Incendie de la tour Grenfell: 79 morts et peut-être davantage

Publié le à Londres (AFP)

L'incendie d'une tour de logements sociaux la semaine dernière à Londres a fait 79 morts ou présumés morts, un bilan qui pourrait encore s'aggraver, a déclaré lundi un chef de la police, Stuart Cundy.

"Il y a désormais 79 personnes qui sont mortes ou disparues et dont nous présumons donc qu'elles sont mortes", a-t-il dit lors d'un point presse. Il a ajouté que le bilan de ce terrible incendie, survenu dans la nuit de mardi à mercredi dernier, pourrait encore grimper, la liste des disparus n'étant pas définitive.

Le précédent bilan faisait état de 58 morts ou disparus présumés morts dans l'incendie de la tour Grenfell, située dans le plus riche quartier de Londres, Kensington et Chelsea.

M. Cundy a précisé que les recherches se poursuivaient, en coopération avec les secours, pour retrouver les corps des victimes dans la tour de 24 étages qui a pu être explorée jusqu'au dernier étage après stabilisation de la structure et des sols par des équipes spécialisées.

"Il s'agit d'un moment particulièrement éprouvant pour les familles et ils ont l'assurance que nous ferons aussi vite que possible", a ajouté M. Cundy, alors que les proches des victimes ont violemment exprimé leur colère vendredi soir contre un processus jugé trop lent.

Ils reprochent aussi aux autorités de ne pas avoir entendu leur signaux d?alerte envoyés depuis des années sur la sécurité de ce bâtiment qui logeait quelque 600 personnes.

- Incendie 'évitable'-

Les larmes aux yeux, M. Cundy a décrit un bâtiment complètement dévasté par les flammes et prévenu une nouvelle fois que certains corps pourraient ne jamais être identifiés.

Pour le moment, seules cinq victimes ont été identifiées et deux nommées. Il s'agit de Mohammad Alhajali, un réfugié syrien de 23 ans qui étudiait l'ingénierie civile, et d'une photographe britannique de 24 ans, Khadija Saye.

Sept Marocains figurent probablement parmi les victimes, a annoncé le ministère marocain des Affaires étrangères.

Une minute de silence a été observée lundi à 10H00 GMT à travers le pays en hommage aux victimes, majoritairement de milieux modestes.

Dimanche, le maire de Londres Sadiq Khan a estimé que l'incendie, dont l'origine reste inconnue à ce stade, était "évitable".

"Cette tragédie est la conséquence d'erreurs et de négligences de la part de responsables politiques, de la mairie (de quartier) et du gouvernement", a-t-il accusé.

De nombreux résidents ont affirmé qu'il n'y avait pas d'issue de secours, pas d'extincteur, pas d'alarme incendie.

"La communauté locale a le sentiment d'avoir été mal traitée parce que certains d'entre eux sont pauvres", a souligné le maire de Londres.

Dans une tribune publiée dimanche dans The Observer, Sadiq Khan estime également "crucial que toute la vérité soit faite sur ce qui s'est passé, et de découvrir si des avertissements ont été ignorés".

M. Cundy a assuré que l'enquête s'intéresserait aux récents travaux de rénovation de l'immeuble, et notamment aux parois d'isolation installées l'an dernier sur la façade, qui auraient contribué à favoriser la propagation de l'incendie.

Ce revêtement était-il autorisé pour ce type d'immeuble, ou faisait-il partie de ceux qui sont "interdits"? s'est interrogé dimanche le ministre des Finances Philip Hammond, sur la BBC. "Ce sera à l'enquête de le dire", a-t-il ajouté.

Face à la polémique, le gouvernement a demandé à toutes les municipalités et associations de logements de vérifier si ce revêtement avait été utilisé dans les bâtiments qu'elles gèrent.

La Première ministre conservatrice Theresa May a aussi annoncé le déblocage d'urgence de 5 millions de livres en faveur des survivants, qu'elle promet de compléter "si nécessaire".

Elle a également reconnu que le soutien initial apporté aux familles à la rue depuis l'incendie était "insuffisant", et a annoncé le déploiement de personnels supplémentaires sur place ainsi que la promesse de reloger sous trois semaines les habitants de la tour dans le borough de Kensington et Chelsea ou à proximité.

Elle a en revanche rejeté l'idée de réquisitionner des habitations inoccupées, comme l'avait réclamé le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.