Principaux scandales liés aux révélations d'Edward Snowden

Publié le à PARIS (AFP)

Les révélations sur le système de surveillance cybernétique américain distillées depuis juin via la presse par Edward Snowden, ex-consultant de l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA) concernent une série de pays.

Accusée d'espionner les communications électroniques mondiales échangées sur Facebook, Google et Skype dans le cadre du programme "Prism", la NSA aurait également selon le Washington Post intercepté les données d'utilisateurs de Google et Yahoo! dans le cadre du programme "Muscular" mené avec son homologue britannique le GCHQ.

==EUROPE==

+ UNION EUROPEENNE: le 29 octobre, la NSA assure que les données interceptées sur les citoyens européens lui ont été fournies par des agences de renseignement européennes, propos jugés par la France "peu vraisemblables".

Cinq jours plus tôt, un sommet européen a réclamé à Washington un "code de bonne conduite" en matière de renseignement sans prendre de mesures de rétorsion.

Le 30 juin, l'hebdomadaire allemand Der Spiegel a révélé que les services américains ont espionné les bureaux de l'UE à Bruxelles et sa mission diplomatique à Washington.

+ ALLEMAGNE: le 23 octobre, la chancelière Angela Merkel téléphone au président américain Barack Obama pour réclamer des explications après avoir découvert que ses conversations sur son portable ont peut-être été écoutées par les Etats-Unis.

M. Obama lui assure que Washington ne surveille pas et ne surveillera pas ses communications sans préciser si cela a été le cas par le passé. Berlin envoie deux hauts fonctionnaires à la Maison Blanche et prévoit une visite prochaine des présidents de ses services secrets (BND) et du renseignement intérieur.

La NSA a mis sur écoute 35 dirigeants de la planète dont la chancelière allemande Angela Merkel, affirme le 24 octobre le quotidien britannique The Guardian.

+ FRANCE: le 21 octobre, le quotidien Le Monde révèle que la NSA a effectué 70,3 millions d'enregistrements de données téléphoniques de Français entre le 10 décembre 2012 et le 8 janvier 2013.

Le même jour le président français François Hollande fait part de sa "profonde réprobation" à M. Obama par téléphone et demande "que toutes les explications soient fournies" sur ces "pratiques inacceptables entre alliés et amis".

+ GRANDE-BRETAGNE : le 17 juin, le Guardian révèle que Londres aurait espionné les délégués du G20 lors de deux réunions en 2009 en Grande-Bretagne. Cela aurait été l'occasion pour les Américains d'espionner le président russe Dmitri Medvedev, et pour les Britanniques de surveiller Turcs et Sud-Africains.

Ces révélations ont "scandalisé" Ankara et "inquiété" Moscou, l'Afrique du sud exigeant "enquête" et "sanctions".

+ ESPAGNE: le 28 octobre, l'Espagne réclame aux Etats-Unis des explications alors que selon le quotidien espagnol El Mundo, la NSA a espionné entre décembre 2012 et janvier 2013 plus de 60 millions d'appels téléphoniques en Espagne. Trois jours auparavant, le journal El Pais a affirmé que la NSA a espionné des responsables espagnols, dont l'ancien Premier ministre socialiste José Luis Rodriguez Zapatero.

==AMERIQUE LATINE==

"Tous les pays d'Amérique latine ont fait l'objet d'espionnage de la part du gouvernement américain", selon le journaliste Glenn Greenwald, porte-voix des révélations de Snowden.

+ MEXIQUE: le 20 octobre, le gouvernement demande des explications à Washington après des informations du Spiegel allemand selon lesquelles la NSA a espionné les courriels de l'ex-président Felipe Calderon et surveillé les communications du gouvernement mexicain pendant des années.

Début septembre, le président Enrique Pena Nieto avait déjà demandé des explications après des révélations de la chaîne de télévision brésilienne Globo sur des écoutes de ses communications durant la campagne présidentielle de 2012.

+ BRESIL: les 7 et 8 juillet le quotidien O'Globo révèle que le Brésil fait partie d'un réseau de 16 bases d'espionnage opérées par le renseignement américain.

Début septembre, TV Globo annonce que la NSA a espionné les communications de la présidente Dilma Rousseff, de ses proches collaborateurs et de millions de Brésiliens ainsi que du géant pétrolier Petrobras. Mme Roussef reporte une visite d'Etat prévue à Washington et fustige devant l'ONU les programmes de surveillance américains.

==ASIE==

+ Chine: dans un entretien paru fin juin dans le quotidien hongkongais South China Morning Post, Snowden affirme que les Etats-Unis ont piraté l'université Tsinghua de Pékin, abritant les six réseaux sur lesquels on peut accéder aux données internet de millions de Chinois, et l'opérateur de fibres optiques pour l'Asie-Pacifique Pacnet. Selon lui, la NSA espionnait aussi des compagnies chinoises de téléphonie mobile, interceptant des millions de SMS.

La Chine proteste auprès de Washington qualifié de "plus grand voyou de notre temps".

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.