Yémen: premier budget officiel après une aide saoudienne

Publié le à Aden, 21 jan 2018 (AFP)

Le Yémen, pays en guerre dont l'économie est agonisante, a annoncé dimanche son premier budget depuis la conquête de sa capitale par des rebelles en 2014 et l'annonce d'un transfert massif de fonds par l'Arabie saoudite au gouvernement retranché dans le sud.

Le Premier ministre yéménite Ahmed ben Dagher a indiqué sur sa page Facebook que le gouvernement, qui opère depuis Aden (sud), avait approuvé pour 2018 un budget de 1.500 milliards de riyals (3,9 milliards de dollars, 3,2 milliards d'euros) avec des revenus projetés à 978 milliards de riyals (2,6 milliards de dollars au taux de change officiel).

Ce budget fait apparaître un déficit de 1,3 milliard de dollars (un milliard d'euros) sur la base d'un taux de change officiel de 380 riyals pour un dollar, alors que le taux du marché se situe à 450 riyals pour un dollar.

Dans ses déclarations, M. ben Dagher décrit une situation alarmante pour l'économie du Yémen, pays le plus pauvre du Moyen-Orient, affirmant que la production de pétrole et de gaz est à l'arrêt du fait de la guerre. Il a accusé les rebelles d'avoir "pillé" les réserves en devises étrangères.

La présentation du budget gouvernemental est intervenue quelques jours après l'annonce mercredi par l'Arabie saoudite qu'elle transférait deux milliards de dollars (1,6 milliards d'euros) à la Banque centrale yéménite déplacée à Aden.

Le Premier ministre yéménite a promis une "utilisation optimale" de cette aide financière.

L'Arabie saoudite, qui intervient militairement au Yémen en soutien au camp du président Abd Rabbo Mansour Hadi, est elle-même confrontée à de sérieuses difficultés économiques et affichera en 2018 un budget en déficit de 52 milliards de dollars (42 milliards d'euros).

Le Yémen est en guerre depuis plus de trois ans.

Le gouvernement a été chassé en septembre 2014 de Sanaa par les Houthis, des rebelles originaires du nord et soutenus par l'Iran. Il s'est repositionné à Aden, deuxième ville du pays.

En mars 2015, Ryad a pris la tête d'une coalition militaire pour venir en aide au gouvernement légitime, mais les forces loyalistes peinent à reprendre du terrain.

Selon l'ONU, le Yémen est le théâtre de la "pire crise humanitaire du monde".

Dimanche, à Sanaa, l'ONU et ses partenaires humanitaires ont lancé un appel de fonds (2,96 milliards de dollars) pour apporter une aide d'urgence à 11,3 millions de personnes en 2018.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.