Jean-Claude Juncker plaide pour que l'UE "renoue" avec la Russie

Publié le à LUXEMBOURG (LUX)

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a plaidé vendredi pour que l'UE "renoue" avec "la grande Russie", pays avec lequel les relations se sont notoirement refroidies après les lourdes sanctions imposées par les Européens en réponse à la crise ukrainienne. "Pense-t-on vraiment qu'on peut penser l'avenir de l'Europe sans avoir à l'oeil la grande Russie ?", a lancé M. Juncker lors d'un discours devant des étudiants à l'université du Luxembourg. La Russie est "notre première grande voisine, avec laquelle d'une certaine façon - et en n'oubliant pas les conflits qui existent - nous devons absolument renouer!", a-t-il ajouté. "Le territoire de l'Union européenne fait 5,5 millions de kilomètres carrés, c'est très petit", a insisté M. Juncker, rappelant à titre de comparaison que "la seule Russie fait 17,5 millions de kilomètres carrés". Sur les 44 pays que compte le continent européen, 27 sont nés après la chute du Mur de Berlin, a-t-il fait valoir, "avec tous les conflits non encore maîtrisés, certains encore gelés, que cela a entraîné", en référence à la crise ukrainienne, mais aussi aux tensions concernant de territoires séparatistes soutenus par Moscou en Moldavie ou Géorgie. Les relations entre Bruxelles et Moscou se sont fortement dégradées après l'annexion de la Crimée par la Russie en mars 2014. Lorsque des séparatistes prorusses ont lancé une offensive dans l'est de l'Ukraine, l'UE a accusé Moscou de les soutenir en sous-main, ce que le Kremlin dément, et riposté par de lourdes sanctions économiques touchant notamment les banques, entreprises pétrolières et de défense russes. Les désaccords se sont encore aggravés après l'intervention de l'armée russe en soutien du régime de Bachar al-Assad en Syrie. Mais les Européens "ne sont pas maîtres du monde", a plaidé M. Juncker, en faisant valoir que l'UE allait connaître un déclin démographique et économique dans les années à venir. "D'ici quelques années", l'UE comptera pour 15% de la richesse mondiale produite, contre environ un quart actuellement, et "aucun pays européen n'aura plus de 1% de la population mondiale et ne sera plus membre du G7 d'ici 25 ans", a-t-il averti. Le président de la Commission, adepte des boutades, a lancé à propos du déclin démographique: "la Commission sait tout faire, mais nous ne pouvons pas organiser la libido continentale. C'est comme ça, la population va continuer à diminuer!". "On voit aisément que la seule issue, la seule sortie qui peut exister pour l'Europe c'est l'intégration européenne", a encore plaidé M. Juncker. (Belga)
© 2017 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.