Début de l'enquête internationale sur l'attaque chimique présumée en Syrie

Publié le à Damas (Syrie) (AFP)

Une équipe internationale d'experts doit débuter dimanche son enquête en Syrie sur le site de l'attaque chimique présumée qui a provoqué des frappes américaines, françaises et britanniques d'une ampleur inédite contre le régime de Bachar al-Assad.

La mission de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), basée à La Haye, est arrivée à Damas samedi, en pleine poussée de tension entre les Occidentaux et le régime syrien allié à la Russie.

"Il est prévu qu'elle se dirige aujourd'hui (dimanche) à Douma pour entamer son travail", a annoncé à l'AFP le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Ayman Soussane.

La ville de Douma, où se serait produite l'attaque aux gaz toxiques, est située dans la Ghouta orientale, une région aux portes de Damas désormais "nettoyée" de tous ses rebelles, a annoncé l'armée syrienne samedi, après cinq ans de siège et une violente offensive lancée le 18 février.

"Nous laisserons l'équipe faire son travail de manière professionnelle, objective, impartiale et loin de toute pression. Les résultats de l'enquête infirmeront les allégations mensongères" contre Damas, a assuré le vice-ministre syrien.

Washington, Paris et Londres ont effectué samedi à l'aube des frappes ciblées contre trois sites liés selon eux au programme d'armement chimique syrien, sans faire de victimes, en représailles à cette attaque chimique présumée.

Le président Bachar al-Assad a dénoncé dimanche une campagne de "tromperie et de mensonges".

"L'agression tripartite" montre que "la Syrie et la Russie mènent une seule et même bataille, non seulement contre le terrorisme mais aussi pour protéger le droit international fondé sur le respect de la souveraineté des Etats", a-t-il déclaré, cité par l'agence de presse officielle SANA.

Le régime, soutenu par son indéfectible allié russe, a toujours démenti toute implication dans l'attaque, dénonçant des "fabrications" rebelles.

- Enquête difficile -

Le 7 avril, des secouristes en zones rebelles, les Casques blancs, avaient fait état d'une attaque chimique ayant fait, selon eux, au moins 40 morts et des centaines de blessés. Les victimes présentaient, selon eux, des symptômes tels que des difficultés respiratoires, des brûlures de la cornée ou de la mousse dans la bouche.

Le travail s'annonce compliqué pour les enquêteurs qui arrivent sur place plus d'une semaine après les faits, dans une zone passée depuis sous contrôle du régime et de la police militaire russe et largement dévastée.

Les derniers combattants rebelles de Douma, ainsi que des civils, ont été évacués samedi vers des zones du nord de la Syrie, dans le cadre d'un accord de reddition signé avec le régime le 9 avril, deux jours après l'attaque chimique présumée.

En 2014, l'OIAC avait affirmé que la Syrie s'était débarrassée de ses armes chimiques en vertu d'un accord international, mais en 2017 une mission conjointe avec l'ONU avait finalement conclu que Damas avait utilisé du gaz sarin contre le village de Khan Cheikhoun (nord-ouest) où 80 personnes avaient péri.

Les présidents américain Donald Trump et français Emmanuel Macron ont assuré avoir la preuve de l'utilisation d'armes chimiques à Douma.

Une responsable de l'administration américaine a précisé samedi que les Etats-Unis avaient des informations "plus claires" sur une utilisation de chlore mais aussi "des informations significatives" sur un usage de sarin, un gaz neurotoxique puissant.

- "Pression" diplomatique sur Assad -

Les Russes ont dénoncé "un acte d'agression à l'encontre d'un Etat souverain", sans toutefois obtenir une condamnation des frappes au Conseil de sécurité de l'ONU.

Américains et Français ont fait savoir qu'ils frapperaient à nouveau en cas de nouvelle attaque chimique mais après cet épisode aussi spectaculaire que bref, les puissances occidentales entendent relancer la diplomatie.

"Il faut espérer maintenant que la Russie comprenne qu'après la riposte militaire (...), nous devons joindre nos efforts pour promouvoir un processus politique en Syrie qui permette une sortie de crise", a déclaré dimanche le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, dans la presse française.

"Aujourd'hui, celui qui bloque ce processus, c'est Bachar al-Assad lui-même. A la Russie de faire pression sur lui", a-t-il ajouté.

Américains, Français et Britanniques ont présenté à l'ONU un nouveau projet de résolution sur la Syrie qui devrait être discuté à partir de lundi. Le texte inclut la création d'un nouveau mécanisme d'enquête sur l'emploi d'armes chimiques.

Dans sa prière de l'Angélus, le Pape François s'est dit "profondément tourmenté" de voir la communauté internationale peiner "à s'accorder sur une action commune en faveur de la paix en Syrie", où la guerre a fait plus de 350.000 morts en sept ans.

A Ryad, le roi Salmane d'Arabie saoudite n'a pas évoqué publiquement la Syrie dans son discours d'ouverture du sommet de la Ligue arabe. Son pays avait toutefois exprimé la veille son soutien aux frappes contre le régime syrien, allié à l'Iran, grand rival de Ryad dans la région.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

RECO llb_sb_1

RECO llb_sb_2

RECO LlbSb3

RECO llb_sb_4

RECO llb_sb_5

RECO llb_sb_6