Notre-Dame-des-Landes: le maire "satisfait" de la visite surprise d'Edouard Philippe

Publié le à Rennes, 13 jan 2018 (AFP)

Le maire de Notre-Dame-des-Landes, Jean-Paul Naud s'est dit "satisfait" de la visite surprise samedi matin du Premier ministre Édouard Philippe, "qu'il ait pu se rendre compte de la réalité du terrain".

"Il a dit très peu de chose, il a été plutôt dans l'écoute, il m'a posé quelques questions mais c'est surtout moi qui ait déroulé les arguments en faveur d'une optimisation du site actuel (Nantes-Atlantique, ndrl), a déclaré M. Naud.

"C'est la première fois qu'on accueille un Premier ministre à Notre-Dame-des-Landes, a-t-il ajouté.

Le maire de la commune a précisé que le Premier ministre ne s'est pas rendu sur la zad mais a discuté du sort des zadistes.

"S'ils abandonnent le projet de Notre-Dames-des-Landes, il y a certains zadistes d'eux-mêmes qui partiront parce qu'ils sont dans la lutte permanente et s'il n'y a plus de lutte à Notre-Dame, ils iront voir ailleurs", estime M. Naud.

Lors de son entretien de près d'une heure où il a exposé "une dernière fois" ses arguments en faveur de l'abandon du projet d'un nouvel aéroport dans sa commune, il s'est dit "prêt à discuter avec les zadistes qui sont là depuis des années pour ne pas sombrer dans la violence".

Après sa visite à Notre-Dames-des-Landes, Édouard Philippe s'est également entretenu avec Johanna Rolland, maire de Nantes et membre du Syndicat mixte aéroportuaire du Grand-Ouest, favorable au nouvel aéroport.

"Nous nous sommes vus en tête à tête près de 40 minutes. Je lui ai redit quelles étaient mes convictions pour l'économie, pour l'emploi, pour la métropole et pour l'avenir du grand Ouest", a déclaré à l'AFP Mme Rolland.

La maire PS a précisé que M. Philippe "a redit très clairement que sa décision n'était pas encore prise, il voulait voir concrètement sur le terrain la réalité".

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.