La Libye, le pays aux trois gouvernements

Publié le à Tripoli (AFP)

Le Parlement libyen reconnu par la communauté internationale a rejeté lundi le gouvernement "d'union nationale" prévu par l'accord parrainé par l'ONU, laissant la Libye avec trois autorités revendiquant le pouvoir.

- Un "gouvernement provisoire" dans l'est

Ce gouvernement, qui a vu le jour en septembre 2014, jouit de la reconnaissance de la communauté internationale étant donné qu'il est issue d'un parlement élu, lui aussi exilé dans l'est.

Présidé par Abdallah el-Theni, il siège à Baida et étend son contrôle sur la plupart des régions de l'est grâce à des forces qui lui sont loyales. Il est soutenu par un Parlement siégeant à Tobrouk.

Le mandat de ce gouvernement dit "provisoire" est censé prendre fin dès qu'un gouvernement d'union nationale bénéficiera de la confiance du Parlement.

- Un "gouvernement de salut national" à Tripoli

Installé depuis septembre 2014 à Tripoli, ce gouvernement "gère" la capitale et la plupart des régions de l'ouest avec l'appui de Fajr Libya, une coalition de milices dont certaines islamistes.

Ce gouvernement ne jouit d'aucune reconnaissance internationale étant donné qu'il découle d'un Parlement - le congrès général national (CNG) - dont le mandat est expiré depuis février 2014 mais qu'il a lui-même prolongé.

Ce gouvernement rejette l'accord politique parrainé par l'ONU et son chef, Khalifa al-Ghweil, conteste ouvertement le gouvernement d'union nationale prévu par cet accord.

- Un "gouvernement d'union nationale"

Le Conseil présidentiel, une instance présidée par l'homme d'afaires tripolitain Fayez el-Sarraj et créée après la signature en décembre à Skhirat au Maroc de l'accord politique sous l'égide l'ONU, a annoncé le 19 janvier la formation d'un cabinet de 32 ministres qui doit succéder au gouvernement provisoire d'Abdallah el-Theni.

Mais ce gouvernement a été rejeté lundi par les députés de Tobrouk qui ont réclamé qu'une équipe plus restreinte lui soit proposée.

Bien que ce gouvernement n'ait pas encore vu le jour, son conseil présidentiel scelle ses communiqués par le sceau "Etat de Libye - Gouvernement d'union nationale".

Selon l'accord politique de Skhirat, ce gouvernement d'union est censé siéger dans la capitale Tripoli, ce qui semble fort improbable tant que le CGN et le gouvernement du salut national contestent son existence. Ses seules alternatives sont donc l'est de la Libye ou, dans le pire des cas, l'exil.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.