Syrie: les dates-clés de la bataille à Kobané

Publié le à Damas (AFP)

Rappel des dates-clés de la bataille pour le contrôle de la ville de Kobané (Aïn al-Arab en arabe), dans le nord de la Syrie.

Depuis le début le 16 septembre de l'offensive des jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI) sur la troisième ville kurde de Syrie, plus de 800 personnes ont été tuées, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Plus de 300.000 habitants ont fui, dont plus de 200.000 en Turquie.

--SEPTEMBRE 2014--

- 16: Les jihadistes de l'EI, qui ont proclamé un califat sur les vastes régions qu'ils contrôlent en Syrie et en Irak, lancent une offensive dans les environs de Kobané, à la frontière avec la Turquie.

Depuis 2013, les combats font rage entre Kurdes et jihadistes, les premiers défendant les zones où ils ont instauré une sorte d'autonomie depuis le début de la guerre en mars 2011. Kobané est le chef-lieu de l'un des trois "cantons" de cette région autonome.

- 19: Les jihadistes effectuent une percée fulgurante, prenant le contrôle d'une soixantaine de villages kurdes en deux jours, autour de Kobané.

- 23: Les Etats-Unis aidés de leurs alliés arabes attaquent pour la première fois l'EI en Syrie, ouvrant un nouveau front dans la guerre contre ce puissant groupe ultra-radical, déjà cible de frappes en Irak.

--OCTOBRE--

- 5: Une femme mène un attentat suicide contre une position de l'EI à l'est de Kobané. Premier attentat suicide connu d'une combattante kurde contre ce groupe, lui-même familier de ce type d'attaque.

- 6: Les jihadistes entrent dans Kobané par l'est, l'OSDH fait état d'une "guérilla urbaine".

En Turquie, début de manifestations violentes de milliers de jeunes Kurdes pour dénoncer le refus d'Ankara d'intervenir militairement pour aider les combattants à Kobané (une trentaine de morts au total).

- 10: Les jihadistes s'emparent du QG des forces kurdes dans Kobané, qui comprend le complexe militaire des Unités de protection du peuple (YPG, principale milice kurde syrienne), la base des Assayesh (forces de sécurité kurdes) et le siège du conseil local.

L'ONU met en garde contre un "massacre" si la ville tombe aux mains des jihadistes.

- 13: Les jihadistes atteignent pour la première fois le centre de Kobané. "Ils contrôlent désormais la moitié de la localité" (OSDH).

- 14: Les dernières frappes menées par les avions américains et saoudiens ont "freiné la progression de l'EI" dans Kobané (armée américaine).

- 16: Le département d'Etat révèle que des responsables américains ont rencontré pour la première fois des Kurdes syriens du Parti de l'union démocratique (PYD).

- 19: Le président turc Recep Tayyip Erdogan rejette les appels lancés à son pays pour qu'il fournisse directement des armes aux combattants kurdes en Syrie, accusant le PYD d'être une "organisation terroriste".

Les jihadistes tentent d'avancer vers le centre-ville mais les combattants kurdes repoussent l'assaut (OSDH).

- 20: Les Etats-Unis procèdent sur Kobané à un premier largage aérien d'armes et de munitions destinées aux forces kurdes.

La Turquie annonce une première mesure concrète pour aider les combattants kurdes qui défendent Kobané en révélant qu'elle autorise les "peshmergas" irakiens à rejoindre la ville.

- 29: Des combattants kurdes irakiens lourdement armés sont en route pour renforcer les rangs de leurs frères d'armes à Kobané, où des renforts de rebelles syriens de l'Armée syrienne libre (ASL) les ont précédés.

L'armée américaine a mené huit raids près de Kobané au cours des dernières 24 heures.

- 31: Les quelque 150 combattants kurdes irakiens stationnés dans la ville frontalière de Suruç depuis deux jours, entrent à Kobané.

Les jihadistes de l'Etat islamique menent une nouvelle attaque près de la frontière turque.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.