poulenc Pharma.

Il retrouve Le Figaro, dès 1990, comme directeur délégué aux côtés du patron Philippe Villin.

- Conseiller presse de Sarkozy -

Cet intérêt pour la presse était déjà présent chez son grand-père maternel, André-Marie Gérard, qui fut rédacteur en chef de L'Aurore et directeur de l'information de la RTF (Radiodiffusion télévision française, ancêtre de l'ORTF).

En 1995, Arnaud de Puyfontaine participe à la création de la branche française du groupe britannique Emap, qui se place alors au troisième rang de la presse magazine dans l'Hexagone.

Après l'acquisition de Télé Star et d'autres titres à succès, il est nommé PDG d'Emap France et lance le titre "people" Closer, en réponse à Voici.

Mais le groupe britannique en difficulté décide de céder ses activités françaises, pourtant rentables, à Mondadori en 2006.

Arnaud de Puyfontaine rejoint alors le groupe de presse italien contrôlé par Silvio Berlusconi, tout en conseillant Nicolas Sarkozy sur les médias avec l'organisation d'Etats généraux de la presse.

Appelé en 2009 par le groupe de médias américain Hearst (Cosmopolitan, Harper's Bazaar) pour diriger sa filiale britannique Hearst UK, il part Outre-Manche.

Ce père de quatre enfants, s'installe avec sa femme Bénédicte à South Kensington, le quartier des Français de Londres, et réussit à assurer la croissance de son portefeuille de magazines malgré la profonde crise qui touche le secteur.

Il mène en 2011 l'acquisition de 102 magazines du groupe Lagardère publiés à l'étranger pour le groupe Hearst.

Arnaud de Puyfontaine devient en août 2013 responsable des activités du groupe Hearst dans l'ensemble de l'Europe. Mais, recruté par Vivendi, il rentre en France début 2014 pour en prendre la direction des activités médias et contenus.

Décoré à plusieurs reprises, il a été fait officier de l'Ordre du British Empire (OBE) en Angleterre et chevalier de la Légion d'honneur en France.

En lui remettant en novembre 2016 cette décoration, son patron et mentor Vincent Bolloré avait assuré: "Partout où on l'envoie, il réussit." En lui confiant une nouvelle mission en Italie, il le met à nouveau au défi.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.