Syrie: manifestations monstres contre le régime, 7 civils tués

Publié le à DAMAS (AFP)

Les forces syriennes ont ouvert le feu vendredi pour disperser des milliers de manifestants anti-régime à Damas et Idleb (nord-ouest), tuant sept civils au moment où des centaines de milliers de personnes défilaient dans d'autres villes du pays, selon des militants.
"Deux personnes ont été tuées dans le quartier de Qaboune à Damas, et trois à Idleb par les tirs des forces de sécurité qui tentaient de disperser des manifestations", a indiqué Abdel Karim Rihaoui, de la Ligue syrienne des droits de l'Homme.
Deux autres manifestants ont été tués à Deraa, ville du sud de la Syrie où est née la contestation il y a quatre mois jour pour jour, a ajouté M. Rihaoui.
Les forces de sécurité ont tiré à balles réelles à Qaboune, où 20.000 personnes sont descendues dans les rues, ainsi que dans un autre quartier de Damas, Roukn Eddine, où il y a eu des blessés, a confirmé un autre militant, Rami Abdel Rahmane.
Mais selon l'agence officielle Sana, "des hommes armés ont tiré sur les forces de l'ordre et les citoyens dans les quartiers de Qaboune et de Roukn Eddine", les autorités syriennes attribuant les violences dans le pays à "des gangs terroristes armés" depuis le début de la révolte le 15 mars.
La télévision publique syrienne a fait état de son côté de "la mort d'un civil tué par des hommes armés à Idleb".
Selon les opposants, des centaines de milliers de personnes manifestaient dans l'après-midi en Syrie, notamment dans les villes de Deir Ezzor, Hama et Damas, pour demander la libération des détenus et la chute du régime, à l'appel de militants pour la démocratie.
Environ 350.000 personnes ont envahi les rues de Deir Ezzor (est), selon M. Abdel Rahmane, de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.
Environ 150.000 personnes ont manifesté à Hama (nord) et, dans le quartier Midane à Damas, plus de 7.000 contestataires se dirigeaient vers la mosquée Al-Hassan, devenue le point de ralliement des manifestants dans la capitale syrienne, ont dit des militants présents sur place.
De grandes manifestations se déroulaient dans plusieurs quartiers de Homs, ville du centre de la Syrie, ainsi qu'à Raqqa (nord) et à Alep (nord), ont précisé les militants. Quinze personnes ont été blessées par des tirs à Homs, selon des militants.
Les manifestants ont aussi défilé à Amouda dans le gouvernorat de Hassaké (nord). Des milliers de personnes se sont rassemblées à Ain al-Arab (nord) et plusieurs manifestants ont été arrêtés, a affirmé Abdel-Karim Rihaoui, de la Ligue syrienne des droits de l'homme.
Comme chaque vendredi depuis le début de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad, les militants ont appelé sur leur page Facebook "Syrian Revolution 2011", à manifester en hommage aux "otages de la liberté", les milliers de prisonniers politiques et manifestants détenus en Syrie.
Il faut manifester "pour la liberté des détenus, pour la dignité des hommes libres", ont-ils écrit.
En raison de l'interdiction faite aux médias étrangers de circuler librement dans le pays, il est très difficile d'obtenir une confirmation indépendante des bilans de morts ou d'arrestations dans le pays.
© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.