Lyon: 27 interpellations après des débordements dans un TGV Paris-Evian

Publié le à Lyon, 13 jan 2018 (AFP)

Vingt-sept personnes ont été interpellées samedi matin lors d'une importante opération de police dans un TGV à la gare de Lyon Part-Dieu à la suite de débordements impliquant quelque 200 passagers, a-t-on appris de sources concordantes.

Le train Paris-Evian, parti à 7H11 de la gare de Lyon, a été détourné sur Lyon en raison de débordements commis par une "quarantaine" de fauteurs de troubles, qui ont été "évacués" du TGV.

"Le contrôleur a fait face à un groupe nombreux, très turbulent et difficilement gérable et a fait un signalement pour demander l'intervention de la police pour contrôler la situation", a indiqué à une journaliste de l'AFP la SNCF.

Une centaine de forces de l'ordre, associant police nationale, police ferroviaire, police municipale et militaires de l'opération Sentinelle, sont ensuite intervenues pour évacuer les passagers perturbateurs qui "se rendaient à un évènement dans les Alpes".

"Deux rames de jeunes gens excités et dont certains étaient alcoolisés, ont commis des incivilités et des dégradations mais il n'y a pas eu de violences", a précisé la préfecture.

Les débordements survenus à bord ont occasionné "d'importantes dégradations, notamment dans le wagon-bar", a détaillé à son tour la police. De la nourriture et des boissons ont également été renversées dans le train.

L'incident n'a toutefois pas fait de blessé. Deux voyageurs "choqués" ont été pris en charge par les secours.

Le train est reparti en fin de matinée, avec "1H45 de retard", a ajouté la SNCF.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.