Eurodéputés: pourquoi le FN est soupçonné d'emplois fictifs

Publié le à Paris (AFP)

L'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs d'assistants de députés européens du FN s'est accélérée cette semaine et vise désormais Marine Le Pen, qui refuse de répondre à la justice. D'où viennent les soupçons ? Que risque la candidate à la présidentielle ?

D'où viennent les soupçons ?

La justice française tente de savoir si le Front national a organisé un système pour rémunérer des cadres ou employés du mouvement en France avec des fonds publics de l'Union européenne, via des contrats d'assistants au Parlement européen.

Dans un premier temps, l'Olaf, le gendarme antifraude de l'Union européenne, saisi par un courrier anonyme, avait ouvert une enquête en juin 2014, qui portait sur la députée européenne Marine Le Pen et ses assistants parlementaires. Parmi eux, l'une de ses proches collaboratrices, Catherine Griset, et son garde du corps, Thierry Légier.

Puis en mars 2015, le président socialiste du Parlement européen, Martin Schulz avait saisi l'Olaf et le parquet de Paris. En cause: la présence de 20 assistants d'eurodéputés FN sur des postes figurant dans le dernier organigramme du parti en France. De quoi faire douter de la réalité de leur emploi à l'assemblée de Strasbourg. "On ne peut pas être payé par le Parlement européen et travailler pour un parti", avait résumé Martin Schulz.

Le parquet de Paris a conduit une enquête préliminaire, confiée aux policiers de l'Office anticorruption de la police judiciaire (Oclciff), avant de saisir en décembre des juges d'instruction.

Pourquoi l'enquête s'accélère?

L'affaire n'est pas nouvelle contrairement à celle qui ternit la campagne de François Fillon. Mais cette semaine, elle a connu une accélération: perquisition au siège du FN; garde à vue de Thierry Légier et Catherine Griset, et pour cette dernière, une mise en examen pour recel d'abus de confiance.

Le camp de la candidate FN à la présidentielle, comme celui de François Fillon avant lui, a dénoncé une instrumentalisation politique de la justice à deux mois du scrutin. "C'est un calendrier qui interroge, ce sont des mauvaises manières judiciaires", a déclaré à l'AFP l'avocat de Marine Le Pen, Me Rodolphe Bosselut. Les investigations se déroulent sous l'autorité des juges d'instruction, qui sont maîtres du calendrier.

Qui est dans le viseur?

Le Parlement européen a déjà lancé à l'égard de plusieurs eurodéputés des procédures de recouvrement de salaires d'assistants qu'il estime indus. Marine Le Pen est visée. Elle doit rembourser environ 340.000 euros, correspondant aux salaires versés à ses deux anciens assistants, Catherine Griset (2010-2016) et Thierry Légier (2011).

La première est connue pour être sa cheffe de cabinet au sein du FN, mais elle était aussi son assistante parlementaire accréditée au Parlement européen, un statut qui suppose une obligation de résidence dans l'un des sites de l'institution: Strasbourg ou Bruxelles. Jean-Marie Le Pen est aussi concerné. Le Parlement lui réclame 320.000 euros pour l'emploi comme assistant entre 2009 et 2014 de Jean-François Jalkh, un cadre du parti. Ce dernier était devenu en 2010 secrétaire général du FN par intérim, avec pour mission d'organiser le congrès de succession de Jean-Marie Le Pen. D'autres députés sont visés par une procédure de recouvrement, comme Bruno Gollnisch.

Marine Le Pen peut-elle être inquiétée?

La présidente du FN, en tête des sondages au premier tour, a débuté un bras de fer avec la justice, en refusant de se rendre mercredi à une convocation à l'office anticorruption, prévue le même jour que Catherine Griset et Thierry Légier. La candidate a fait savoir à l'AFP qu'elle ne "répondra pas" à une convocation "pendant la campagne électorale".

Concrètement, Marine Le Pen ne peut être entendue que sous le statut d'audition libre, c'est-à-dire avec son accord. Son immunité de députée européenne empêche en effet tout placement en garde à vue et toute mesure coercitive. Ce qui ne la protège pas d'une éventuelle convocation chez les juges d'instruction en vue d'une mise en examen. Les magistrats peuvent aussi demander que son immunité soit levée, mais cela suppose un long processus avant que le Parlement européen ne se prononce.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.