Chine: les réserves de change continuent de gonfler, à la faveur d'un yuan stable

Publié le à Pékin, 7 déc 2017 (AFP)

Les réserves chinoises de devises ont gonflé en novembre pour le 10e mois consécutif, à la faveur d'une stabilité relative du cours du yuan, qui réduit la nécessité pour la banque centrale d'intervenir sur le marché des changes.

Les colossales réserves de changes de la Chine, les plus importantes du monde, ont augmenté de 10,1 milliards de dollars le mois dernier pour se hisser à 3.119 milliards de dollars, a indiqué jeudi la banque centrale chinoise (PBOC).

"La PBOC s'est probablement largement abstenue d'intervenir sur le marché des changes en novembre", a commenté Julian Evans-Pritchard, analyste du cabinet Capital Economics.

L'euro, le yen et la livre sterling se sont renchéris le mois passé par rapport au billet vert, gonflant la valeur en dollars des réserves chinoises composées de ces devises.

Mais le gonflement s'explique également par le fait que "les fuites de capitaux (hors de Chine) semblent être parfaitement contenues", relève Claire Huang, économiste de Société Générale, citée par Bloomberg.

Après une dégringolade spectaculaire à l'automne 2016, les réserves de devises chinoises étaient tombées en janvier sous le seuil de 3.000 milliards de dollars pour la première fois en six ans, avivant l'inquiétude sur la politique financière de Pékin.

En 2015 et 2016, l'hémorragie de capitaux hors du pays --fuyant l'essoufflement de l'économie chinoise et attirés par des placements plus rémunérateurs-- avait fait pression sur la valeur du yuan, obligeant la PBOC à puiser dans ses réserves pour racheter des yuans et soutenir le cours de la devise.

Mais Pékin a drastiquement renforcé ses contrôles de mouvements financiers, et surtout, l'économie du géant asiatique s'est stabilisée depuis le début 2017, confortant la confiance des investisseurs et permettant aux réserves de changes de rebondir au fil de l'année.

"La récente stabilité du yuan semble traduire un équilibre entre offre et demande, les apports de devises étrangères liés à l'excédent commercial compensant les sorties de capitaux", estime M. Evans-Pritchard.

Selon lui, "la PBOC aura été soulagée de pouvoir rester en retrait ces derniers mois, laissant le marché orienter le cours du yuan".

La convertibilité du yuan reste encadrée, son taux face au dollar ne pouvant fluctuer que dans une fourchette de 2% de part et d'autre d'un taux-pivot fixé quotidiennement par la banque centrale. Mais celle-ci assure farouchement tenir compte des mouvements du marché.

jug/bar/nas

SOCIETE GENERALE

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.