Fonds libyens - Le Vif rejette le terme de "Fake News" attribué par Didier Reynders à ses révélations

Publié le à BRUXELLES (Belgique)

"Nous rejetons catégoriquement le terme de 'fake news' attribué par le vice-Premier ministre Didier Reynders à nos révélations", indique Le Vif dans une réaction envoyée jeudi soir à Belga. Dans un entretien avec l'agence de presse, le ministre des Affaires étrangères a qualifié de "fake news" l'information publiée dans la matinée par l'hebdomadaire selon laquelle 10 milliards d'euros de fonds libyens gelés à Bruxelles ont disparu sans explication."Le Vif/L'Express se réjouit que le ministre des Affaires étrangères ait enfin daigné répondre sur ce dossier. Mais il aurait préféré que ce soit dans ses colonnes, ce jeudi. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir sollicité les services de Didier Reynders, mais ils nous ont systématiquement renvoyé auprès de leurs collègues des Finances", affirme le magazine. "Or, le SPF Finances, que nous avons interrogé vendredi 2 mars sur les 10 milliards "évaporés" n'a jamais démenti ce fait. Il nous a simplement répondu que la Trésorerie n'avait autorisé aucun dégel, sans autre précision". "Qui donc, dès lors, communique de fausses informations ? Et à qui ? Le parquet, au Vif/L'Express ? La banque Euroclear, au parquet (et donc au juge d'instruction) ? Les Finances, à Didier Reynders ? Didier Reynders, à Belga ? ", s'interroge Le Vif. "Nous rejetons catégoriquement le terme de "fake news" attribué par le vice-Premier ministre à nos révélations", conclut l'hebdomadaire. (Belga)
© 2018 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.