Lactalis: "l'argent n'achète pas tout", prévient Griveaux

Publié le à Paris, 14 jan 2018 (AFP)

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a salué dimanche la promesse du PDG de Lactalis d'indemniser les victimes de contamination à la salmonelle, tout en soulignant que "l'argent n'achète pas tout" et qu'il faudrait établir les "manquements".

"Indemniser c'est bien, mais l'argent n'achète pas tout", a déclaré M. Griveaux sur BFMTV.

"Quand on a du lait qui a été mis en circulation et qui a manifestement provoqué des situations sanitaires compliquées pour des enfants, c'est que quelque part il y a eu un manquement, ou alors j'en perds mon latin. Ces manquements seront établis, ces responsabilités seront établies", a-t-il insisté.

Estimant qu'"à ce stade" les explications du PDG de Lactalis Emmanuel Besnier n'étaient pas suffisantes, M. Griveaux a assuré que "l'enquête n'épargnera personne". Y compris l'Etat qui "prendra sa part de responsabilité", notamment en raison de la présence de boîtes de lait infantile potentiellement contaminées dans des hôpitaux.

"Il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt", a promis M. Griveaux, tout en dédouanant les contrôleurs de la Direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF) qui "ont rempli la mission difficile qui est la leur au service des consommateurs et de nos concitoyens".

"C'est toujours facile de dire que les contrôles n'étaient pas au bon endroit", a-t-il plaidé, en rappelant que "2.500 contrôles" avaient été déjà effectués dans cette affaire et que 2.500 autres ont été commandés.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.